par Katie Zugic et Nancy Saunders

A person listening to a sculpture.
L’artiste Rebecca Belmore et l’Onde sonore © Kyra Kordoski

« L’Onde sonore » de l’artiste indigène Rebecca Belmore se trouve au sommet du sentier de la Pointe Sud du parc national Pukaskwa. Se mêlant parfaitement aux affleurements rocheux qui font face au lac Supérieur, elle invite les visiteurs à se rapprocher de la terre et à écouter les sons provenant du nord.

Entre le fracas des vagues et le paysage boréal du parc national Pukaskwa, se trouve une grande sculpture qui se mêle parfaitement au Bouclier canadien grâce à son apparence semblable à de la pierre. Cette œuvre d’art permet de canaliser les sons du milieu sauvage pour ceux qui souhaitent les écouter.

« L’Onde sonore » de l’artiste indigène de renommée mondiale Rebecca Belmore se trouve au sommet du sentier de la Pointe Sud du parc national Pukaskwa. Se mêlant parfaitement aux affleurements rocheux qui font face au lac Supérieur, elle invite les visiteurs à se rapprocher de la terre et à écouter les sons provenant du nord de manière active.

L’œuvre est un impressionnant moulage d’aluminium de 77 kilogrammes, dont la surface rappelle les rochers des forêts boréales. Elle a été transportée en hélicoptère pour la durée de la saison et intégrée au Bouclier canadien comme un élément du paysage, symbolisant ainsi notre lien avec la Terre. Sa forme de cornet canalise les sons de la terre et du lac Supérieur et permet aux visiteurs de les écouter.

Lyn Elliott, la gestionnaire de l’expérience du visiteur du parc national de Pukaskwa, décrit son expérience lorsqu’elle a découvert la sculpture pour la première fois sur le sentier : « C’est une véritable découverte, une agréable surprise et un magnifique reflet du paysage de Pukaskwa. C’est aussi un excellent moyen de prêter attention aux sons qui nous entourent. »

A sculpture on the shore.
L’Onde sonore mise en place © Kyra Kordoski

Rebecca Belmore a réalisé quatre sculptures, dont celle de Pukaskwa, pour son projet « Onde sonore » mettant en valeur l’importance de notre lien avec la terre, à l’occasion de l’exposition Repères2017, dans le cadre du projet Signature de Canada 150. Ce projet invite les Canadiens à explorer leur terre et à approfondir leur lien avec elle à travers un ensemble de projets d’art contemporain présentés d’un bout à l’autre du pays. Repères2017 vise à favoriser le dialogue au sujet « des peuples, des lieux et des perspectives qui ont façonné notre passé et qui sont déterminants pour notre avenir. »

Les trois autres sculptures de « l’Onde sonore » sont installées au parc national Banff en Alberta, au parc national des Îles-de-la-Baie-Georgienne en Ontario et au parc national du Gros-Morne (Terre-Neuve-et-Labrador) à l’occasion de Canada 150. Chaque sculpture a été conçue en fonction de chaque paysage. L’idée de Rebecca Belmore était d’amplifier « les sons vivants qui sont propres au site », la conservatrice Kathleen Ritter ajoute qu’il s’agit de mettre en relief notre lien à la terre en permettant à la terre de s’exprimer, car « elle a plus de choses à raconter que nous ».

Rebecca Belmore croit fermement que l’essence même de l’expérience canadienne et les racines de notre identité se trouve dans le lien privilégié que nous avons avec la terre que nous habitons. « Onde sonore » est une manière de rétablir ce lien que beaucoup d’entre nous ont perdu en raison de l’agitation de nos vies quotidiennes. Se sentir humble face aux paysages marins, s’asseoir, écouter, renoncer à laisser le contrôle aux éléments, nous rappellent nos racines et la terre que nos ancêtres ont explorée. Selon Rebecca Belmore, « il s’agit vraiment de prendre un moment pour s’asseoir sur la Terre. C’est cette idée qui est à l’origine de ce projet : nous, êtres humains, sommes tous liés à la Terre. C’est assez simpliste, mais essentiel. »


<< Au fil de L'EAU