Téléchargez cette bulletin d’information (PDF, 1,12 Mo)


Dans le présent bulletin

  • Le paysage changeant du parc
  • Défis et questions en matière de gestion
  • Comment vous pouvez contribuer à orienter l’ébauche du plan directeur

Activités portes ouvertes

Le mardi 4 juin 2019
Haines Junction

St. Elias Convention Centre
18 h à 20 h

Le mercredi 5 juin 2019
Burwash Landing

Pavillon Jacquot
17 h à 19 h

Le jeudi 6 juin 2019
Whitehorse

Centre récréatif de Mount
McIntyre
18 h à 20 h

Des rafraîchissements seront servis!

L’examen décennal du plan directeur pour le parc national et la réserve de parc national Kluane est en cours! Participez-y et contribuez à façonner l’avenir de ce parc national.

Qu’est-ce qu’un plan directeur?

Il s’agit d’un document public qui présente l’orientation stratégique et la vision à long terme de la gestion du parc national. Le dernier plan directeur du parc Kluane a été signé en 2010. En vertu de la loi, les plans doivent faire l’objet d’un examen public et être déposés au Parlement tous les 10 ans. 

Un plan directeur comprend ce qui suit :

  • Une vision sur 15 ans pour le parc
  • Des stratégies clés pour :
    • Protéger les valeurs naturelles et culturelles
    • Offrir aux visiteurs des expériences exceptionnelles
    • Joindre et mobiliser des publics, localement et à distance
    • Encourager le rétablissement des liens des Autochtones avec leurs terres traditionnelles
  • Un plan de zonage et une évaluation environnementale stratégique

Exprimez-vous!

Votre rétroaction nous aidera à orienter l’ébauche du plan directeur.

  • Assistez une séance porte ouverte
  • Envoyez vos commentaires par courriel à l’adresse pc.plankluane.pc@canada.ca
  • Rédigez une lettre : CP 5495, Haines Junction, YT, Y0B 1L0
  • Consultez le site Web du parc pour connaître les mises à jour : parcscanada.ca/kluane

Tous les commentaires reçus au plus tard le 30 juin 2019 seront pris en compte dans l’élaboration de l’ébauche du plan directeur.

Le plan directeur de 2020 pour le parc national et la réserve de parc national Kluane

Qui est responsable du plan?

KNPMB logo

Le Conseil de gestion du parc national et de la réserve de parc national Kluane et Parcs Canada dirigent l’élaboration du plan directeur du parc.

Le Conseil est formé de représentants de la Première Nation de Kluane, des Premières Nations de Champagne et de Aishihik, de Parcs Canada et de la collectivité élargie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Conseil, consultez le site suivant : www.kluanepmb.ca (en anglais seulement).

Pour consulter le plan directeur de 2010, cliquez sur le lien suivant : 
http://www.pc.gc.ca/fr/pn-np/yt/kluane/gestion-management/plan

Carte de parc national et réserve de parc national Kluane

La vision pour le parc national et la réserve de parc national Kluane

Vision de 2010

La vision d’un parc reflète l’esprit des lieux et brosse un tableau inspirant de l’état souhaité du parc dans 15 ou 20 ans. Un examen montre que la vision actuelle semble toujours pertinente, mais qu’il faudrait accorder une plus grande place à l’utilisation et au rétablissement des liens des Autochtones ainsi qu’à une gestion coopérative.

Ceci est un territoire vivant; ceci est Dan Keyi.

L’intégrité écologique du parc est préservée, tout en présentant l’essence de ce territoire aux Canadiens et à ses visiteurs. La cogestion est assurée par Parcs Canada, les Premières nations Champagne et Aishihik, la Première nation Kluane et le Conseil de gestion du parc national Kluane. En collaboration avec nos partenaires des Premières nations, nous nous efforçons à susciter la participation des gens et des collectivités qui partagent ce territoire.

