Parcs Canada contribue à la protection des espèces en péril au Cap-Breton de plusieurs façons, et notamment par la recherche et la surveillance, les plans directeurs, la formation de partenariats et les mesures législatives.

  • Projets de recherche plusieurs projets de recherche sont en cours de réalisation, entre autres, l'étude sur la grive de Bicknell. De nouveaux projets pourraient également être entrepris.
  • Surveillance observation des tendances d'une population pour détecter les problèmes éventuels.
  • Plans de gestion du parc Le zonage du parc contribue à protéger l'habitat où vivent les espèces en péril.
  • Mesures législatives La Loi sur les parcs nationaux du Canada et ses règlements, la Loi sur les Espèces en péril ainsi que la Nova Scotia Endangered Species Act (loi sur les espèces en péril de la Nouvelle-Écosse, en anglais seulement) visent de façon particulière les espèces en péril.
  • Accord sur la protection des espèces en péril il s'agit d'une entente entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux visant à prévenir la disparition du Canada des espèces menacées par l'activité humaine. C'est un élément clé de la Stratégie canadienne de la biodiversité, car il prévoit que les gouvernements fédéral et provinciaux unissent leurs efforts afin de protéger les espèces en péril. Parcs Canada, agence du gouvernement fédéral, contribue à protéger les espèces dans le cadre de l'Accord.
  • Protection des espaces en danger la campagne Espaces en danger a débuté en 1987 et a pris fin en 2000. Il s'agissait d'une campagne de 10 ans qui a permis d'ajouter 38 millions d'hectares aux parcs et aux zones protégées du Canada. Parcs Canada se consacre à la protection des habitats naturels représentatifs du patrimoine sauvage du Canada, qui est divisé en 39 régions naturelles, dont 30 font partie du réseau des parcs nationaux du Canada, ce qui laisse 9 régions non représentées.