Point de départ : Pont de la rivière Jarvis, à environ 30 km au nord de Haines Junction, sur la route de l’Alaska
Distance : Environ 60 km
Durée : trois jours/deux nuits
Carte topographique à 1:50 000 :
lac Kloo (115 A/13), rivière Jarvis (115 B/16), lac Airdrop (115 B/9), Auriol (115 A/12)

Le parcours que nous décrivons ne constitue qu’une suggestion pour vous aider lors de votre excursion. Il est essentiel d’avoir l’expérience des déplacements en milieu sauvage, en plus de posséder une excellente aptitude en orientation, de savoir lire des cartes et un compas, pagayer et d’être entièrement autonome en cas de problèmes soyez prêt à affronter les situations d’urgence – les secours pourraient prendre plusieurs jours avant d’arriver.

Les contenants à l’épreuve des ours sont obligatoires dans cette région; on peut s’en procurer gratuitement au moment de son inscription au Centre d’accueil de Haines Junction ou de Thachäl Dhäl. De plus, il faut obtenir un permis d’accès à l’arrière-pays pour toutes les excursions avec coucher dans le parc national et la réserve de parc national Kluane. Les ours sont très actifs dans cette région, et les visiteurs doivent être au courant des précautions à prendre pour se déplacer en toute sécurité au pays des ours. Adressez-vous au personnel des centres d’accueil pour obtenir de plus amples renseignements, lisez le dépliant Vous êtes au pays des ours, et signalez la présence d’ours au personnel du parc.

Aperçu

L’excursion dure environ trois jours et deux nuits. Les randonneurs campent habituellement avant le ruisseau Kimberley et au confluent des rivières Jarvis et Kaskawulsh. Une fois à la rivière Kaskawulsh, il est interdit de camper ou de se déplacer sur la rive droite de la rivière – du côté sud de la rivière Kaskawulsh - en raison des restrictions imposées dans l’aire de protection du grizzli des rivières Alsek et Kaskawulsh. Il n’est non plus pas permis de camper ou de se déplacer sur la rivière Kaskawulsh en amont de la rivière Jarvis. Veuillez regarder en detail la carte des zones restreintes et interdites du Park (PDF - 6,34Mo) . 

La saison idéale pour entreprendre cette excursion est habituellement en juin et au début juillet, lorsque le niveau de l’eau est élevé, ce qui permet d’éviter les roches; toutefois, le débit est alors beaucoup plus rapide et les vagues sont beaucoup plus grosses; le danger est plus grand qu’un canot soit entraîné vers des obstacles, comme des rochers, des embâcles ou des arbres tombés dans la rivière qui bloquent une partie d’un chenal ou le chenal en entier. En général, la rivière est de classe II+ selon l’endroit et, comme c’est le cas de tous les cours d’eau du Yukon, l’eau est très froide.

Il importe de savoir que les niveaux et les conditions de l’eau changent selon le temps qu’il fait, le moment de l’année et la présence d’embâcles. Les pagayeurs doivent tenir compte de ces conditions variables et se préparer en conséquence. Dans la nature sauvage, il est important de ne pas laisser de traces de son passage et, ce faisant, vous minimiserez votre empreinte sur l’environnement!!

La description qui suit a été répartie en trois sections. Si vous constatez que la terminologie utilisée pour décrire les techniques de pagaie vous est peu familière, c’est là une bonne indication que le niveau de difficulté pourrait être trop élevé.

Description

Section 1 : Du pont de la rivière Jarvis au ruisseau Kimberley :
La rivière Jarvis est étroite et rocheuse, ses eaux sont vives et il y a de nombreux arbres tombés et embâcles à éviter. La rivière est aussi très étroite et contient plusieurs angles mort. Parfois, il se crée plusieurs chenaux et la sélection du trajet peut être difficile. Il y a au moins un embâcle aussi large que la rivière depuis plusieurs années, et il se peut que cet embâcle se déplace, change ou amasse d’autres arbres de pleine longueur quand les pins tués par le dendroctone tombent dans la rivière. En raison de la présence d’embâcles, il vous faudra probablement une journée au complet pour naviguer. Il y a également une section de la rivière où la rivière coule dans la forêt et dans un grand embâcle, dans cette section la rivière peut changer énormément en fonction des arbres tombés, du parcours de la rivière et du niveau d'eau. Vous DEVEZ être en mesure de réaliser un bac arrière de manière compétente et d’arrêter votre embarcation au besoin. Il faut être prêt à aller en reconnaissance, à avancer à l’aide de cordes et à tirer votre embarcation par-dessus et autour des obstacles.

Section 2 : Du ruisseau Kimberley à la rivière Kaskawulsh :
Le volume et la pente de la rivière Jarvis augmentent de manière radicale après l’embouchure des ruisseaux Kimberley et Telluride. Les pagayeurs doivent s’attendre à des eaux rapides et turbulentes et à de grosses vagues; on y trouve seulement quelques remous, mais les contre-courants sont forts; il y a des parois rocheuses raides qui pourraient être sapées de même que des virages sans visibilité.

Section 3 : De la rivière Kaskawulsh à la rivière Dezadeash :
La rivière Kaskawulsh a un volume important, son débit est rapide et elle est entrelacée de nombreux chenaux. On y trouve des vagues pyramidales, mais la rivière est en général plate et son débit est rapide. Là où il y a des remous, il faut s’attendre à des contre-courants forts qui sont capables de renverser une embarcation. Il est préférable de garder la gauche, si possible, à l’approche du confluent des rivières Dezadeash et Kaskawulsh afin de devoir pagayer le moins possible en amont sur la rivière Dezadeash, et il faudra peut-être remonter certaines sections à l’aide de cordes. Méfiez-vous des « sables mouvants » si vous marchez dans les petits fonds, car il est facile de s’enliser rapidement dans le fond boueux de la rivière.