La vie politique de Louis-Joseph Papineau

Louis-Joseph Papineau a été un homme très important dans l'histoire politique de la nation québécoise. D'ailleurs, son cheminement politique s'est fait dans une période où l'identité québécoise et où l'existence des Canadiens français étaient mises à l'épreuve.

Historique politique de Louis-Joseph Papineau (1809 – 1854)

Ses fonctions

Papineau fait son entrée en politique en 1809. Il devient alors député du comté de Kent (Chambly). L'année suivante, il s'affilie au Parti canadien. En 1814, il est élu député du comté de Montréal-Ouest. Puis, il devient, de 1815 à 1823 et de 1825 à 1838, président (orateur) de la Chambre d'assemblée. Il accède, vers 1815, à la direction du Parti canadien. En 1827, il est élu député du comté de Surrey. À son retour d'exil, Papineau est élu député du comté de Saint-Maurice, soit de 1848 à 1851. Puis, son dernier mandat en tant que député est celui de Deux-Montagnes, de 1852 à 1854. Il termine sa carrière politique cette même année.

Ses actions

Papineau se rend à Londres, en 1823, afin d'empêcher l'adoption du projet de loi qui vise l'unification des deux Canadas. Les 92 Résolutions sont déposées à Londres (1834). En 1837, la réponse – négative, parvient sous la forme des 10 résolutions de Lord Russell. Papineau s'engage alors dans une campagne d'assemblées populaires dans plusieurs régions du Québec, pour rallier la population au mouvement patriote. Il est présent à première bataille entre les Patriotes et les Britanniques à Saint-Denis. Toutefois, il part en exil vers les États-Unis, avant la fin de la bataille, pour éviter que le mouvement patriote ne soit privé de son chef s'il était pris comme otage.

Ses prises de position

  • Papineau soutient les méthodistes, les presbytériens et les Juifs dans le débat sur le projet de loi visant à accorder aux protestants dissidents le droit de tenir des registres d'état civil.
  • Il propose de placer l'enseignement universitaire sous la responsabilité d'une direction civile et laïque.
  • Il appuie le bill des notables qui doit permettre aux habitants d'une paroisse de participer à l'administration de la fabrique.
  • Louis-Joseph Papineau est un grand fervent des institutions étasuniennes. Il se dit républicain et il a l'idée d'instaurer une république bas-canadienne. Suite à son retour d'exil, Papineau refuse toujours l'union des deux Canadas et désapprouve l'abolition du régime seigneurial. D'ailleurs, il appuie le mouvement annexionniste (aux États-Unis).
  • Ses demandes les plus importantes sont la responsabilité de l'exécutif, l'éligibilité des conseillers législatifs et le contrôle du revenu par la législature.

La famille Papineau

  • L'arbre généalogique de la famille Papineau comporte deux branches majeures : la descendance Papineau et la descendance Bourassa.
  • Louis-Joseph Papineau (1786-1871) et Julie Bruneau (1795-1862) ont neuf enfants. Seulement cinq d'entre eux survivent : Amédée, Lactance, Ézilda, Gustave et Azélie.
  • Deux ont une descendance : l'aîné Amédée, qui poursuit la lignée Papineau, et la cadette Azélie, à l'origine de la lignée Bourassa, issue de son mariage avec Napoléon Bourassa (père de Henri Bourassa), peintre et architecte renommé de l'histoire de l'art du Québec.
  • Arbre généalogique de la famille Papineau format Gif (55 Ko) (la largeur de cette image excède 640 pixels)

Chronologie de Louis-Joseph Papineau

Les années de formation (1786-1809)

  • 7 octobre 1786 – Naissance de Louis-Joseph Papineau à Montréal.
  • 1796-1804 – Louis-Joseph Papineau commence ses études au Collège de Montréal et les poursuit, à compter de 1802, au Séminaire de Québec.
  • 1805-1809 – Cléricature en droit chez son cousin Denis-Benjamin Viger.

L'initiation aux institutions politiques (1808-1815)

  • 1808-1814 – Député du comté de Kent (Chambly) à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada.
  • 1810 – Réception d'une commission d'avocats.
  • 1813 – Capitaine de milice dans un bataillon de la milice d'élite durant la guerre de 1812.
  • 1814 – Louis-Joseph Papineau devient propriétaire de la maison paternelle, sise sur la rue Bonsecours à Montréal.
  • 1814-1830 – Siège à la Chambre d'assemblée, à titre de député de la circonscription de Montréal-Ouest (ville).

L'affirmation de l'homme politique (1815-1827)

  • 1815-1823 – Élu orateur (président) de la Chambre d'assemblée avec un salaire annuel de 1000 livres, à compter de 1817.
  • 1817 – Louis-Joseph Papineau achète de son père, la seigneurie de la Petite-Nation.
  • 1818 – Louis-Joseph Papineau épouse Julie Bruneau, fille de Pierre Bruneau, marchand et député de Québec.
  • 1820-1823 – Papineau est nommé au Conseil exécutif, mais décline l'invitation d'y siéger.
  • 1823 – Voyage en Angleterre, en compagnie de John Nelson, pour dénoncer le projet d'union des deux Canada.
  • 1825-1838 – Redevient orateur de la Chambre d'assemblée.

