Jadis, les lacs Wapizagonke, du Caribou et Anticagamac ont été fréquentés par les autochtones. Les archéologues ont retrouvé des signes de leur passage, le long des rives.

Les plus vieux indices de présence humaine sur ce territoire datent d'environ 5 000 ans. Les lacs et les cours d'eau ont été, tour à tour, sillonnés par les Algonquins, les Iroquois, les Abénakis, les Hurons et les Attikameks. Selon les archéologues, le parc aurait servi de lieu de passage entre les basses terres de la vallée du Saint-Laurent et les grandes forêts boréales du Moyen-Nord.

En 1634, lors de l'établissement d'un poste de traite à Trois-Rivières, les Attikameks occupaient tout le bassin de la rivière Saint-Maurice. En quelques décennies, ils seront décimés par la guerre et la maladie. Leurs descendants habitent aujourd'hui les communautés de Weymontachie, d'Obedjiwan et de Manouane en Haute-Mauricie.