Pour bien des personnes, l’observation des animaux sauvages dans les parcs nationaux du Canada est une expérience inoubliable. C’est l’occasion d’établir un lien avec la nature et d’enrichir nos connaissances. Il faut toutefois se rappeler que les animaux, eux aussi, nous observent et ce qu’ils retiennent de nos rencontres peut affecter leur comportement vis-à-vis de l’humain. Le maintien d’une distance saine entre les personnes et les animaux sauvages contribue à assurer leur sécurité et celle des visiteurs.

1. Renseignez-vous sur les animaux sauvages qui vivent dans le parc que vous allez visiter

Employée de Parcs Canada renseignant les visiteurs d’un parc national.
À votre arrivée, renseignez-vous auprès d’un employé de Parcs Canada sur les animaux sauvages qui vivent dans le parc.

Chacun des parcs nationaux du Canada abrite des espèces sauvages différentes. Renseignez-vous sur les espèces qui vivent dans le parc national que vous allez visiter sur le site Web du parc ou passez au centre d’information et d’accueil des visiteurs pour obtenir de l’information pertinente.

Parcs Canada gère 46 parcs nationaux et un parc urbain national d’un océan à l’autre. Ces aires protégées abritent des milliers d’espèces différentes de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, de plantes et autres espèces sauvages.

2. Nourrir les animaux sauvages n’est jamais permis

Tamia mangeant un gland.
Les animaux sauvages ont appris à trouver la nourriture qu’il leur faut dans leur milieu naturel… Ils n’ont pas besoin de votre aide.

Le fait de nourrir les animaux, même indirectement, en laissant de la nourriture ou des ordures, leur enseigne que les humains peuvent leur fournir de la nourriture. Une fois qu’un animal a développé un goût pour les aliments d’origine humaine, il peut les préférer à la nourriture présente dans son milieu naturel.

Il est illégal de nourrir les animaux sauvages dans les parcs nationaux, ce qui pourrait vous valoir une amende (pouvant atteindre 25 000 $) en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada. Cette interdiction porte sur le fait de les nourrir directement, en leur donnant de la nourriture, ou indirectement, en laissant des ordures dans lesquelles ils peuvent fouiller.

3. Tenez votre chien en laisse

Deux visiteurs et leur chien marchant sur une promenade de bois dans un parc national. Le chien est en laisse.
Des visiteurs se promènent avec leur chien en laisse sur le sentier Attikamek, le long du canal de Sault Ste. Marie, en Ontario.

Nous savons à quel point vous aimez Fido, mais tenez-le en laisse et contrôlez-le à tout moment pour assurer sa sécurité et la vôtre. Les chiens peuvent tuer ou blesser, ou encore, effrayer les animaux sauvages, qui peuvent alors se montrer nerveux ou agressifs.

Des études montrent que les chiens en liberté sont l’une des principales causes des attaques faites par des animaux sauvages.

4. Gardez votre emplacement de camping propre

Un emplacement de camping sur lequel ne traîne aucun objet pouvant tenter les animaux sauvages.
une table de pique-nique sur laquelle traînent plusieurs aliments et, ça et là sur l’emplacement, on voit des contenants de nourriture.
Voyez-vous les différences entre les deux images? À gauche, l’emplacement de camping n’offre pas de tentation pour les animaux sauvages. À droite, par contre, de nombreux objets aux odeurs attirantes traînent sur l’emplacement. Ces objets doivent être gardés dans les casiers d’entreposage à l’épreuve des animaux désignés. Ne les placez JAMAIS dans votre tente.

Plusieurs personnes savent déjà que la nourriture laissée sur un emplacement de camping peut attirer les animaux sauvages, mais ces animaux peuvent également être attirés par d’autres objets qui sentent la nourriture. C’est le cas notamment des ordures, des assiettes, des casseroles et des poêles, des réchauds, des glacières et même des articles de toilette (par exemple, les savons, les shampoings et les dentifrices).

Assurez-vous d’éliminer les parfums trop tentants sur votre emplacement de camping en gardant les objets qui sentent « bon » dans votre véhicule ou dans des contenants à l’épreuve des animaux sauvages. Dès que vous avez fini d’utiliser ces objets, rangez-les de la manière appropriée.

5. Partez en randonnée entre le petit-déjeuner et le souper – restez en groupe et gardez vos enfants près de vous

Quatre visiteurs marchant sur un sentier dans un parc national. Ils se déplacent en file, en conservant une distance de moins de quelques mètres entre chacun d’eux.
En restant en groupe et en gardant vos enfants près de vous, vous réduirez le risque de faire des rencontres dangereuses avec des animaux sauvages.

Les animaux sauvages sont particulièrement actifs à l’aube et en soirée. Pour votre sécurité, planifiez toujours vos randonnées pendant la journée et vérifiez la météo et l’état des sentiers avant le départ. Les rencontres soudaines laissent aux animaux sauvages peu de temps pour décider de leurs réactions. Laissez toujours votre itinéraire à quelqu’un, en indiquant les heures auxquelles vous devez partir et revenir.

