Dans le parc, le relief est caractérisé par la présence de hautes-terres vallonnées et de la vallée riveraine. Au cours du dernier retrait glaciaire, il y a plus de 10 000 ans, la glace fondit et se déplaça en deux parties vers la région connue sous le nom de la vallée de la rivière Frenchman. La partie nord était plus élevée que la partie sud, et les eaux de fonte coulèrent donc vers le sud. L'eau provenant de la partie nord fut arrêtée par le Lobe sud. À l'endroit où l'eau entrait en contact avec le glacier et coulait le long de sa marge, il se forma un cours d'eau qui creusa l'actuelle vallée de la rivière Frenchman. Les eaux de ruissellement, qui étaient considérables, modifièrent le paysage, créant des coulées, des buttes et des ruisseaux. La rivière Frenchman s'écoule vers le sud et fait partie du bassin hydrographique de la rivière Missouri.

L'eau figure parmi les agents qui jouent un rôle primordial dans les écosystèmes des prairies. Les faibles précipitations dans le parc national des Prairies influent sur bon nombre des conditions qui contribuent à créer les prairies. Des cours d'eau comme la rivière Frenchman dans le bloc Ouest et le ruisseau Rock dans le bloc Est ajoutent énormément à la biodiversité et constituent d'importants habitats. Le paysage et le climat s'allient de façon unique et forment ainsi des niches auxquelles ont pu s'adapter certaines plantes, certains animaux et certaines espèces en danger.

Identifiez des espèces florales telles que le boutelou gracieux, jadis l'espèce préférée du bison, la stipe comateuse aux barbes acérées, la raquette à crins blancs qui ne respire que la nuit, et l'onagre du gumbo dont les fleurs changent de couleur en 24 heures. Le fait qu'aucune espèce florale ne domine, et les combinaisons d'herbes rases et moyennes illustrent le caractère spécial de cet écosystème et son importance pour la durabilité de cette planète.