Les changements climatiques ont des répercussions sur le parc Forillon.

L’augmentation du niveau de la mer et la diminution du couvert de glace marine accentuent l’érosion des côtes. Celles-ci sont d’ailleurs souvent fragilisées par la présence de routes et de bâtiments non adaptés au milieu côtier.

L’érosion côtière a endommagé les installations du parc sur les plages et menace l’intégrité des éléments naturels et culturels.

Donc, par exemple, une tempête qui pouvait être complètement freinée par la présence de glaces auparavant, maintenant, puisqu’il n’y a plus de glace avant de début janvier [...], s’il y a une bonne tempête en fin décembre, elle va avoir beaucoup d’impact. L’autre facteur important c’est le niveau marin. Et hors de tout doute, maintenant au Québec, on sait que le niveau marin est en hausse.

Christian Fraser, professionnel de recherche en dynamique côtière
Université du Québec à Rimouski


Christian Fraser, Professionnel de recherche


Solutions?
Restaurer les composantes naturelles des plages et réaménager les installations en fonction des risques d’érosion côtière et de la dynamique du littoral.

Étudier le littoral avant d’agir


L'expertise de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) a été essentielle pour mieux comprendre l’érosion côtière et pour développer des méthodes afin de s’adapter à cette nouvelle réalité.

Les avantages sont nombreux : diminution à moyen et long termes des cots d’entretien et de réparation; maintien d’une plage de sable à Penouille; retour de la plage de Cap-des-Rosiers pour le plus grand bonheur des visiteurs et protection du patrimoine naturel et culturel.

Modifier l'accès aux plages


Les infrastructures en asphalte ne sont pas compatibles avec un milieu aussi dynamique que le littoral.

 


Le tracé du nouvel accès à la péninsule a également été éloigné de la plage.

 

Démanteler la route de la plage de Cap-des-Rosiers


Les routes et les ouvrages de protection construits le long des côtes ne font qu’amplifier le phénomène d’érosion entrainant la disparition des plages.

 


Avec le démantèlement de la route et de l’enrochement à Cap-des-Rosiers, les visiteurs profiteront d'un magnifique bord de mer. 

Un nouveau sentier multi-usage révèlera les richesses de ce secteur.

 

Le nouveau tracé de la route 132 (en rouge) passe dans la forêt, loin de la zone dynamique du littoral.

 

Reverdir le haut des plages


Les plantes de bord de mer sont essentielles au maintien des plages de sable et des hauts de plage. C’est pourquoi le projet de restauration intègre la plantation de végétaux sur la portion de l’ancien sentier asphalté de Penouille et de l’ancienne route de Cap-des-Rosiers.

 


Le bois et les algues échoués sur la plage favorisent l’accumulation de sable et contribuent à protéger la plage contre les vagues. Il faut donc les laisser sur place, contrairement aux objets de fabrication humaine, comme le plastique, qui doivent être ramassés.

 

Aménager les installations selon la dynamique des plages

Construire un bâtiment de services sur pilotis à Penouille

Une flèche de sable comme Penouille est un milieu beaucoup trop fragile et dynamique pour y installer des bâtiments lourds. C’est pourquoi le nouveau casse-croûte, nettement moins imposant, a été érigé sur le plateau d’entrée, en dehors des zones de submersion.


Selon les projections du niveau marin, la zone située au bout de la flèche de sable, là où se trouvait l'ancien bâtiment de services, déjà très abîmé par l’érosion, sera complètement submergée en 2050.

 


Un nouveau bâtiment de services monté sur pilotis a donc été construit plus au centre de la péninsule, et ce, à partir des matériaux de l’ancien bâtiment.

 

Déménager le monument commémoratif du Carrick


Le 28 avril 1847, le voilier le Carrick fait naufrage au large de Cap-des-Rosiers. Des 187 immigrants irlandais qui fuyaient la famine et les épidémies à bord de ce navire, 139 périront. Un monument est érigé en leur mémoire en 1977 sur le haut de la plage de Cap-des-Rosiers dans le parc Forillon.

Or, avec la disparition de la plage, les tempêtes ont atteint le site commémoratif. Pour en protéger l’intégrité, le monument a récemment été déplacé vers une zone stable.

Le 28 avril 1847, le voilier le Carrick fait naufrage au large de Cap-des-Rosiers. Des 187 immigrants irlandais qui fuyaient la famine et les épidémies à bord de ce navire, 139 périront. Un monument est érigé en leur mémoire en 1977 sur le haut de la plage de Cap-des-Rosiers dans le parc Forillon.

Or, avec la disparition de la plage, les tempêtes ont atteint le site commémoratif. Pour en protéger l’intégrité, le monument a récemment été déplacé vers une zone stable.

Liens

Vous habitez en milieu côtier et vous êtes préoccupé par l’érosion côtière? Voici des sites à consulter :

  • Le site Web de la Zone d'intervention prioritaire Baie-des-Chaleurs propose une section avec des guides et des trousses éducatives pour mieux comprendre l'érosion côtière et des solutions pour y faire face.

  • Le site du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l'UQAR offre plusieurs ressources et la possibilité de faire partie d'un réseau d'observateurs sur le milieu côtier.