Petite fleur mauve et blanche
Calypso bulbeux

Les orchidées sont incroyablement diversifiées. On les trouve partout sur la terre ferme, à l’exception des glaciers. Il y en a environ 28 000 espèces sur terre. C’est presque le double du nombre d’espèces d’oiseaux et quatre fois celui des mammifères. La péninsule Bruce compte plus de 40 espèces d’orchidées, dont 34 espèces ont été trouvées dans le parc national de la Péninsule-Bruce et le parc marin national Fathom Five.

Les orchidées sont très sensibles à leur environnement, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux changements climatiques. Les changements dans les régimes des précipitations, les températures moyennes et la saison de croissance signifient qu’il sera plus difficile pour certaines orchidées de survivre dans le parc national de la Péninsule-Bruce et le parc marin national Fathom Five. Les autres menaces comprennent les espèces envahissantes et l’exploitation humaine.

Les orchidées sont habituellement très spécialisées et nécessitent des conditions de croissance précises. Il est presque impossible de les transplanter.

Attention

Il est illégal de cueillir des plantes ou une partie d’une plante dans un parc national. Les contrevenants seront poursuivis, et les amendes dans le parc national de la Péninsule-Bruce et le parc marin national Fathom Five peuvent atteindre 25 000 $.

Gros plan d'une fleur rose
Pogonie langue-de-serpent

Les orchidées du parc national de la Péninsule-Bruce et du parc marin national Fathom Five se trouvent dans tous les écosystèmes terrestres. La diversité et la concentration des espèces d’orchidées ici sont supérieures à celles de tout autre endroit en Ontario. C’est un point névralgique écologique pour les orchidées en Amérique du Nord.

Certaines orchidées, comme le calypso bulbeux (Calypso bulbosa) n’ont qu’une seule fleur par plante. D’autres, comme la corallorhize striée (Corallorhiza striata), en ont beaucoup. Les orchidées ont des fleurs symétriques avec des pétales hautement modifiés. Les fleurs peuvent provenir du sommet de la tige, comme c’est le cas pour la pogonie langue-de-serpent (Pogonia ophioglossoides), ou de la zone où les feuilles rencontrent la tige, comme pour la platanthère hyperboréale (Plantanthera hyperborea). Les orchidées comme la corallorhize maculée manquent même de chlorophylle et puisent des nutriments dans les champignons du sol. Les fleurs peuvent mesurer quelques millimètres seulement, comme la malaxis monophylle, ou être très grandes comme le cypripède royal.

gros plan de nombreuses petites fleurs blanches
Habénaire blanchâtre

L’habénaire blanchâtre est menacée en Ontario. On la trouve le long des rives peu profondes de galets de calcaire dans le parc national de la Péninsule-Bruce. Nos scientifiques surveillent régulièrement cette espèce. Au cours de la dernière décennie de surveillance, nous avons observé entre 50 et plus de 1 000 habénaires blanchâtres (Plantathera leucophaea) en fleurs chaque année dans le parc.

Les orchidées ne sont pas les seules plantes inhabituelles sur la péninsule Bruce. Celle-ci abrite également environ la moitié des iris lacustres (Iris lacustris) du monde et la plus grande partie de l’arnoglosse plantain (Arnoglossum plantagineum) restant du Canada. La péninsule abrite plus de 20 types de fougères, dont la rare pelléade à stipe pourpre (Pellaea atropurpurea) que Parcs Canada surveille pour mieux comprendre l’état des rares écosystèmes d’alvar à l’échelle mondiale.