Les parcs nationaux du Canada protègent et préservent notre patrimoine naturel au profit de la population canadienne, maintenant et dans l’avenir. Nos parcs nationaux abritent d’innombrables plantes et animaux sauvages, dont certains sont menacés d’extinction. En préservant la sécurité et l’intégrité de leurs habitats, nous pouvons tous contribuer à assurer leur avenir.

Notre objectif premier consiste à assurer l’« intégrité écologique ». Cela signifie que nous voulons garder les écosystèmes de notre parc national en bonne santé. Les écosystèmes sont constitués par l’interaction de tous les organismes vivants entre eux et avec leur habitat dans un environnement particulier. Ils forment des ensembles complexes et sont en constante évolution. Les humains font partie intégrante des écosystèmes naturels. En préservant la santé de nos écosystèmes, nous améliorons aussi notre qualité de vie. 

Les activités de conservation régulières dans le parc national de l'Î.-P.-É. comprennent : 

  • la surveillance et la gestion des espèces en péril;
  • des outils de gestion pour aider à la conservation et au rétablissement de ces espèces dans la mesure du possible (comme la fermeture des plages et la surveillance par caméra des menaces des prédateurs du pluvier siffleur);
  • la restauration des éruptions de dunes en y déposant des arbres de Noël mis au rebut pour retenir le sable et en plantant des roseaux des sables;
  • la surveillance et la gestion des espèces envahissantes pour donner aux espèces indigènes de la forêt et des milieux humides une chance de pousser et d’accroître la biodiversité;
  • la surveillance des systèmes d’eau douce et des systèmes d’eau des terres humides peut permettre de déceler des conditions malsaines qui pourraient être corrigées;
  • des analyses d’impact de base (AIB) pour tous les projets, des consultations sur les ressources autochtones et culturelles;
  • les efforts de protection de l’équipe de prévention et d’application de la loi, comme l’installation de corde et de piquets sur les plages, pour protéger notre système de dunes très fragile grâce à un accès désigné à la plage. Cela réduit au minimum le piétinement des roseaux des sables qui maintiennent la cohésion des dunes.

Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard

Conservation et restauration (CoRe)

Conservation et restauration (CoRe) est un programme de financement de Parcs Canada visant à améliorer la santé écologique des écosystèmes dans les parcs nationaux. Les projets sont conçus pour améliorer les écosystèmes tout en mobilisant le public et en améliorant les possibilités d’expérience pour les visiteurs. Ces investissements soutiennent les efforts de conservation qui permettront d’assurer la protection et la sécurité de ces précieux endroits pour l’avenir.

Les partenaires autochtones continuent de jouer un rôle important dans les projets CoRe. Leur expérience et leur connaissance du territoire ont été précieuses pour la conception des projets.

Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard

La restauration de la forêt acadienne

Le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard participe à ce projet depuis 2008. Le rétablissement de la forêt acadienne est l’un des projets CoRe qui existe depuis le plus longtemps dans le parc. 

Découvrez comment Parcs Canada travaille pour la restauration des espèces de la forêt acadienne dans les terres boisés du parc national de l'Île-du-Prince-Édouard : Si un arbre tombe dans la forêt : Restauration de la forêt acadienne dans le parc national de l’ÎPÉ

Avant la création du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard en 1937, une bonne partie des terres avaient été défrichées à des fins agricoles. Avec le temps, ces champs se sont régénérés; la monoculture d’épinettes blanches qui s’y est établie est en déclin rapide parce qu’elle atteint la fin de son cycle de vie naturel.

La majorité des peuplements forestiers du parc n’ont pas la biodiversité d’une forêt acadienne ancienne, qui comprend habituellement un mélange sain de hêtres à grandes feuilles, d’érables à sucre,  de bouleaux jaunes, d’épinettes rouges et de pins blancs, tous à divers âges. Cette absence de diversité chez les arbres et les arbustes est une préoccupation écologique immédiate et le principal problème que tente de résoudre le projet CoRe. 

Notre travail consiste à créer de petites brèches dans le couvert de la forêt d’épinettes blanches et à y planter un mélange d’espèces sous-représentées. Ces techniques imitent la progression naturelle des clairières créées par le vent, le feu, les parasites ou la mortalité naturelle.

La conservation et l’amélioration d’autres caractéristiques des peuplements qui favorisent la biodiversité sont également prioritaires pour tous les travaux de rétablissement des forêts. Les arbres à cavités, les débris ligneux grossiers, les chicots et les arbres patrimoniaux sont tous des éléments importants d’une forêt en santé.

Nous ne connaîtrons véritablement le degré d’efficacité de ce projet que dans une quarantaine d’années, lorsque les arbres que nous avons plantés commenceront à produire des graines et à se régénérer naturellement; mais préparer le terrain pour la durabilité future est un objectif essentiel.

Les autre projets CoRe du parc national de l’Î.-P.-É. comprennent :

  • l’enlèvement des infrastructures;
  • le rétablissement de Cavendish Grove à son état d’oasis naturelle;
  • l’assurance de la connectivité des systèmes d’eau douce (ponceaux);