L’un des plaisirs d’une promenade à la brunante est de se laisser imprégner par tous les sons de la nature. Ne vous êtes-vous jamais demandé quel animal faisait ces bruits étranges?

Jory Mullen, chef de l’équipe de la conservation des ressources sur le terrain au parc urbain national de la Rouge (PUNR), et Brady Duncan, étudiant membre du personnel de veille écologique, expliquent que ces sons permettent non seulement de reconnaître facilement les différentes espèces, ils sont aussi très importants pour le personnel de veille écologique qui surveille les espèces dans le PUNR.

« Nous surveillons de différentes façons les écosystèmes et l’efficacité des efforts de restauration » précise Mullen. L’équipe du PUNR surveille tout, depuis les nids de tortue aux maternités de chauves-souris, en passant par la survie des végétaux. Duncan et Mullen soulignent cependant l’importance de la surveillance des grenouilles.

« La santé et la biodiversité des écosystèmes de nos aires protégées sont extrêmement importantes et très délicates », ajoute Duncan. « Ces conditions peuvent changer très rapidement et nous devons rester vigilants. »

« Les amphibiens représentent une espèce indicatrice, car ils absorbent tout par la peau » poursuit Mullen. « Ce sont littéralement nos canaris dans la mine de charbon. »

Frog monitoring 

Mais comment peut-on vraiment surveiller les grenouilles?

La surveillance des grenouilles commence tôt au printemps et se poursuit jusqu’à la mi-juin, afin que l’on puisse entendre les chants nuptiaux des différentes espèces à différents moments de la saison. En soirée, l’équipe se rend dans les terres humides restaurées et procède à des relevés chronométrés des chants nuptiaux et à des enregistrements des espèces entendues. Par exemple, il est fréquent au début du printemps d’entendre la grenouille des bois et la rainette crucifère.

« Nous nous préoccupons aussi des menaces », indique Mullen. « Nous examinons donc les tendances à long terme. »

Si vous souhaitez faire des veilles environnementales comme bénévoles avec Parcs Canada, nous examinons chaque année un nombre limité d’endroits et il y a une liste d’attente. Veuillez donc consulter notre site Web pour en savoir davantage. Mullen et Duncan soulignent cependant qu’il est facile pour le grand public de surveiller les grenouilles chez soi.

« Pour ce qui est de la surveillance des différents chants nuptiaux, c’est assez simple » explique Duncan. « Ces chants sont très distinctifs, surtout ceux des grenouilles dans ce secteur. »

Mullen dit aussi que les apprentis surveillants de grenouilles peuvent compter sur deux excellentes ressources, soit le site Web Adopt-a-Pond du zoo de Toronto (en anglais seulement), qui donne des descriptions des différentes espèces et des enregistrements de leurs chants, et L’atlas des reptiles et des amphibiens d’Ontario Nature, une application gratuite qui vous permet d’entendre les chants nuptiaux sur votre téléphone et de téléverser vos observations sur le terrain.

Mullen et Duncan insistent sur l’importance d’être vigilant aux abords des marécages et de rester dans les sentiers quand on fait de l’observation sur le terrain.

« Les terres humides sont des milieux très sensibles, surtout aux perturbations physiques » précise Duncan. « Éloignez-vous de ce qui pourrait être un habitat. »

Lors de votre prochaine randonnée dans les sentiers du parc urbain national de la Rouge, soyez donc à l’affût des chants de ces petites bêtes, ils sont plus importants qu’on pourrait le croire!