Le parc urbain national de la Rouge est un lieu idéal pour l’observation des oiseaux dans la région du Grand Toronto. En effet, des spécimens de 247 espèces d’oiseaux migrateurs et résidents ont déjà été observés dans le parc. Voici quelques-unes des espèces d’oiseaux que vous pourriez apercevoir en profitant d’une journée dans le parc.

Corneille d’Amérique et grand corbeau

Ces oiseaux tout noirs appartiennent à la famille des Corvidés et figurent parmi les espèces d’oiseaux les plus intelligentes de la planète. Le grand corbeau est nettement plus gros que la corneille, et il a un bec plus épais, des pattes plus robustes, des plumes en bataille autour du cou et une queue plus longue et plus pointue. En vol, la corneille tend à battre des ailes méthodiquement, alors que le grand corbeau plane. Les deux espèces se distinguent aussi par leur chant : la corneille émet un croassement fort et criard, et le corbeau, un cri rauque et guttural. Le grand corbeau a récemment été aperçu dans la région du Grand Toronto après une longue absence, à la suite de la colonisation par les Européens. La protection de la forêt-parc naturelle favorise probablement l’agrandissement du territoire de l’espèce vers le sud.

Chardonneret jaune

Ce petit oiseau est souvent observé dans les prés ouverts et les champs. Le chardonneret jaune est végétarien et se nourrit presque exclusivement de graines. En été, pendant la saison des amours, le mâle a un plumage jaune vif, un capuchon noir et des ailes noires parcourues de stries blanches. Chez la femelle, le plumage est d’un jaune plus terne et les ailes sont foncées. En hiver, après la mue, les mâles et les femelles arborent un plumage brun terne ou brun-jaune. Au printemps et en été, vous pourriez entendre le cri distinctif du chardonneret mâle, qui ressemble à « tsî-tsi-tsi-tsit ».

Oriole de Baltimore et oriole des vergers

Ces oiseaux chanteurs de taille moyenne peuvent souvent être observés à l’extrémité nord du sentier du Verger, près des marécages Beare. L’oriole de Baltimore mâle a le plumage orange vif et noir, tandis que l’oriole des vergers a le dos noir et le ventre de couleur marron. Les femelles des deux espèces ont un plumage jaune pâle.

Hirondelle rustique

L’hirondelle rustique est l’une de plusieurs espèces en péril que l’on trouve dans le parc urbain national de la Rouge. Ces oiseaux nichent sous le trottoir du sentier du Marais-de-la-Rouge, et on les voit souvent descendre en piqué puis monter en flèche au-dessus du marais lorsqu’ils se nourrissent d’insectes. On reconnaît l’hirondelle rustique à son dos bleu métallique et à ses ailes et son ventre de couleur chamois.

Chouette rayée

Ouvrez grand les yeux et les oreilles pour repérer des chouettes rayées pendant une promenade en soirée près de l’extrémité sud du sentier du Verger. Cet oiseau émet un chant distinctif : « houhou-houhou-houhouhouhouhâ ». Il se repose dans les arbres pendant le jour et chasse de petites proies la nuit venue. Même s’il s’agit d’un oiseau nocturne, on peut parfois l’entendre hululer pendant le jour. La chouette rayée a une tête ronde sans aigrettes, des yeux brun foncé et un bec jaune. Son plumage est brun et tacheté de blanc, et son ventre est parcouru de stries brunes.

Martin-pêcheur d’Amérique

Tendez l’oreille pour entendre le cliquetis émis par le martin-pêcheur d’Amérique le long de la Petite rivière Rouge. Cet oiseau vit près des rivières, des étangs et des lacs, et se nourrit principalement de poisson, qu’il chasse en plongeant dans l’eau depuis un perchoir. Le martin-pêcheur niche dans un terrier qu’il creuse dans les berges boueuses. Cet oiseau trapu a le dos bleu métallique et le ventre blanc, et il se reconnaît à sa huppe en bataille. Les mâles portent une bande bleue unique sur la gorge, et les femelles, une bande bleue doublée d’une bande brun-rougeâtre. Le martin-pêcheur d’Amérique a figuré sur le dos du billet canadien de 5 $ de 1986 à 2002.

