Feu

Les feux planifiés et contrôlés s’appellent des brûlages dirigés. Même si Parcs Canada a déjà eu recours à cette mesure au parc national de la Pointe-Pelée, le programme de brûlages dirigés a été relancé en 2011 dans le cadre de l’important projet de conservation et de rétablissement de la savane du cordon sablonneux du lac Érié.

Les brûlages dirigés réduisent la charge de combustibles pour atténuer la gravité des feux de forêt, libérer les nutriments, encourager la germination des semences indigènes, et renforcer un ensemble d’écosystèmes qui abritent une variété de plantes et d’animaux sauvages. Pour cette raison, le programme de brûlages dirigés au parc national de la Pointe-Pelée est une partie importante du projet de rétablissement de la savane du cordon sablonneux du lac Érié. Dans ce parc national, les brûlages planifiés et dirigés dans certains secteurs réduisent le nombre de plantes exotiques et empêchent l’étendue d’arbres et de buissons envahissants dans les habitats de la savane. Depuis 2011, les brûlages dirigés ont revitalisé environ 5 ha de terres, restaurant le rare habitat de la savane en offrant des espaces dégagés et ensoleillés dont les plantes indigènes et les animaux ont besoin. Il s’agit là d’une étape importante pour rétablir des écosystèmes sains et résilients qui abritent une variété d’oiseaux, de papillons et d’autres animaux, dont plusieurs espèces en péril.

Les brûlages dirigés ne sont effectués que dans des conditions idéales : temps, humidité, direction du vent, et ressources de soutien; tout est pris en compte. Les projets ayant recours aux brûlages dirigés n’iront de l’avant que lorsque la sécurité du public, les équipes de lutte contre l’incendie, l’infrastructure du parc et les terres environnantes seront adéquates. Il est important de se rappeler que la flore et la faune du parc national de la Pointe-Pelée, y compris les espèces en péril, se sont adaptées à la présence des feux depuis des millénaires et en sont tributaires pour conserver les habitats qui leur permettent d’évoluer.

Pour aider à assurer la survie optimale des espèces en péril lors d’un brûlage dirigé, le personnel du parc national de la Pointe-Pelée doit :

  • effectuer les brûlages dirigés pendant l’hiver et tôt au printemps, avant la nidification des oiseaux, avant la fin de l’hibernation des reptiles, et avant l’éclosion des plantes indigènes;
  • signaler les espèces d’arbres en péril au préalable pour assurer qu’ils sont identifiés et visibles;
  • arroser les espèces en péril comme l’oponce de l’Est et le ptéléa trifolié avant le brûlage pour leur offrir une protection additionnelle;
  • contrôler la vitesse de propagation et la direction des feux qui sont à proximité d’espèces en péril.