Le saviez-vous? Il est préférable de partir en groupe et de faire du bruit sur les sentiers que de vous déplacer seul.

6. Arrêtez-vous seulement s’il est sécuritaire de le faire

Plusieurs véhicules arrêtés des deux côtés d’une route étroite dans un parc national. Des visiteurs se tiennent au milieu de la route pour prendre en photo un sujet qui se trouve au-delà des véhicules.
En s’arrêtant pour observer des animaux sauvages, on peut causer un dangereux embouteillage « sauvage ».

L’arrêt des véhicules sur les routes pour observer des animaux sauvages peut créer des risques graves. Les animaux peuvent s’habituer à la présence des véhicules et ne plus les considérer comme étant dangereux. Sur les routes qui traversent les parcs nationaux à la grandeur du pays, trop d’animaux sont tués chaque année.

Les véhicules arrêtés le long des routes créent également des obstructions visuelles pour les véhicules en mouvement. Si vous voyez un animal sur la route, ralentissez, mais arrêtez-vous uniquement aux endroits sécuritaires. Si vous vous arrêtez pour observer un animal, il vaut mieux le faire à l’abri de votre véhicule.

7. Restez à une distance sécuritaire des animaux sauvages

Deux personnes observant un sujet donné à distance. L’une d’elles prend le sujet en photo.
Avec l’équipement qui convient, vous pouvez prendre une photo unique d’un animal sauvage en restant à une distance sécuritaire.

Emportez vos jumelles ou un téléobjectif pour prendre cette photo exceptionnelle d’un animal dans son milieu naturel. Votre rencontre avec cet animal est sans doute un moment unique, mais pour lui, vous n’êtes peut-être qu’un des nombreux humains qu’il croisera dans la journée.

Restez à un minimum de 30 m de tout gros animal et de 100 m, s’il s’agit d’un ours, d’un loup, d’un coyote ou d’un cougar. En vous approchant ou en les laissant vous approcher, vous risquez de leur faire perdre leur crainte des humains. Le risque de conflit entre l’humain et l’animal augmente s’il est habitué à la présence humaine.

Si vous voyez des personnes s’approcher d’un animal, prévenez-les des dangers qui découlent de leur comportement pour elles-mêmes et pour l’animal. Si vous voyez une personne en train de prendre un égoportrait avec un animal sauvage, rappelez-lui qu’elle est probablement beaucoup trop proche.

8. Soyez vigilant et attentif à votre environnement

Deux personnes faisant une randonnée sur un sentier bordé d’une végétation dense.
Apprenez à reconnaître les signes indiquant la présence d’animaux sauvages à proximité.

Les animaux sauvages n’aiment pas être surpris. Cela peut les rendre nerveux et causer des problèmes. Pour éviter les surprises désagréables, apprenez à reconnaître les signes de leur présence, dont les traces de passage récent, des excréments et les traces de griffes fraîches sur le sol ou sur l’écorce des arbres.

Si vous êtes à un endroit où de nombreux signes indiquent la présence d’animaux sauvages, faites du bruit, restez près les uns des autres et éloignez-vous de cet endroit.

9. Emportez un vaporisateur chasse-ours et sachez comment l’utiliser

Personne tenant un vaporisateur chasse-ours.
Ayez un vaporisateur chasse-ours à portée de la main et soyez prêt à l’utiliser… au cas où!

Si un gros animal s’approche de vous, par exemple un ours, un loup ou un cougar, un jet de vaporisateur chasse-ours peut être un moyen de dissuasion efficace. Visitez le site Web du parc que vous prévoyez visiter pour savoir s’il est recommandé de vous munir d’un vaporisateur chasse-ours.

Vous pouvez vous procurer un vaporisateur chasse-ours dans un magasin d’articles de sport. Visionnez les vidéos accessibles en ligne pour apprendre à l’utiliser. Assurez-vous de l’avoir à portée de la main pour être prêt à l’utiliser à tout moment.

Le vaporisateur chasse-ours contient de la capsaïcine – un produit chimique que l’on trouve dans le piment. Il irrite les yeux et la peau de l’animal et peut affecter sa respiration, mais il n’est pas mortel.

10. Ne sortez pas des sentiers désignés et respectez toute la signalisation

Visiteurs faisant une randonnée sur un sentier boisé dans un parc national.
Comportez-vous en visiteur modèle! Ne sortez jamais des sentiers désignés pendant vos visites dans les parcs nationaux.

Les sentiers des parcs nationaux sont conçus pour vous amener vers les endroits les plus intéressants à l’intérieur du parc tout en assurant votre sécurité contre les dangers et en protégeant l’environnement. Ne sortez jamais des sentiers désignés et renseignez-vous à l’avance sur les aires fermées auprès des employés de Parcs Canada. Soyez prêts à modifier vos plans si nécessaire.