Pour savoir comment réagir lors d’une rencontre avec l’ours noir, il faut se mettre dans sa peau et connaitre quelques éléments de son langage.


L’ours noir évite la confrontation

Même entre eux, les ours noirs préfèrent fuir plutôt que de se battre, et c’est la même chose avec les humains. Un combat avec un autre ours représente un risque de blessure grave pour un ours.

L’ours noir a généralement peur de l’humain

Dans bien des cas, avant même que vous l’ayez vu, l’ours noir se sera éloigné de vous. Il a une peur intrinsèque de l’humain. Le fait que l’ours noir considère l’être humain comme un animal plus fort que lui représente un avantage qu’il faut apprendre à utiliser.


L’ours noir doit survivre six mois sans manger

L’hibernation est un facteur clé dans le comportement de l’ours noir. Il doit emmagasiner assez d’énergie pour survivre durant les longs mois d’hiver.

Plants and berries remain bear's preferred food.
Ours noir mangeant des pissenlits
Pour une femelle gestante, la quantité d’énergie accumulée durant l’été et l’automne doit en plus lui permettre de donner naissance à ses petits en plein cœur de l’hiver et de produire le lait pour les nourrir.
La principale préoccupation de l’ours est donc de trouver de la nourriture. Grâce à son excellent odorat et son intelligence, il trouve sur son chemin les petits fruits et les fourmis dont il raffole, les jeunes pousses végétales, les carcasses animales, etc.

Afin d’accumuler de l’énergie sans trop en dépenser, il recherche les aliments facilement accessibles.

Pourchasser un animal comme un cerf de Virginie ou un orignal en santé peut être très énergivore. Toutefois, quand l’occasion se présente, il peut être avantageux pour l’ours de s’attaquer à des animaux malades ou à des nouveau-nés. Ils sont plus faciles à attraper et les risques de blessures dues au combat sont moindres.

Les plantes et les fruits demeurent donc la nourriture privilégiée par l’ours.

 

L’ours noir et la nourriture des humains

L’odorat de l’ours le mène parfois vers la nourriture des humains disposée inadéquatement, ou vers des sources odorantes qui ne sont pas nécessairement comestibles (ex. : un barbecue mal nettoyé).

La nourriture des humains est très concentrée en énergie et peut donc être très bénéfique pour l’ours dans sa quête d’emmagasiner des réserves. En plus d’être nutritive, cette source d’énergie ne demande pas d’efforts.

L’ours qui prend goût aux aliments des humains développera une association entre l’humain et une source de nourriture énergétique facilement accessible. Dans certaines situations, l’ours finit par vaincre sa peur de l’humain et recherche les sources alimentaires que celui-ci lui fournit involontairement. On parle alors d’un ours « conditionné » à la nourriture humaine.

C’est ainsi qu’un ours noir peut devenir dangereux et qu’il finira sans doute par être abattu. Est-ce l’ours qui est à blâmer pour notre négligence? C’est à nous de disposer correctement de nos déchets de manière à ce qu’aucun ours n’y ait accès. C’est une question de sécurité pour les humains et de survie pour les ours.