Le glacier Kaskawulsh a tellement reculé que ses eaux de fonte ont changé de cours, transformant le drainage régional.

Le champ de glace Saint-Élie

St. Elias IcefieldsLe champ de glace Saint-Élie

Le champ de glaces Saint-Élie au Kluane, vestige des calottes glaciaires qui recouvraient à une époque la plus grande partie du Canada d’aujourd’hui, donne un aperçu de la dernière glaciation. Les glaciers de vallée provenant du champ de glace Saint-Élie alimentent les rivières qui coulent en direction du sud jusqu’au golfe d’Alaska et en direction du nord pour rejoindre le fleuve Yukon, lequel coule vers l’ouest, traversant l’Alaska avant de se jeter dans la mer de Béring.

Depuis la fin de la période glaciaire, le volume du champ de glace Saint-Élie n’a pas cessé de croître et de décroître sur des centaines d’années au rythme des cycles de refroidissement et de réchauffement du climat terrestre. Par conséquent, les glaciers de vallée, alimentés par le champ de glace, ont avancé et reculé, sculptant et sculptant à nouveau l’architecture des vallées – agissant comme de gigantesques bulldozers à chaque avancée, et comme d’énormes camions bennes à chaque recul.

Glacier Kaskawulsh

View of the Kaskawulsh Glacier
Glacier Kaskawulsh

Venant du champ de glace, le glacier Kaskawulsh forme la base d’un Y. Naissant au front du glacier, la rivière Kaskawulsh coule vers le sud-est, formant une des branches du Y. En aval, elle se joint à la rivière Dezadeash pour créer la rivière Alsek, qui poursuit sa course vers le sud jusqu’au golfe d’Alaska.

L’autre branche du Y est formée par la vallée de l’Ä’äy Chù (rivière Slim’s), qui se dirige vers le nord à partir du front du glacier avant d’aboutir au lac Kluane. Ce dernier alimente la rivière Kluane, qui se déverse dans la rivière White, affluent du fleuve Yukon qui lui se jette dans la mer de Béring.

Avance et recul

Durant les avancées glaciaires, le front du glacier Kaskawulsh peut occuper toute la vallée, séparant la vallée de la rivière Kaskawulsh de la vallée de l’Ä’äy Chù par une crête glaciaire. Lorsque cela se produit, les eaux de fonte du glacier s’écoulent dans deux directions : vers le sud-est, par la rivière Kaskawulsh jusqu’à l’Alsek, et vers le nord, par l’Ä’äy Chù jusqu’au lac Kluane.

L’Ä’äy Chù (rivière Slim’s), avec le lac Kluane à l’arrière-plan

Quand le glacier Kaskawulsh recule, un espace se crée entre son front et le versant opposé de la vallée. La rivière Kaskawulsh n’est alors plus séparée de l’Ä’äy Chù que par l’amas de rochers et de glace laissé dans la vallée par le recul du glacier. Les eaux de fonte ont donc libre cours. Généralement, elles s’écoulent par le chemin le plus court et le plus abrupt, à savoir la rivière Kaskawulsh, jusqu’à l’Alsek. Autrement, elles continuent d’alimenter à la fois la rivière Kaskawulsh et l’Ä’äy Chù. C’est le cas depuis le dernier recul qui a débuté au milieu du XIXe siècle, à la fin du « petit âge glaciaire ».

Capture

Toe of the Kaskawulsh Glacier with the Kaskawulsh River in background
Le front du glacier Kaskawulsh, avec la rivière Kaskawulsh à l’arrière-plan

Depuis le milieu des années 1950, le recul du glacier Kaskawulsh s’est accéléré. Deux lacs d’eaux de fonte, séparés par la glace et les débris rocheux abandonnés par le recul du glacier, se sont formés devant le front de ce dernier. L’un des lacs alimente la rivière Kaskawulsh, l’autre l’Ä’äy Chù. En mai 2016, lors d’un printemps exceptionnellement chaud, un chenal d’eau de fonte s’est creusé dans une section de glace morte qui séparait les deux lacs. En l’espace de quelques jours, le chenal s’est transformé en une gorge qui a détourné l’eau du lac alimentant l’Ä’äy Chù dans le lac alimentant la Kaskawulsh. La décharge à l’embouchure de la gorge se trouve maintenant 17 mètres plus bas que la décharge qui alimentait auparavant l’Ä’äy Chù.

Le volume restant dans l’Ä’äy Chù, alimenté par des cours d’eau latéraux situés entre le front du glacier et le lac Kluane, a considérablement diminué. Le niveau de l’eau du lac Kluane a énormément baissé, ce qui a des répercussions sur l’accès au lac et son utilisation. On ignore ce qu’y seront les effets à long terme pour la pêche. Pendant ce temps-là, l’embouchure de la gorge qui a détourné les eaux se trouve à un niveau inférieur au niveau actuel du lac Kluane. Avec le temps, en raison de l’érosion régressive, la rivière Kaskawulsh va progressivement capturer le volume restant de l’Ä’äy Chù pour, en définitive, être alimentée par le lac Kluane; ce dernier ne fera alors plus partie du bassin hydrographique du Yukon.

Avant et après

Lac Kluane et l'embouchure de l'Ä’äy Chù, 2013
Lac Kluane et l'embouchure de l'Ä’äy Chù, 2013
Avant la capture
Lac Kluane et l'embouchure de l'Ä’äy Chù, 2016
Lac Kluane et l'embouchure de l'Ä’äy Chù, 2016
Après la capture

Retour vers le futur

Une telle « capture de rivière » n’avait jamais été observée durant l’ère moderne, alors qu’elle n’était pas rare à la fin de la dernière glaciation. Il ne faudrait rien de moins qu’une progression considérable du glacier Kaskawulsh pour inverser ce phénomène. Étant donné le réchauffement climatique causé actuellement par l’activité industrielle, cela semble être fort peu probable dans un avenir prochain. Ce retour en arrière vers la fin de la période glaciaire serait-il un signe annonciateur de ce qui s’en vient? Peut-être, entrons-nous dans une nouvelle ère.