Mésange à tête noire

L’un des oiseaux les plus abondants dans le parc, la mésange à tête noire, réside toute l’année dans la vallée de la Rouge. Son cri distinctif (tchik-a-dî-dî-dî) et son attirance pour les mangeoires en font une espèce facile à identifier pour les novices. Les forêts qui longent le sentier des Thuyas sont un bon point de départ pour votre recherche.

Goglu des prés et sturnelle des prés

Le goglu des prés et la sturnelle des prés sont des espèces de la prairie qui nichent au sol dans les prés, les pâturages et les champs de foin. Ils sont tous deux inscrits comme espèces menacées aux termes de la Loi sur les espèces en péril, en raison d’un déclin causé par l’aménagement et la fragmentation de leur habitat. Le goglu des prés parcourt de grandes distances chaque année entre ses lieux de nidification septentrionaux et ses lieux d’hivernage dans le Sud de l’Amérique du Sud. Le mâle se distingue par son plumage noir, sa bande blanche sur le dos et sa tache jaune sur la tête. La femelle a le plumage chamois et brun. La sturnelle des prés est un oiseau migrateur qui parcourt de courtes distances, les populations locales passant l’hiver dans le Sud des États-Unis. Mâles et femelles se caractérisent tous deux par un plumage brun, des stries noires sur la tête, un ventre et une gorge jaune vif et un « V » noir sur la poitrine.

Jaseur d’Amérique

Cet oiseau coloré se nourrit principalement de fruits, tels que ceux du cornouiller, de l’amélanchier, du thuya et du genévrier, mais il mange aussi des insectes en été. Les jaseurs d’Amérique forment souvent de grandes envolées qui se rencontrent dans les forêts clairsemées, la forêt-parc urbaine, les propriétés agricoles, les vergers et d’autres aires naturelles abritant des arbres et des buissons fruitiers.

Hirondelle à front blanc

Une colonie d’hirondelles à front blanc revient chaque année dans le marais de la Rouge pour nicher sous le pont pour piétons qui traverse la rivière Rouge. Ces oiseaux construisent leur nid à l’aide de boue qu’ils vont chercher dans la rivière avec leur bec. Tout comme les autres espèces d’hirondelles, l’hirondelle à front blanc se nourrit d’insectes en vol.

Paruline masquée

Les parulines masquées sont de petits oiseaux jaune vif portant un masque noir autour des yeux. Ces oiseaux se trouvent dans des zones ouvertes humides comme les marais et les terres humides du parc.

Pic mineur et pic chevelu

Même s’ils se ressemblent, le pic chevelu est en fait plus gros que le pic mineur, et son bec est beaucoup plus long. Le pic mineur et le pic chevelu se nourrissent principalement d’insectes, et ils sont souvent aperçus en train de chercher de la nourriture sur les troncs et les branches des arbres.

Merlebleu de l’Est, hirondelle bicolore et troglodyte familier

Les nichoirs que vous voyez le long de nombreux sentiers du parc ont été installés pour procurer un lieu de nidification aux merlebleus de l’Est, mais ils attirent aussi d’autres espèces, telles que l’hirondelle bicolore et le troglodyte familier. Chez le merlebleu mâle, la tête et le dos sont bleu royal, tandis que la gorge et la poitrine sont de couleur rouille. La femelle est moins voyante : elle a la tête grise et les ailes noires et bleues. L’hirondelle bicolore se distingue par sa tête et son dos d’un bleu-vert iridescent et par son ventre blanc. Elle se nourrit d’insectes aériens et se montre très acrobatique en vol. Le troglodyte familier est un petit oiseau brun sans attrait particulier, mais il est très actif et émet un chant vigoureux en cascade.

Petit-duc maculé

Ce petit hibou peut être difficile à repérer en raison de son excellent camouflage, mais il peut être identifié par son chant, qui ressemble à un trille ou à un hennissement. Le petit-duc maculé a une grosse tête coiffée d’aigrettes ainsi que des yeux jaunes. Il peut avoir le plumage gris, brun-roux ou d’une couleur brunâtre à mi-chemin entre le gris et le rouge. Les spécimens de toutes les couleurs ont des patrons complexes de bandes, de taches et de stries qui leur permettent de se fondre dans l’écorce des arbres. Le petit-duc maculé niche dans la cavité d’un arbre et chasse de petites proies, tels que des rongeurs, des lièvres, des oiseaux, des grenouilles et des insectes.

