Les gardes de parcs nationaux ont une présence établie au parc urbain national de la Rouge et ils sont déterminés à répondre efficacement aux incidents qui surviennent dans le parc. Travaillant sans relâche à la sauvegarde de la flore, de la faune et des fermes du parc, les gardes protègent fièrement les parcs nationaux du Canada depuis plus d’un siècle.

Les gardes de parc du passé

En 1909, le service des gardes de parc de Parcs Canada a vu le jour dans le parc national Banff, le premier parc national du Canada. Connus à l’époque sous le nom de « garde-feux et garde-chasses », leur travail consistait principalement à lutter contre les incendies de forêt et à effectuer des patrouilles à cheval dans l’arrière-pays.

Les gardes de parc d’aujourd’hui

Le rôle du service des gardes de parc a évolué au fil des ans et les gardiens de parc sont désormais des spécialistes de l’application de la loi. Les gardes de parc sont des professionnels de l’application de la loi qui fournissent des services aux lieux de Parcs Canada dans tout le pays. Ils veillent à ce que des lois telles que la Loi sur les parcs nationaux du Canada, la Loi sur les espèces en péril et, à l’échelle locale, la Loi sur le parc urbain national de la Rouge soient appliquées et respectées.

Les gardes du parc de la Rouge

Au parc de la Rouge, une équipe spéciale de gardes patrouille de manière proactive dans le parc tout au long de l’année, pour promouvoir une utilisation responsable et intervenir en cas d’incidents. Les fonctions courantes d’un garde de parc comprennent des patrouilles à pied, à vélo, en véhicule tout-terrain et en véhicule, l’intervention en cas d’incident, l’émission d’accusations, l’assignation des contrevenants au tribunal et la conduite d’inspections pour assurer la sécurité des visiteurs et la protection des plantes et des animaux qui vivent dans le parc.

En collaboration avec les biologistes de Parcs Canada, les gardes du parc utilisent des mécanismes comme les fermetures saisonnières de zones pour réduire au minimum les perturbations humaines dans les zones écologiquement sensibles du parc. Les gardes peuvent également surveiller les zones sensibles à l’aide de caméras commandées à distance. Ils contribuent également à l’organisation de campagnes de sensibilisation du public visant à protéger le parc, par exemple, en empêchant la propagation de l’écrevisse à taches rouges envahissante dans les eaux du parc.

Toutes ces tâches, auxquelles s’ajoutent la transmission d’une information éducative et la mise en place de stands et de présentoirs dans le cadre d’événements organisés par Parcs Canada et par les collectivités, tiennent l’équipe des gardes du parc très occupée tout au long de l’année.

Réalisations dans le parc de la Rouge

Rien qu’en 2020, l’équipe a répondu à près de 900 incidents liés au braconnage, aux déversements, à la protection des espèces en voie de disparition et aux violations des règles de pêche. La forte fréquentation et le retrait fréquent de plantes et d’animaux du parc – une activité illégale dans tous les lieux gérés par Parcs Canada - font de la Rouge l’un des lieux de travail les plus achalandés pour les gardes de parc au Canada. Ces deux dernières années, les gardes du parc de la Rouge ont été en tête au pays pour ce qui est des inspections et des accusations liées aux pêches.

Une profession enrichissante

Le travail acharné des gardes du parc contribue à renforcer les mécanismes de protection du parc tout en améliorant son intégrité écologique, les moyens de subsistance des agriculteurs du parc, ainsi que la santé et la sécurité des visiteurs du parc et des collectivités environnantes. « Servir la collectivité locale et établir des relations solides avec nos partenaires, c’est encourager la participation à un effort accru de protection de l’environnement naturel et créer une culture d’intendance au parc de la Rouge », a déclaré Lucas Burnside, superviseur des gardes du parc urbain national de la Rouge.

Lucas a du plaisir à travailler avec son équipe pour promouvoir dans le parc de la Rouge les valeurs associées à l’application de la loi dont Parcs Canada est fier. « À ce stade de ma carrière, c’est la diversité du travail et le défi de la mise sur pied d’une équipe à partir de rien, y compris l’ouverture d’un espace de détachement, l’attribution de l’équipement nécessaire et la recherche du personnel adéquat pour faire le travail, qui sont pour moi les aspects les plus gratifiants », dit-il.

Les gardes sont au premier plan de l’effort déployé par Parcs Canada pour protéger et sauvegarder le parc urbain national de la Rouge et ses précieuses ressources, un rôle qui, pour certains, est bien plus qu’un simple emploi. Et Lucas ajoute « pour beaucoup de gens, être garde de parc est un mode de vie plus qu’un travail... combien de personnes font, pour gagner leur vie, ce qu’elles feraient pendant leur temps libre, mais en payant? ».