Ratons laveurs | Tiques | Guêpes | Plantes nocives | Ours | Coyotes

tortue ponctuée

Le parc national des Mille-Îles est un lieu sans pareil où admirer les espèces sauvages. Assurez-vous cependant de respecter les règles toutes simples qui suivent pour assurer votre sécurité et protéger les espèces sauvages du parc.

  • Tous les animaux sauvages que vous rencontrerez dans le parc national des Mille-Îles peuvent être dangereux s’ils sont pris au piège, si vous vous approchez trop près d’eux ou si vous les harcelez.
  • Ne nourrissez pas les animaux sauvages! Assurez-vous de toujours bien ranger vos aliments et vos déchets pour éviter d’attirer des animaux à votre emplacement de camping.  
  • Gardez vos animaux de compagnie en laisse en tout temps.
  • Il peut y avoir des ours noirs et des coyotes dans le parc. On en voit surtout dans la partie terrestre, mais ils accèdent régulièrement aux îles. Lisez les pages Vous êtes au pays de l’ours noir et Les coyotes et la sécurité en randonnée, ou informez-vous au Centre d’accueil. Si vous apercevez un ours ou un coyote, signalez-le au personnel du parc.

Ratons laveurs

On trouve des ratons laveurs dans tout le parc, et ils sont très débrouillards pour trouver de la nourriture. S’ils arrivent à ouvrir une glacière ou une poubelle, ils pourraient revenir au même endroit et endommager des biens ou d’adopter un comportement agressif face aux humains. Assurez-vous de toujours bien ranger vos déchets et vos aliments. Ne nourrissez jamais les ratons laveurs. 

Deux ratons laveurs dans une poubelle
  • S’ils mangent autre chose que leurs aliments naturels, les animaux sauvages risquent d’avoir des problèmes de santé et de mourir prématurément. 
  •  Les animaux nourris par les humains s’habituent à leur présence et risquent davantage de devenir agressifs. Restez à bonne distance de tous les animaux sauvages, et observez-les de manière respectueuse pour réduire les risques qu’une rencontre tourne mal.
  • Les ratons laveurs peuvent être porteurs de la rage. Si vous voyez l’un de ces animaux faire preuve d’agressivité ou s’approcher des gens, signalez-le au personnel du parc. Pour en savoir plus sur la rage chez le raton laveur, visitez le site Web du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario.

Tiques et maladie de Lyme

Les tiques et votre santé

À Parc national des Mille-Îles, vous courez un faible risque, d’avril à novembre, d’être exposé à la maladie de Lyme si vous vous faites piquer par une tique à pattes noires infectée. La maladie de Lyme est grave, mais il est facile de la prévenir et de la traiter si elle est détectée à un stade précoce.

Pour en savoir davantage sur la maladie de Lyme, sur les tiques à pattes noires et sur les précautions à prendre pour vous protéger des piqûres en plein air, consultez les sites Web suivants :

une tique à côté d'une gomme à crayon
Taille moyenne d’une tique femelle. 

Feuille de renseignements du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario 
Fiche de renseignements de l’Agence de santé publique du Canada
Agence de la santé publique du Canada - Faits sur la maladie de Lyme
Government a L'Ontario - maladie de Lyme 

Insectes piqueurs ou mordeurs (guêpes, abeilles)

On trouve beaucoup d’insectes piqueurs au parc national des Mille-Îles, surtout à la fin de l’été. Si vous avez une allergie grave aux piqures, n’oubliez pas d’apporter les médicaments qui vous sont prescrits; les secours pourraient être longs à venir. Pour en savoir plus sur les guêpes, visitez le site Web de Santé Canada.

Si vous apercevez un nid sur l’une de nos structures, signalez-le aux employés du parc.

Plantes nuisibles

Une croissance de panais sauvage, une plante verte à fleur jaune

Le parc national des Mille-Îles abrite un certain nombre de plantes qui peuvent entraîner des irritations cutanées et d’autres problèmes de santé. Vous pouvez réduire les risques d’entrer en contact avec ces plantes en apprenant à les identifier et en restant sur les sentiers balisés.

