Il y a déjà eu dans le secteur Twyn Rivers deux hôtels et l’une des derniers moulin en activité dans la vallée de la rivière Rouge.

Point de vue Glen Eagles
Ce secteur a déjà été l’emplacement de l’hôtel Glen Eagles. Dans les années 1990, le site a passé tout près d’accueillir une tour à condominiums de dix étages, mais il a été sauvé par une intervention rapide des conservationnistes locaux.

William Stotts, premier résident de cette propriété, y construit d’abord une maison en pierre connue sous le nom de « manoir Glen Eagles ». En 1931, Henry Massie achète la propriété et y donne des leçons d’équitation à ses deux filles et au public. Il sert des boissons aux parents pendant qu’ils attendent la fin de la leçon donnée à leurs enfants. Le service de boissons s’avère plus profitable que les leçons, et sa maison, à laquelle Massie ajoute une salle de danse, devient l’hôtel Glen Eagles. Les gens de la région y trouvent une destination populaire pour manger et se divertir. L’hôtel ferme ses portes en 1989 et est détruit par un incendie peu après, en 1990.

En 1998, Pauline Browes, ancienne députée et conservationniste locale, découvre qu’un plan d’aménagement d’une tour à condominiums de dix étages sur la propriété Glen Eagles a été approuvé. Grâce à son intervention rapide et à celle d’autres conservationnistes, dont Glen DeBaeremaeker, Jim Robb, Ron Christie et Don Prince, le site est épargné. Le groupe réussit à amasser les six millions de dollars nécessaires pour acheter la terre aux promoteurs du projet de condominiums en seulement quinze semaines. Aujourd’hui, la propriété Glen Eagles est protégée en permanence au sein du parc urbain national de la Rouge.
Moulin Maxwell
Bon nombre de scieries et de moulins à provende ont été construits au milieu du XIXe siècle, dont le moulin Maxwell, un des derniers moulins en activité dans la vallée de la Rouge. On peut encore voir ses fondations le long de la promenade Twyn Rivers.

La mécanisation s’est répandue tout au long du XIXe siècle et, en 1861, 28 moulins à provende et 89 scieries avaient été construits sur les rives de la rivière Rouge. En quelques années cependant, les réserves limitées de bois d’œuvre de la vallée de la Rouge étaient épuisées et il ne restait plus en 1893 que 21 scieries actives dans la région. Le moulin Maxwell a été un des derniers moulins actifs dans la région.

Le moulin Maxwell est un lieu historique d’intérêt situé sur la partie de la Rouge qui se trouve dans Toronto. L’histoire commence avec James Maxwell, qui a construit le moulin en 1840 et a commencé à y moudre du blé pour en faire de la farine. En 1923, après plusieurs décennies dans cette industrie, la famille Maxwell a décidé de vendre le moulin à Clarence Purcell. Purcell a utilisé la propriété pour élever des chevaux et du bétail. Le moulin a fermé en 1929 après qu’une inondation eut détruit le barrage du moulin. Au cours des décennies suivantes, le moulin a d’abord servi à abriter du bétail, puis comme entrepôt. Le moulin était solide et a survécu à plusieurs inondations au fil des ans, mais un incendie l’a finalement détruit dans les années 1970.

Les fondations de pierre du moulin de Maxwell sont encore debout et on peut les apercevoir de la promenade Twyn Rivers, près de l’endroit où le sentier du Verger traverse la route. Cet intéressant patrimoine est conservé dans le parc urbain national de la Rouge et fait partie de l’inventaire des propriétés historiques de la ville de Toronto. On peut aussi apercevoir sur certains des sentiers du secteur des traces des allées ou des « chemins de traverse » menant au moulin Maxwell et à d’autre moulins de la vallée de la Rouge.
Auberge Rouge Valley Inn
L’auberge Rouge Valley Inn a déjà été la propriété d’Ambrose Small, un riche magnat des salles de spectacle qui a mystérieusement disparu en 1919. L’auberge est devenue au fil des ans une attraction locale populaire, mais elle a été détruite par un incendie en 1968.

L’auberge Rouge Valley Inn était située en bordure de la Petite rivière Rouge, près de l’actuel terrain de stationnement du secteur Twyn Rivers. Bien qu’elle ait été au départ une simple résidence, l’auberge a fini par devenir une attraction locale populaire. On y offrait le repas du soir, des divertissements, une salle de danse et une grande piscine semi naturelle, créée par un barrage dans la rivière.

Vers 1900, l’auberge Rouge Valley Inn est achetée par Ambrose Small, un homme d’affaires propriétaire de plusieurs salles de spectacle à divers endroits en Ontario. En 1903, Small se marie avec Teresa Kormann et emploie l’héritage colossal de sa nouvelle épouse pour acquérir le Grand Opera House, rue Adelaide, à Toronto, l’une des ambitions de longue date de l’homme d’affaires. Small met sur pied un réseau de 34 salles de spectacle et devient millionnaire. Toutefois, il a également la réputation d’être un joueur compulsif et un coureur de jupon.

Le 1er décembre 1919, Small vend sa chaîne de salles de spectacle à une société appelée Trans-Canada Theatres Ltd. pour la somme de 1,7 million de dollars. Le lendemain, il rencontre son avocat à son bureau dans le Grand Opera House. Plus tard, durant la nuit, il est porté disparu. Son avocat a quitté le bureau à 17 h 30, et il est la dernière personne à avoir vu Small vivant. La police mène une intense chasse à l’homme et lance une enquête sur sa disparition, mais le mystère ne sera jamais résolu. Les autorités finissent par clore le dossier en 1960.

Entre temps, l’auberge Rouge Valley Inn continue ses activités et devient l’auberge Rouge Valley Olympic Inn. En face de l’auberge se trouve la station de ski Caper Valley, équipée de deux câbles de traction et d’un remonte pente en T et proposant un restaurant et un chalet. La station de ski n’est plus en activité aujourd’hui, mais elle occupait l’actuelle pente herbeuse à l’extrémité nord du sentier des Mâts, près du terrain de stationnement du secteur Twyn Rivers. Aujourd’hui, l’auberge Rouge Valley Olympic Inn n’existe plus, car elle a été détruite par un incendie le 23 octobre 1968. L’incendie aurait été causé par un acte criminel ou par une défectuosité dans le câblage électrique.