Saviez-vous que la forêt couvre 93 % de la superficie du parc?

La composition forestière traduit bien l'appartenance du parc à la zone de l'érablière sucrière à bouleau jaune, groupement que l'on retrouve presque partout sur les versants éclairés des collines, sur les sols épais et bien drainés. La trame de fond constituée de ces deux essences est interrompue sur les sols minces des escarpements et dans les bas-fonds humides des vallées où le pin, le sapin et l'épinette dominent et forment différentes associations forestières. Plus on s'avance vers le nord, plus le remplacement, çà et là, des érablières par les sapinières laisse pressentir l'approche de la forêt boréale.

Les feux de forêt, les maladies des arbres, les infestations d'insectes et les anciennes coupes de bois ont fait surgir, ici et là, des groupements de transition qui ajoutent à la diversité de la composition végétale. Ces groupements sont de moins en moins nombreux, à mesure que la forêt vieillit.