Le parc national et la réserve de parc national Kluane protègent un paysage dynamique et varié. Fruit d’une relation où territoire, plantes, animaux et humains sont étroitement unis depuis des millénaires, cette aire protégée continue d’évoluer. La majesté éternelle de ses montagnes, de ses glaciers et de ses vallées nous donne un sentiment de grande humilité; la beauté et la puissance de l’ours grizzli, du mouflon de Dall et d’autres animaux sauvages qui remplissent ses vastes étendues font naître en nous un sentiment d’émerveillement et de renouveau; le partage de ce territoire avec nos partenaires des Premières nations nous aide à comprendre comment les gens peuvent vivre en harmonie dans leur cadre naturel et physique.

Une expérience de la nature sauvage facile d’accès, avec nos familles et nos amis, ou
entièrement seuls, crée une richesse de souvenirs. Le parc national Kluane nous offre des défis personnels qui peuvent se trouver aux sommets de ses montagnes, au creux de ses vallées et sur ses rivières puissantes. Ce territoire est véritablement un monde naturel sauvage époustouflant de renommée mondiale; une part d’un site du atrimoine mondial de l’UNESCO. 

Le parc national et la réserve de parc national Kluane sont bien plus qu’un paysage de hautes montagne et de rivières sauvages. Il englobe le vécu humain et le tissu culturel qui contribuent à le façonner. La prospérité des écosystèmes dépend de la bonne santé des terres, des eaux, des plantes, des animaux et des habitants de ce territoire.

Nous vous invitons à venir faire l’expérience de ce territoire vivant, à en tirer des enseignements, à emprunter les sentiers modernes de la coopération et de la conservation et à découvrir ce que sont le parc national et la réserve de parc national Kluane.

Bienvenue; Dannch’e.

Q. Quels éléments aimeriez-vous voir pris en compte dans la vision à jour pour le parc?

Le paysage culturel en évolution

Le parc Kluane font partie du territoire traditionnel des Tutchones du Sud, qui sont représentés dans la région par les Premières Nations de Champagne et de Aishihik, la Première Nation de Kluane et la Première Nation de White River.

En 1943, le refuge faunique Kluane a été créé, et les Premières Nations se sont vu refuser l’accès à une partie importante de leurs territoires traditionnels. Cette séparation a rompu les liens particuliers qui étaient entretenus avec ces terres, ce qui a causé une grande perte, sur les plans personnel et culturel, qui a touché cinq générations. Par suite de la mise en oeuvre des revendications territoriales, ces Premières Nations ont réaffirmé leurs droits de s’adonner à des activités traditionnelles dans le parc.

Aujourd’hui, les Tutchones du Sud continuent de conserver leur riche culture et rétablissent les liens avec leurs terres traditionnelles dans le parc et à proximité de ce dernier. Dans le cadre du processus de revendications territoriales, les Premières Nations de Champagne et de Aishihik, la Première Nation de Kluane et Parcs Canada gèrent conjointement le parc. La Première Nation de White River a fait valoir ses droits dans le parc national et la réserve de parc national Kluane, lesquels sont reconnus par le gouvernement du Canada.

Qu’est-ce qui a changé depuis le plan de 2010?

Le centre d’accueil du parc national et de la réserve de parc national Kluane est aujourd’hui situé au centre culturel Da Kų Premières Nations de Champagne et de Aishihik, à Haines Junction. Parcs Canada a l’honneur de partager l’espace de ce splendide centre culturel, inauguré en 2012, où les visiteurs peuvent découvrir la culture et les traditions des Premières Nations de Champagne et de Aishihik, des expositions numériques primées et des activités pratiques.

Voici d’autres initiatives :

  • La conclusion d’une entente avec la Première Nation de Kluane pour élaborer un programme d’interprétation culturelle au centre d’accueil nouvellement agrandi du Thechàl Dhâl;
  • L’intégration de la langue des Tutchones du Sud aux activités et aux infrastructures du parc, notamment sur les panneaux routiers plurilingues installés en 2017;
  • L’utilisation du savoir traditionnel dans la gestion du parc, notamment dans les processus d’évaluation environnementale et les prospections archéologiques.