Le chef du Parti patriote (1827-1837)

  • 1827 – Papineau sort victorieux de la longue rivalité opposant, depuis 1815, politiciens québécois et montréalais pour le leadership du Parti canadien devenu, vers 1826, le Parti patriote.
  • 1827-1828 – Député du comté de Surrey (Verchères).
  • 1830-1838 – Louis-Joseph Papineau représente la circonscription de Montréal-Ouest (ville) à la Chambre d'assemblée.
  • 1834 – Rédaction et dépôt des 92 résolutions lesquelles expriment toutes les doléances du Parti patriote à l'endroit du gouvernement colonial.
  • 1834-1835 – Député du comté de Montréal.
  • Mars et avril 1837 – Discussion et adoption à Londres des 10 résolutions de Lord Russell, lesquelles rejettent les doléances et réformes suggérées par le Parti patriote.
  • 10 avril 1837 – Arrivée au pays de la nouvelle des résolutions Russell.
  • 15 mai 1837 – Discours prononcé par Louis-Joseph Papineau lors de l'assemblée de Saint-Laurent. L'homme politique recommande alors la non-consommation de produits importés du Royaume-Uni ainsi que la contrebande.
  • 17 juillet 1837 – Louis-Joseph Papineau préside, avec Cyrille-Hector-Octave Côté, une assemblée populaire à Napierville.
  • 23 et 24 octobre 1837 – Assemblée des Six-Comtés (Richelieu, Saint-Hyacinthe, Rouville, Chambly, Verchères et l'Acadie) à Saint-Charles.
  • 6 novembre 1837 – Les membres du Doric Club et Les Fils de la Liberté s'affrontent à Montréal. Les premiers attaquent la maison de Papineau et incendient le journal patriote anglophone The Vindicator and Canadian Advertiser.
  • 23 novembre 1837 – Combat à Saint-Denis. Victoire des patriotes sur les troupes britanniques. Fuite de Louis-Joseph Papineau et du Dr Edmund Bailey O'Callaghan vers Saint-Hyacinthe.

L'exil (1837-1845)

  • 1er décembre 1837 – Arrivée de Louis-Joseph Papineau et Edmund Bailey O'Callaghan aux États-Unis.
    Proclamation bilingue par le gouverneur Gosford, promettant une récompense de 1000 livres du cours de cette province (4000 $) à qui appréhenderait et livrerait Louis-Joseph Papineau aux forces de l'ordre.
  • 2 janvier 1838 – Assemblée de Middlebury, Vermont (États-Unis) qui se termine par une scission entre le groupe radical (Robert Nelson) et le groupe modéré (Papineau).
  • 1838 – À la fin mai ou au début juin, Louis-Joseph Papineau retrouve sa femme et certains de ses enfants à Saratoga, New York (États-Unis).
  • 4 novembre 1838 – Reprise de l'insurrection au Bas-Canada.
  • 8 février 1839 – Après avoir vainement tenté de convaincre à sa cause plusieurs personnalités américaines, Louis-Joseph Papineau quitte New York pour la France, à bord du Sylvie-de-Grasse.
  • Mai 1839 – Publication par la Revue du progrès de Paris, de la première partie de l'Histoire de l'Insurrection du Canada, rédigée par Louis-Joseph Papineau.
  • 1839-1845 – Durant son exil en France, Louis-Joseph Papineau consulte des ouvrages dans différentes bibliothèques, copie et fait copier des documents aux Archives de la Marine et à celles des Jésuites concernant le Canada, en vue de poursuivre la rédaction de son histoire de la colonie canadienne.
  • 1845 – Papineau, bénéficiant d'une amnistie, retourne au Canada via Boston.

Épilogue politique (1848-1854)

  • 1848-1851 – Député du comté de Saint-Maurice à l'Assemblée législative du Canada-Uni. Ce deuxième volet de la carrière politique de Louis-Joseph Papineau, qui se prolonge jusqu'en 1854, contribue peu à la célébrité du personnage. Remplacé comme chef réformiste des Canadiens français par Louis-Hippolyte La Fontaine et incapable de faire preuve de réalisme politique, Louis-Joseph Papineau accepte mal le rôle de simple député et s'en lasse rapidement.
  • 1849 – Partisan de l'annexion du Canada-Uni à la république étasunienne voisine.
  • 1852-1854 – Représente le comté des Deux-Montagnes à l'Assemblée législative du Canada-Uni.

La retraite du seigneur (1854-1871)

  • 1850-1871 – Papineau se retire dans le vaste manoir qu'il vient de construire à Montebello et se consacre à sa famille, à ses livres et à l'administration de ses terres de la Petite-Nation.
  • 1853-1855 – Louis-Joseph Papineau affligé par la disparition de plusieurs membres de sa famille, construit une chapelle funéraire près de son manoir, pour que les siens et lui-même y soient inhumés.
  • 23 septembre 1871 – Décès de Louis-Joseph Papineau à Montebello, à l'âge de 85 ans. Cinq jours plus tard, sa dépouille rejoint celles des membres de sa famille ensevelies dans la chapelle funéraire.