Portrait historique d'une femme
Thérèse Casgrain, Ottawa, Ontario, environ 1937
© Yousuf Karsh/Bibliothèque et Archives Canada/PA-178177

Thérèse Casgrain a été désignée personnage historique national en 2022.

Importance historique : Réformatrice, militante féministe et politicienne.

Plaque commémorative : pas de plaque installéeFootnote 1

Thérèse Casgrain (1896-1981)

Dès 1922, Thérèse Casgrain est l’une des membres de premier plan du Comité provincial du suffrage féminin, organisme qui devient en 1928 la Ligue des droits de la femme. Casgrain dirige ce même organisme de 1928 à 1942, période où elle joue un rôle crucial dans la lutte qui mène ultimement à l’obtention du droit de vote des femmes québécoises aux élections provinciales en 1940. Véritable pionnière du mouvement féministe québécois, elle est au cœur des combats pour l’avancement de la cause des femmes de 1922 à 1966 et contribue, en tant que fondatrice de la Fédération des femmes du Québec en 1966, à donner un nouveau souffle au mouvement féministe québécois et canadien. Elle devient une source d’inspiration pour les femmes francophones à l’extérieur du Québec et appuie les revendications des femmes autochtones contre la Loi sur les Indiens. Elle embrasse aussi de nombreuses autres causes notamment la paix et la sécurité dans le monde. Grande humaniste, elle lutte également pour la justice sociale et les libertés civiles entre autres par son engagement en politique active avec la Fédération du Commonwealth Coopératif de 1946 à 1963 et sa participation à la Ligue des droits de l’Homme de 1963 à 1970.

Thérèse Casgrain, née Forget, voit le jour en 1896 à Montréal au sein d’une famille catholique de la bourgeoisie canadienne-française et marie en 1916 Pierre-François Casgrain, avocat et politicien. Elle fait partie des membres fondateurs du Comité provincial pour le suffrage des femmes en 1922 et, dès lors, joue un rôle de premier plan dans cette campagne. Sous sa direction, l’organisation, sous sa nouvelle dénomination de la Ligue des droits de la femme, milite pour le droit de vote des femmes au Québec ainsi que d’autres réformes sociales et juridiques. En 1940, le gouvernement libéral d’Adélard Godbout, sous la pression de Casgrain et d’autres militantes féministes, adopte une loi accordant le droit de vote aux femmes.

 

Photo historique d'une femme assise
Thérèse Casgrain, Montréal, Québec, date inconnue
© George Nakash/Bibliothèque et Archives Canada/PA-123482
Photo historique d'une femme debout, portant une longue robe
Thérèse Casgrain, Ottawa, Ontario, 8 avril 1939
© Yousuf Karsh/Bibliothèque et Archives Canada/PA-178193
Photo historique d'une femme debout
Thérèse Casgrain, 1960
© Bibliothèque et Archives Canada/PA-178170

 

Timbre-poste montrant le portrait d'une femme
Thérèse Casgrain, le bien commun, timbre-poste
© Bibliothèque et Archives Canada, Droits d'auteurs: Société canadienne des postes

En 1946, elle se joint au Co-operative Commonwealth Federation (CCF), la formation politique qui est aujourd’hui le Nouveau Parti démocratique, parce que, selon ses mémoires, elle voyait « à quel point le Canada avait besoin d’une politique axée sur le bien commun plutôt que sur la promotion d’intérêts personnels ». De 1951 à 1957, elle en dirige l’aile québécoise et devient ainsi la première femme à diriger un parti politique au Canada. Au cours de sa carrière politique, elle lutte contre les injustices sociales, économiques et politiques qui touchent autant les hommes que les femmes en matière d’emploi, de santé, d’éducation et de logement.

Au cours des années 1960, elle occupe la présidence ou la vice-présidence de nombreux comités et associations dont la présidence de la Ligue des droits de l’Homme, la présidence de la section québécoise de la Voix des femmes, la présidence du Comité du secours médical du Québec au Viêt-Nam, la présidence de la section francophone de l’Association d’éducation des adultes du Canada, la vice-présidence du Comité consultatif de l’administration de la justice au Québec et la présidence de l’Association des consommateurs du Canada pour le Québec. En 1966, elle participe à la mise sur pied de la Fédération des femmes du Québec qui cherche à coordonner les efforts des divers organismes féminins à travers la province. Thérèse Casgrain décède à Montréal le 2 novembre 1981.

La présente fiche d’information a été rédigée au moment de l’annonce ministérielle en 2022.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Obtenir plus d'informations sur la façon de participer à ce processus


Liens connexes