Deux prospections archéologiques ont été effectuées dans différents secteurs du parc avec la participation de la Première Nation de Kluane et des Premières Nations de Champagne et de Aishihik, ce qui a permis de découvrir 35 sites archéologiques qui ont été ajoutés à l’inventaire. Depuis 2008, plus de 1 500 artéfacts ont été ajoutés à la collection archéologique.

Regard sur l’avenir…

Il reste encore des progrès à réaliser dans l’intégration des langues autochtones au contenu d’interprétation et aux autres contenus liés au parc. Il est possible d’exploiter davantage le savoir traditionnel dans la gestion du parc. Les collectivités des Premières Nations et Parcs Canada continuent d’envisager le parc comme un élément central du rétablissement des liens avec les territoires traditionnels.

Q. Comment pouvons-nous protéger le parc Kluane ainsi que les ressources culturelles pour les générations à venir?

Le paysage naturel en évolution

Le parc national et la réserve de parc national Kluane sont une terre d’extrêmes, où l’on trouve de vastes champs de glace, d’imposantes montagnes, de très grandes vallées boisées et un immense paysage de toundra. Le parc abrite une grande diversité de plantes et d’animaux; des populations stables d’aigles, de grizzlis et d’autres espèces souvent menacées ailleurs y vivent.

Qu’est-ce qui a changé depuis le plan de 2010?

Nous en savons aujourd’hui plus que jamais sur les écosystèmes du parc. Depuis le dernier plan directeur (2010), la surveillance a été modernisée et englobe maintenant 15 aspects des eaux douces, des forêts et de la toundra du parc Kluane. De la grenouille des bois au touladi, en passant par la structure forestière et la qualité de l’eau, nous surveillons la grande danse de la vie naturelle dans cette région sauvage reculée. 

Au parc, les changements se produisent à un rythme sans précédent. La température annuelle moyenne dans la région a augmenté de quatre degrés Celsius depuis 1945. Au cours des 50 dernières années, la zone du parc recouverte de glaciers a diminué de 19 p. 100. Plus de 230 petits glaciers ont disparu. En 2016, le recul du glacier Kaskawulsh a causé le détournement des eaux de la rivière Ä’ä˛y Chù à la rivière Kaskawulsh et vers un océan différent. Cela a entraîné d’importantes transformations du paysage dans les vallées des deux rivières et au-delà des frontières du parc Kluane.

Regard sur l’avenir…

On prévoit d’autres changements – des saisons de feux prolongées, un plus grand nombre d’épisodes de pluie sur neige, une hausse de la température des lacs et des périodes d’eaux libres plus longues. Nous nous efforçons de mieux comprendre le lien complexe entre les changements climatiques et :

  • Le retrait des glaciers et les impacts en aval;
  • La diminution du nombre de saumons kokanis;
  • L’infestation à grande échelle de typographes de l’épinette et le rétablissement plus lent que prévu de l’épinette.

Les gestionnaires peuvent aider les espèces à s’adapter aux changements climatiques notamment en réduisant au minimum les pressions non climatiques, comme la perturbation des ours par l’humain. L’adoption d’une approche de gestion du paysage est envisagée, laquelle aidera à mieux protéger la population abondante de grizzlis dans le parc et la réserve Kluane. Cette approche, qui a déjà été mise en oeuvre dans de nombreux autres parcs, permet d’évaluer la perturbation anthropique dans un bassin hydrographique. Lorsque le taux de perturbation approche d’un seuil où les grizzlis subissent des conséquences négatives, les gestionnaires des parcs limitent l’activité humaine dans le secteur visé.

Q. Comment pouvons-nous protéger le parc Kluane ainsi que les ressources naturelles pour les générations à venir?

Le paysage récréotouristique en évolution

Le parc attire toujours les alpinistes, les amateurs de descente en eaux vives et les randonneurs pédestres, qui viennent voir ses pics imposants, ses prés alpins, ses rivières d’un bleu glacé et ses forêts boréales. Deux centres d’accueil attirent un nombre important d’automobilistes. Tant pour les magnifiques randonnées d’une journée que pour les splendides paysages du côté de la route, le parc Kluane sont admirables sur tous les plans.

