Un total de 21 espèces de reptiles et d'amphibiens habitent le parc malgré sa latitude plutôt nordique. L'importance du réseau hydrographique et la diversité des habitats expliqueraient cette situation. Le parc englobe une partie d’une des plus grandes et des plus nordiques populations de tortues de bois, une espèce maintenant menacée au Canada. 

Grenouilles, crapauds, tritons et salamandres

Les amphibiens ont une très grande importance dans beaucoup d'écosystèmes, assumant à la fois les fonctions de prédateur et de proie. Dans certains sites naturels, si l'on pouvait regrouper tous les oiseaux, tous les mammifères, tous les reptiles, tous les poissons et tous les amphibiens, ces derniers l'emporteraient au poids. De quoi remplir un plein camion d'amphibiens!

En forêt et sur le bord des étangs, on peut observer :

  • Grenouille des bois
  • Rainette crucifère
  • Crapaud d’Amérique
  • Salamandre à deux lignes
  • Salamandre à points bleus

Dans les étangs et les lacs, les espèces suivantes peuvent être observées :

  • Ouaouaron
  • Grenouille verte
  • Grenouille du nord
  • Grenouille léopard du nord
  • Grenouille des marais (peu commune et rare)
  • Rainette versicolore

Malheureusement, les grenouilles, comme beaucoup d’autres amphibiens, sont en diminution partout sur la planète, et ce, même dans les zones vierges et protégées comme le parc national de la Mauricie. Ce déclin est dû aux effets combinés de plusieurs facteurs comme l’augmentation des rayonnements ultraviolets, la pollution chimique, la destruction des habitats, la surexploitation, les changements climatiques, l’introduction d’espèces exotiques et la propagation de maladies ou de champignons.

Serpents

 
Souvent mal-aimés, les serpents sont pourtant essentiels à l’écosystème. Ils se nourrissent en grande quantité d’insectes et de rongeurs. Dans le parc, les visiteurs n’ont rien à craindre car toutes les espèces de serpents sont inoffensives. 
La couleuvre rayée est la plus commune et se retrouve partout. À ’occasion, il est possible de rencontrer deux espèces de plus petites taille soit la couleuvre à ventre rouge et la couleuvre à collier.  Enfin, la présence la couleuvre verte demeure probable, mais non confirmée. 

Tortues

Les tortues sont les espèces les plus fragiles au monde. Au parc, on retrouve trois espèces de tortues : la tortue des bois, la chélydre serpentine et la tortue peinte. Depuis 2007, la tortue des bois fait partie de la liste des espèces menacées du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

La tortue des bois est une tortue semi-aquatique de taille moyenne. Ses caractéristiques physiques sont une carapace sculptée brun foncé et une couleur rouge-orangé sur la face interne de ses pattes et sur sa gorge. Elle préfère les rivières et les ruisseaux au débit lent ainsi que les berges de gravier ou de sable pour faire son nid. Elle passe beaucoup de temps sur la terre et parcourt souvent de grandes distances d'un cours d'eau à l'autre. Ses habitats terrestres comprennent les dénivellations couvertes d'aulnes, les herbes non graminéennes, les carex, les champs, les prés et la forêt mixte.

Les visiteurs peuvent aider à la protection des tortues. Si vous observez une tortue, il ne faut pas la déranger! Informez un employé du parc et inscrivez votre observation sur le site carapace.ca. Si une tortue se trouve en bordure de la route, vous pouvez l’aider à traverser, mais assurez-vous de le faire en toute sécurité. 

Menaces

L'activité humaine est la principale cause du déclin de la tortue des bois.

  • Destruction de son habitat
  • Stabilisation des berges causant la perte des plages propices à la nidification
  • Mort accidentelle causée par les véhicules à moteur
  • Collecte de tortues dans le but d'en faire des animaux de compagnie ou de les vendre à cette fin
  • Prédation des œufs (par les ratons laveurs, les moufettes, les loutres et autres)
  • Maturité sexuelle tardive (15 ans)