Dans le parc national Quttinirpaaq, les ours polaires tendent à se concentrer dans les zones côtières, mais il leur arrive aussi de fréquenter les secteurs du lac Hazen et du fjord Tanquary.

Il arrive que des visiteurs rencontrent des ours polaires à d'autres moments de l'année et en d'autres endroits du parc, même sur les glaciers. Signalez à Parcs Canada le plus tôt possible tous les ours que vous rencontrez ou que vous apercevez, de même que toutes les empreintes et les autres traces qui témoignent de leur passage. Servez-vous d'une radio ou d'un téléphone satellite si possible.

  • Évitez les aires d’alimentation des ours.

    L’ours polaire se nourrit principalement de phoques; ces deux espèces partagent donc souvent un même territoire.

    • En automne, en hiver et au début du printemps, la plupart des ours polaires chassent le phoque sur la glace marine, près de la zone de dislocation, dans les points d’eau libre et le long des crêtes de pression. On trouve également des ours et des phoques aux endroits où la glace est mince ou fissurée, par exemple dans les crevasses de marée des banquises côtières ou au pied des glaciers; en effet, les phoques peuvent plus facilement y garder leurs trous d’air dégagés.
    • Au début du printemps, les femelles qui ont des petits ont tendance à chasser près des crêtes de pression et des fissures des banquises côtières (en particulier dans les baies), puisque c’est là que se trouvent les tanières de mise bas des phoques.
    • En été, lorsque les glaces ont fondu, les ours polaires sont forcés de regagner la rive; on peut les trouver partout, mais, en général, ils chassent ou se nourrissent de carcasses le long des côtes, sur les plages et sur les îles rocheuses situées près du rivage. Observez l’océan, car les ours polaires sont souvent bien cachés lorsqu’ils nagent.
  • Ne vous approchez jamais de la tanière d’un ours polaire.

    Contrairement à ce que l’on constate chez les autres espèces d’ours, il n’existe aucune période de l’année durant laquelle toutes les tanières d’ours blancs sont inoccupées.

    • Les femelles enceintes creusent des tanières de maternité dans des amoncellements de neige sur les versants sous le vent (c.-à-d. protégés du vent) des collines et des vallées côtières. Dans la région de Baffin, on trouve de telles tanières en altitude dans des champs de neige et sur des glaciers. Les femelles occupent les tanières de maternité de l’automne au début du printemps; ces abris sont bien cachés, mais il est possible de les repérer à leurs trous d’aération ou, au début de l’automne et à la fin du printemps, aux pistes d’ours qui y mènent ou qui s’en éloignent.
    • Des tanières temporaires sont creusées dans les amoncellements de neige ou les crêtes de pression par les ours polaires (mâles, femelles et femelles avec oursons) qui demeurent actifs durant l’hiver. Elles peuvent servir durant quelques jours comme pendant des mois, pour permettre aux animaux de se reposer ou de se protéger temporairement du mauvais temps.
    • Durant la saison où l’eau est libre de glaces, les ours blancs creusent des tanières d’été dans ce qu’il reste des bancs de neige ou dans le pergélisol; on en trouve parfois à haute altitude dans les champs de neige, sur les glaciers ou dans les vallées qui y mènent. Des mâles et des femelles de tous âges occupent ces tanières pour rester au frais et se protéger des insectes.

  • Éviter de camper sur les plages et les îles, le long des côtes ou dans les couloirs de déplacement évidents.

    • Avant de dresser votre campement, vérifiez s’il y a des pistes d’ours dans les environs.
    • Les ours polaires se déplacent souvent le long des côtes; ils se repèrent grâce aux lignes d’étiage et aux îlots rocheux situés près des côtes.
    • En été, les glaces marines poussées par le vent peuvent transporter des ours polaires vers des zones côtières. Évitez les secteurs où le vent pousse la banquise vers le rivage.
    • Les ours passent souvent par les vallées pour traverser des péninsules ou des îles, ou par des cols pour se déplacer entre les vallées.
    • Les ours polaires se déplacent et chassent le long des zones de dislocation

  • Campez à l’intérieur des terres, sur une butte ou une falaise d’où vous avez une vue dégagée sur les environs.

    Évitez les secteurs où des ours pourraient se dissimuler, par exemple les virages sans visibilité, les amoncellements de neige, les crêtes de pression et les autres endroits comportant des obstacles à la vision.

  • Montez vos tentes en rangée plutôt qu’en cercle, à au moins 5 mètres de distance les unes des autres.

    De cette façon, si un ours entre dans votre campement, il ne se sentira ni entouré ni menacé et il disposera d’une issue pour s’enfuir. Assurez une surveillance en tout temps; établissez des tours de garde durant la nuit.

  • Ne dormez pas à l’extérieur de votre tente.

    Vous pourriez ressembler à un phoque. Les ours polaires sont très curieux et il est arrivé par le passé qu’ils s’attaquent à des gens qui dormaient en plein air.

  • Faites la cuisine dans un endroit visible de votre tente, mais situé à au moins 50 mètres de cette dernière.

    Filtrez l’eau de vaisselle et rangez les particules de nourriture ainsi recueillies avec vos déchets. Ne videz jamais d’eau de vaisselle à moins de 50 mètres de votre tente, d’une rivière, d’un ruisseau ou d’un lac.

  • Conservez votre nourriture et vos déchets dans des contenants à l’épreuve des ours ou dans des sacs scellés; mettez-les en lieu sûr dans un endroit visible de votre tente et couvrez-les de roches.

    Vous pouvez placer des casseroles par-dessus le tout pour créer un système d’alarme improvisé. Si vous disposez d’un véritable système d’avertissement, assurez-vous de ranger votre nourriture dans le secteur couvert par ce système. NE LAISSEZ JAMAIS de nourriture dans votre tente.