Qu’est-ce qui a changé depuis le plan de 2010?

Plusieurs changements dans les habitudes des visiteurs sont évidents. Le nombre de visiteurs de voyages organisés a chuté, alors que les visiteurs indépendants sont plus nombreux. Au terrain de camping du Lac-Kathleen, le nombre de visiteurs a doublé; en 2018, Parcs Canada a jouté cinq tentes oTENTik (abris clos pour le camping) sur le terrain pour pouvoir y accueillir un plus grand nombre de visiteurs. Les observations portent à croire que les nouvelles activités récréatives, comme le vélo de montagne et le canotage de poche, sont de plus en plus pratiquées.

La fréquentation de l’arrière-pays dans l’ensemble du parc a presque doublé. Dans certains secteurs, comme le tronçon de la rive ouest de la rivière Ä’ä˛y Chù/Slims, il se pourrait que la fréquentation commence à nuire à l’environnement et à compromettre le sentiment de solitude que recherchent les visiteurs.

Regard sur l’avenir…

Depuis 2015, la Première Nation de Kluane, la société en commandite Kluane Community Development et Parcs Canada travaillent sur le concept d’un écogîte détenu et exploité par la Première Nation. L’emplacement proposé se situe près du lac Bighorn, dans le parc, à l’intérieur du territoire traditionnel de la Première Nation de Kluane (voir la carte). Le concept étudié prévoit notamment l’aménagement d’installations accessibles par avion dans l’arrière-pays, où les visiteurs auraient l’occasion de faire de la randonnée, d’observer la faune et de découvrir la culture autochtone.

De même, les Premières Nations de Champagne et de Aishihik envisagent l’aménagement d’un écogîte sur leurs terres désignées, qui sont adjacentes aux limites du parc au lac Kathleen. Elles ont exprimé le désir de travailler avec Parcs Canada pour évaluer les infrastructures et les activités récréatives en vue d’offrir une expérience enrichissante aux visiteurs du parc.

L’étude de ces possibilités économiques avec les deux Premières Nations fait partie de la mise en oeuvre de l’Entente définitive avec la Première Nation de Kluane et de l’Entente définitive des Premières Nations de Champagne et de Aishihik, qui prévoient la création d’occasions sur les plans des affaires et de l’emploi relativement au développement et à l’exploitation du parc.

Q. Quelle serait la meilleure façon d’appuyer les divers types d’expériences des visiteurs au parc Kluane?

Zonage

Le zonage du parc est un volet important du plan de gestion du parc Kluane. Le zonage indique l’emplacement possible des différentes activités et installations, dans le but de protéger le mieux possible les ressources naturelles et culturelles et de favoriser des expériences extraordinaires.

Pour les détails de zonage actuels, voir le plan directeur 2010 à l’adresse :
www.pc.gc.ca/fr/pn-np/yt/kluane/gestionmanagement/plan.

Regard sur l’avenir…

L’apport de modifications au zonage pour mieux refléter les utilisations actuelles et proposées et pour mettre en oeuvre des stratégies de conservation, comme la gestion des ours, est envisagé dans le cadre de cet examen du plan directeur.

Q. Selon vous, quels facteurs devraient être pris en compte dans le zonage du parc Kluane?

Prochaines étapes?

Chronologie du processus de planification

2018-9, Identification des sujets; Juin 2019, Consultation préliminaire; 2020, Consultation de
l’ébauche du plan intégral; 2020, Approbation

Après cette série de consultations, Parcs Canada et le Conseil de gestion du parc national et de la réserve de parc national Kluane élaboreront l’ébauche du plan. Tous les commentaires reçus au plus tard le 30 juin 2019 seront pris en compte dans l’élaboration de l’ébauche du plan directeur.

Les consultations sur l’ébauche du plan seront menées en 2020.

Au plaisir de vous voir aux séances portes ouvertes!


Pour obtenir de plus amples renseignements :

CP 5495
Haines Junction
Yukon Y0B 1L0

pc.plankluane.pc@canada.ca