Le marais du parc national de la Pointe-Pelée est l’un des plus grands marais qui subsistent dans le sud de l’Ontario et l’un des rares grands marais du système des Grands Lacs. Il est également désigné zone humide d’importance internationale en vertu de la Convention de RAMSAR en raison de ses caractéristiques uniques et de son rôle dans la conservation de la diversité biologique. Avec ses 1 000 hectares (soit 2 000 terrains de football), il s’agit du plus grand habitat du deuxième plus petit parc national du Canada, couvrant les deux tiers de la superficie totale du parc.

Les zones humides sont connues pour leur remarquable biodiversité, et le marais de la Pointe-Pelée ne fait pas exception. Il fournit de la nourriture et un habitat aux oiseaux chanteurs, aux oiseaux aquatiques, aux serpents, aux grenouilles, aux tortues, aux poissons, aux plantes, aux insectes et aux mammifères. Le marais abrite 19 espèces en péril et constitue une halte essentielle pour les oiseaux migrateurs, qui comptent sur la possibilité de trouver de la nourriture dans le marais après un long vol.

Le marais n’offre pas seulement des possibilités à la faune. Les visiteurs du marais peuvent s’immerger dans un autre monde, celui des chœurs de grenouilles qui coassent, des hérons furtifs, des nénuphars en fleurs et des tortues qui se prélassent. Que ce soit en marchant sur la promenade, en grimpant en haut de la tour du marais ou en faisant du canoë dans les étangs et les canaux, le marais a une façon magique d’attirer chaque visiteur dans sa toile de vie.