Grande aigrette et grand héron

Ces deux espèces d’oiseaux sont membres de la famille des hérons et fréquentent les milieux humides comme le marais de la Rouge. Ce sont de grands oiseaux aux longues pattes et au long cou qui se nourrissent de poissons, d’amphibiens, de reptiles, de petits mammifères et d’insectes. La grande aigrette a un plumage blanc, un bec jaune-orangé et des pattes noires, tandis que le grand héron a des plumes bleu-gris et une bande noire autour des yeux.

Moqueur chat

Est-ce un chat pris dans un arbre? Peut-être que non, le moqueur chat tire son nom de son cri qui ressemble au miaulement d’un chat. Cet oiseau connu aussi pour imiter les cris d’autres oiseaux. Gardez l’œil ouvert pour cet oiseau gris avec une tête et une queue noires.

Harle couronné

Les harles couronnés sont de petits canards que l’on peut reconnaître à la crête rétractable en forme d’éventail qui fait paraître leur tête beaucoup plus grosse qu’elle ne l’est en réalité. Ils ont des « lunettes » intégrées – leur paupière supplémentaire, officiellement appelée membrane nictitante, les aide à voir les proies sous l’eau.

Passerin indigo

Le passerin indigo est un petit oiseau granivore de la famille des cardinaux. Les passerins indigo mâles n’ont leur plumage bleu vif qu’en été. Vous pouvez peut-être repérer ces oiseaux dans des zones broussailleuses, surtout là où les champs croisent les forêts.

Pluvier kildir

Les pluviers kildirs sont de petits oiseaux bruns qui ont un grand talent d’acteur. L’une des tactiques utilisées par les pluviers kildirs pour distraire les prédateurs est la danse des ailes brisées dans laquelle ils feignent une blessure et sautillent pour attirer les prédateurs loin de leur nid. Soyez à l’écoute de leur cri strident « killdeer » pendant qu’ils sont en vol pour les repérer.

Canard colvert et canard noir

On peut voir plusieurs espèces de canards à proximité de la plage de la Rouge, y compris des canards colverts et des canards noirs. On reconnaît facilement le canard colvert mâle à sa tête d’un vert iridescent et à son bec jaune. La femelle a quant à elle un plumage brun et chamois plus neutre ainsi qu’un bec brun-orangé. Le canard noir a un aspect semblable au canard colvert femelle, mais son corps est d’un brun plus foncé, et son bec est d’un jaune verdâtre. Ces deux espèces se nourrissent en plongeant la tête dans l’eau pour manger des insectes et des plantes aquatiques.

Busard Saint-Martin

Le busard Saint-Martin est une espèce de buse qui fréquente les prairies ouvertes, les marais et les champs. Le mâle a le dos gris et le ventre blanchâtre. Le bout de ses ailes est foncé, et il porte des rayures noires horizontales sur la queue. La femelle a le dos brun, et son ventre blanchâtre est parcouru de stries brunes. Mâle et femelle portent tous deux sur le croupion une tache blanche distinctive qui devient visible en vol. Ils ressemblent à un hibou de face, et sont pourvus de plumes raides qui dirigent le son vers leurs oreilles, ce qui les aide à repérer les petits mammifères, les reptiles, les amphibiens et les oiseaux qui leur servent de proies. Le busard Saint-Martin a tendance à voler près du sol en chassant, un comportement qui le distingue des autres espèces de buses.

Hirondelle noire

Le grand nichoir à plusieurs compartiments qui se trouve à l’extrémité nord du sentier du Belvédère a été conçu expressément pour les hirondelles noires. Ces oiseaux vivent en colonies et dépendent presque entièrement de structures faites de main d’homme pour nicher.

Viréo aux yeux rouges

Les viréos aux yeux rouges sont de petits oiseaux chanteurs de couleur vert olive et blanc. Un viréo aux yeux rouges mâle peut chanter 30 chansons différentes ou plus! Gardez les oreilles ouvertes la prochaine fois que vous serez dans une forêt du parc.

