Un arbre qui brûle

Plusieurs des forêts dans les parcs nationaux sont adaptées au feu. Dans de tels écosystèmes, le feu contribue à la santé et à la biodiversité des forêts. Parcs Canada a recours à des brûlages dirigés planifiés avec soin afin de restaurer et de maintenir en toute sécurité cet important processus écologique.

Un brûlage dirigé est un feu allumé intentionnellement, planifié et géré par des spécialistes, dans le respect de conditions précises et suivant les procédures nécessaires pour obtenir le résultat voulu en toute sécurité.

Avant d’ordonner un brûlage dirigé, les spécialistes du feu de Parcs Canada tiennent compte des conditions météorologiques, des types de végétation, des caractéristiques du terrain, le risque aux publics et à l’infrastructure et du comportement du feu. Ils établissent les limites du brûlage en se servant d’obstacles naturels, par exemple les falaises et les zones humides, ainsi que des obstacles artificiels, comme les routes et les coupe-feu aménagés. Enfin, l’équipe décrit les conditions dans lesquelles le brûlage peut être allumé. Lorsque ces conditions sont réunies, elle passe à l’action.

Travaux de conservation d'incendie en 2018

Le personnel du parc marche le long d'une ligne de brûlis

Le parc national des Mille-Îles prévoit effectuer sur l’île Gordon un troisième brûlage dirigé, entre le 15 avril et le 16 mai 2018. La date exacte dépendra des conditions météorologiques. Le brûlage cible environ cinq hectares. Recréer ce processus naturel ne fera pas que servir à la régénération du chêne rouge; il bénéficiera aussi à une multitude d’autres plantes rares et oiseaux chanteurs.

Comme le brûlage sur l’île Gordon se déroulera en début de saison, la direction de la fumée dépendra des vents printaniers, qui seront probablement du sud-ouest, poussant la fumée vers le nord-est. Selon la force du vent et d’autres facteurs météorologiques, il est possible qu’une partie de la fumée se rende jusqu’au continent, au nord-est de l’île, au niveau du sol. On s’attend toutefois à ce que la fumée ne se disperse pas à plus de 500 mètres autour de l’île. 

Chaque brûlage dirigé comporte des caractéristiques de fumée qui lui sont propres. Celui de l’Île Gordon sera un feu de surface qui devrait se propager dans la partie inférieure du couvert forestier et qui produit habituellement moins de fumée, mais celle-ci peut demeurer plus longtemps au niveau du sol et ainsi nuire à la visibilité.