Panais sauvage

Le panais sauvage est une espèce envahissante en Ontario; il est originaire d’Europe et d’Asie. On le trouve dans tout l’est de la province, y compris dans la région des Mille-Îles. La sève de cette plante peut causer des irritations cutanées. Pour en savoir plus, visitez la page sur le panais sauvage.

Grandes plantes vertes à fleurs blanches

Berce du Caucase

La berce du Caucase est une plante ornementale originaire d’Asie du Sud-Est qu’on trouve maintenant en Ontario. Sa sève, comme celle du panais sauvage, peut rendre la peau photosensible, après quoi une exposition au soleil peut entraîner des brûlures. Pour en savoir plus, visitez la page sur la berce du caucase.

les feuilles vertes de l'herbe à puce
© Parcs Canada/J. Brownlie 

Herbe à puce

L’herbe à puce, plante grimpante de la famille du sumac, pousse à de nombreux endroits du parc national des Mille-Îles. On la trouve sur les berges sablonneuses, pierreuses ou rocailleuses, en touffes dans les clairières et à la lisière des bois. La sève de cette plante contient une oléorésine qui cause une douloureuse irritation cutanée chez la plupart des gens. Rappelez-vous : feuilles en groupes de trois, n’y touchez pas! Pour en savoir plus, visitez la page sur l’herbe à puce sur le site de Santé Canada.

gros plan d'un ours noir

Ours noirs

On sait que l’ours noir habite la partie terrestre du parc, mais on l’aperçoit aussi à l’occasion dans les îles. Si vous avez la chance d’en voir un, prenez des mesures simples pour assurer votre sécurité. Signalez toute présence d’un ours noir au personnel du parc.
Pour en savoir plus, lisez la page Vous êtes au pays de l’ours noir.

Coyotes

On voit souvent des coyotes dans la partie terrestre du parc et sur les îles les plus grosses, mais ils peuvent être partout.

À l’échelle nationale, Parcs Canada travaille avec des spécialistes en comportement du coyote, en gestion de la faune et en comportement et pédagogie des humains en vue d’élaborer et de mettre en œuvre des pratiques exemplaires en sécurité publique. Les visiteurs de parcs ou d’autres aires naturelles doivent être au courant des risques de rencontres avec des animaux sauvages.

Voici ce que vous pouvez faire pour améliorer votre propre sécurité :

Un coyote dans un champ
  • Ne nourrissez pas les coyotes et assurez-vous de jeter vos déchets et toute autre source d’aliments de façon appropriée. Les coyotes qui ont accès à nos aliments perdent leur crainte des humains. 
  • Partez en randonnée avec des amis ou munissez-vous d’un solide bâton de marche.

Si vous voyez un coyote à bonne distance :

  • Restez où vous êtes, sans tenter de vous en approcher. 
  • Observez-le avec soin pour évaluer son comportement (p. ex. l’animal semble-t-il vous suivre, agir sans crainte et de façon visiblement agressive ou avec crainte et méfiance, etc.)

Si le coyote s’approche ou s’il est près de vous :

  • Ne vous enfuyez JAMAIS en courant. (Les coyotes courent bien plus vite que les humains.) 
  • Restez à bonne distance en vous éloignant tranquillement. Ne vous retournez pas. 
  • Restez en groupe et essayez d’effrayer l’animal. 
  • Faites du bruit, brandissez des bâtons en l’air en faisant des gestes amples et affichez un comportement agressif.

Si un coyote passe à l’attaque :

  • Résistez-lui. Criez, donnez-lui des coups de bâton, jetez-lui des pierres, défendez-vous avec tout ce que vous avez à votre disposition.
  • Si vous apercevez un coyote, signalez-le au personnel de Parcs Canada. Si un coyote s’approche de vous dans le parc, vous devez immédiatement le signaler.

Pour en savoir plus :
Brochure de Parcs Canada sur l’habitat du coyote
Fédération canadienne de la faune