Cardinal à poitrine rose

Faisant partie de la famille des cardinaux, le cardinal à poitrine rose tire son nom du triangle rouge vif se trouvant sur son ventre blanc. Soyez à l’affût de ces oiseaux dans les forêts et les boisés du parc.

Gélinotte huppée

Les gélinottes huppées sont de petits tétras bruns et gris avec une crête triangulaire et une longue queue en éventail. On trouve habituellement ces oiseaux dans les zones forestières du parc. Une des parades de la gélinotte huppée mâle consiste à battre des ailes de manière retentissante qui crée un son si profond qu’on peut l’entendre à des centaines de mètres.

Piranga écarlate et paruline couronnée

Ces oiseaux de sous-étage ont besoin de vastes étendues d’habitat forestier intact. Dans le parc urbain national de la Rouge, les forêts plus anciennes du sentier des Mâts offrent un environnement parfait à ces espèces. Le piranga écarlate mâle a le plumage rouge vif, à l’exception des ailes et de la queue, qui sont noires. La femelle est plutôt de couleur jaune-verdâtre et a des ailes grisâtres. Cet oiseau passe la majeure partie de son temps bien haut dans la voûte forestière, ce qui le rend difficile à repérer. La paruline couronnée est une petite fauvette au plumage brun-olive et à la poitrine tachetée. Elle a un chant fort qui ressemble à « tipié-tipié-tipié-tipié ». Les parulines couronnées construisent sur le sol de la forêt des nids en forme de dôme qui ressemblent à des fours extérieurs comme on en voyait autrefois.

Bruant des prés

Le bruant des prés est un petit oiseau chanteur au plumage strié de brun et de blanc. Il porte une bande jaune autour des yeux. Cet oiseau vit dans les milieux ouverts de végétation basse, tels que les prés, les pâturages et les champs agricoles. Le bruant des prés bâtit son nid sur le sol parmi les graminées ou les arbustes bas. Il est de plus en plus rare dans le secteur en raison de l’urbanisation, qui réduit la superficie de l’habitat convenant à l’espèce.

Bécasseau semipalmé

Après s’être reproduit, le bécasseau semipalmé, un très petit oiseau de rivage, vole de la toundra arctique jusqu’en Amérique centrale où il passe les mois d’hiver. Il tire son nom de ses pattes palmées.

Urubu à tête rouge et buse à queue rousse

Il n’est pas rare de voir des oiseaux de proie tels que l’urubu à tête rouge et la buse à queue rousse se laisser porter par les courants d’air chaud au-dessus de la plateforme d’observation du sentier du Belvédère. L’urubu à tête rouge se reconnaît à son plumage brun foncé et à sa tête rouge chauve. Il se nourrit presque exclusivement d’animaux morts. La buse à queue rousse, quant à elle, a généralement le dos brun, le ventre tacheté et de couleur pâle et la queue rougeâtre. Elle mange surtout de petits mammifères.

Canard branchu

Le canard branchu mâle se reconnaît facilement à son plumage bariolé : une tête verte avec une huppe parcourue de bandes blanches, un bec noir, rouge et blanc, une poitrine marron et des flancs chamois. La femelle, dont le plumage est de couleur gris-brun, a une larme blanche à l’œil et le ventre tacheté de blanc. L’espèce niche dans des cavités d’arbres et des nichoirs artificiels installés près de l’eau. Une fois les œufs éclos, les canetons au nid peuvent sauter de très haut pour gagner le sol et se rendre jusqu’au plan d’eau.

Paruline jaune

Cherchez ce petit oiseau chanteur dans les fourrés et à la lisière des forêts le long du sentier Woodland. Le mâle a le plumage jaune vif et porte des stries de couleur marron sur la poitrine et le ventre, tandis que la femelle est d’un jaune légèrement plus terne et dépourvue de stries. La paruline jaune se nourrit principalement d’insectes et cherche sa nourriture sur les branches des arbustes et des petits arbres. On peut entendre le chant distinctif du mâle au printemps et en été : « vite-vite-vite-pantalon-vite ».