Pourquoi le castor a-t-il traversé la route? Pour trouver de la nourriture, un abri et un partenaire de l’autre côté du parc urbain national de la Rouge! Heureusement, Parcs Canada collabore avec des partenaires de la région pour réduire la mortalité de la faune en facilitant la tâche des animaux qui doivent traverser les routes achalandées du parc.

Au parc national Banff, les 6 passerelles et les 38 passages souterrains pour animaux sauvages, qui jouissent d’une renommée internationale, ont réduit de plus de 80 % les collisions avec la faune sur la Transcanadienne. Parcs Canada souhaite s’inspirer de cette réussite pour créer un programme semblable dans le Grand Toronto en réaménageant les ponceaux routiers du parc de la Rouge.

En 2019, grâce à une étroite collaboration avec l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région, l’Université de Toronto (Scarborough) et le Zoo de Toronto, Parcs Canada a modernisé un ponceau de 20 m pour y aménager un écopassage à l’intention des animaux sauvages dans le secteur du parc situé à Toronto. Conçu à l’origine pour permettre à un ruisseau urbain de passer sous un chemin municipal, sans égard aux animaux sauvages, le ponceau a été modifié pour que les tortues, les serpents et les salamandres, des espèces en voie de disparition, ainsi que d’autres animaux comme le castor et la loutre, puissent l’emprunter. Un kilomètre de clôtures a également été posé près du ponceau pour inciter les animaux à emprunter l’écopassage plutôt que de se diriger vers la route.

La modification du ponceau a-t-elle porté ses fruits? Des recherches effectuées par Courtney Leermakers, diplômée récente de la maîtrise en écologie et biologie évolutive de l’Université de Toronto, semblent indiquer que les animaux sont déjà nombreux à emprunter le ponceau. Dans le cadre de ses recherches, Mme Leermakers a étudié la mortalité des animaux sauvages, sur les routes et ailleurs dans le parc, cinq jours semaine de mai à octobre 2019. En comparant les travaux qu’elle a menés sur le terrain à des données recueillies entre 2010 et 2019, la chercheuse a observé une absence totale de mortalité des animaux dans les environs du tronçon de route où se trouve le ponceau modernisé et clôturé.

C’est la deuxième fois que Parcs Canada réaménage un ponceau dans le parc; en 2014, un nouveau ponceau avait été installé sous Sewell’s Road en partenariat avec la Ville de Toronto pour aider les grenouilles et les autres amphibiens et animaux aquatiques à se déplacer dans le paysage du parc.

On compte déjà aménager un écopassage dans un troisième ponceau, et Parcs Canada espère continuer de collaborer avec les municipalités et d’autres partenaires et intervenants afin d’en aménager de nombreux autres dans les prochaines années.