Le plan directeur du parc national Quttinirpaaq (PNQ) énonce l’orientation stratégique à long terme du parc et ses objectifs de gestion. Le plan est conforme à l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, à l’Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits des parcs nationaux Auyuittuq, Quttinirpaaq et Sirmilik et au mandat de Parcs Canada, lequel consiste à protéger et à mettre en valeur des exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel du Canada, et à en favoriser chez le public la connaissance, l’appréciation et la jouissance, de manière à en assurer l’intégrité écologique et commémorative pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

Le compte rendu de 2018 est le rapport d’étape annuel de l’Agence Parcs Canada (APC) sur la mise en œuvre du plan directeur pour les partenaires, les intervenants et le public.

Quatre personnes en randonnée dans la toundra.
Jennifer Lukacic, gestionnaire du parc par intérim, emmène Kathy Hanson, conseillère en gestion coopérative de l’APC, et Liza Ningiuk et Tabitha Mullin, membres du CMGP, au lac Kettle pour une visite d’interprétation archéologique en juin 2018. Photo : Cynthia Pialaq

Table des matières


Priorité 1 : Gérer l’activité humaine dans le parc national Quttinirpaaq afin de protéger et de préserver son intégrité écologique, ses ressources culturelles et les expériences qui y sont offertes dans la nature sauvage de l’Arctique

Progrès et faits saillants
  • Le conseiller en gestion des ressources culturelles a amélioré les protocoles de surveillance des ressources culturelles pour les sites culturels du ruisseau Blister et du lac Kettle.
  • En juillet, le personnel du parc a effectué une évaluation complète de l’état des huttes de Fort Conger. Les résultats serviront à formuler des recommandations sur les mesures de conservation à court et à long terme de Fort Conger.
  • Les protocoles de surveillance photographique de Fort Conger ont été améliorés.

Priorité 2 : Comprendre et décrire les écosystèmes du parc en intégrant les recherches scientifiques et les connaissances traditionnelles inuites et en mettant à profit les récits et le savoir d’un peuple qui entretient des liens de longue date avec le parc et les environs, et incorporer ces informations dans les programmes de mise en valeur du patrimoine.

Progrès et faits saillants
  • Les programmes de surveillance continue des écosystèmes d’eau douce et de la toundra se sont poursuivis en 2018. En prévision d’éventuels travaux de construction sur le barrage du réservoir du fjord Tanquary, un relevé des oiseaux nicheurs a été effectué dans le secteur entourant le réservoir afin de fournir une base de référence pour les mesures d’atténuation possibles.
  • Le Comité mixte de gestion du parc Quttinirpaaq (CMGP) a examiné les demandes de permis de recherche et de collecte et a fourni des conseils à cet égard. Dix permis étaient actifs en 2018.
  • Les glaciologues de l’Université d’Ottawa ont réalisé une étude sur le changement d’épaisseur et d’étendue du glacier Bowman. Les résultats montrent que le glacier n’alimente plus le ruisseau May – source d’eau du fjord Tanquary. Cette information a été présentée à Grise Fiord et à Resolute Bay pour discuter des effets du changement climatique sur le parc.

Priorité 3 : Améliorer l’intégrité écologique des différents secteurs du parc grâce à un système de gestion de l’environnement, à des opérations de nettoyage locales et à des travaux d’assainissement.

Progrès et faits saillants
  • Les pratiques entourant les caches de carburant dans tous les camps de base ont été améliorées grâce à la collaboration avec le ministère de la Défense nationale (MDN) et l’Étude du plateau continental polaire (EPCP), notamment en limitant la taille des caches, en élaborant des protocoles en cas de déversement et en exigeant l’utilisation de bacs de rétention.
  • Réalisation d’un sondage quinquennal détaillé du site de Fort Conger, y compris la cartographie du bord des berges à l’aide d’un GPS différentiel, l’échantillonnage de l’eau et des sédiments marins et l’examen des conditions du site, comme le décrit le plan d’assainissement et de gestion des risques de Fort Conger.
  • Le personnel du parc a collaboré avec le MDN dans le cadre d’une évaluation des sites abandonnés d’origine possiblement militaire, en particulier les caches de carburant, qui pourraient constituer une menace pour l’environnement. Les objets liés au MDN ont été retirés du parc et la cache de carburant existante du MDN au fjord Tanquary a été rendue conforme aux normes environnementales actuelles. Des échantillons de sol ont été prélevés à plusieurs endroits, y compris autour du hangar à barils du lac Hazen, pour une évaluation plus poussée de la possible contamination.

Priorité 4 : Déterminer l’état des sites archéologiques et des artéfacts inuits dans le parc en surveillant des sites représentatifs ou uniques en leur genre.

Progrès et faits saillants
  • Les protocoles de surveillance photographique des sites archéologiques de Fort Conger, du lac Kettle et du ruisseau Blister ont été mis à jour pour 2019.
  • Des données de base ont été recueillies concernant les trois huttes de Peary à Fort Conger afin d’élaborer un programme et un protocole de surveillance pour chaque bâtiment.
  • La surveillance annuelle de l’érosion et l’échantillonnage quinquennal de la contamination à Fort Conger sont maintenant terminés.
  • Le personnel du parc a indiqué que la « paroi Muskox » pourrait être un site en péril. Les membres du CMGP s’y sont rendus et ont fait part de leurs commentaires quant à son but. Une évaluation du site a été effectuée.

Priorité 5 : Communiquer les résultats d’un programme actif de recherche et de surveillance, en mettant l’accent sur les changements environnementaux observés à l’échelle mondiale, afin de concrétiser le rôle du parc national Quttinirpaaq dans l’esprit de la population canadienne.

Progrès et faits saillants
  • Les chercheurs sur le terrain ont présenté des rapports annuels de terrain et de l’information sur les publications connexes à l’APC et au CMGP; une condition de leur permis de recherche est qu’ils communiquent aussi ces rapports aux hameaux.
  • Le site Web du PNQ a été mis à jour afin d’y inclure une section « conservation et recherche » dans laquelle on met en évidence, en langage clair, la surveillance continue de l’intégrité écologique et les travaux de chercheurs externes, en décrivant les méthodes et les résultats. Elle sera mise à jour au besoin.

Priorité 6 : En faisant preuve d’innovation dans la mise en valeur du patrimoine, sensibiliser la population canadienne, les visiteurs ainsi que les résidents de Grise Fiord et de Resolute Bay au parc national Quttinirpaaq, accroître leur compréhension du parc, et les rallier à sa cause.

Progrès et faits saillants
  • En 2018, de nouvelles trousses d’information à l’intention des visiteurs et un contenu Web actualisé ont été mis à la disposition des groupes de visiteurs et de chercheurs.
  • Un guide de randonnée pédestre pour le fjord Tanquary a été rédigé en 2018 et devrait être prêt au cours de la saison touristique 2020.
  • La visite à pied autoguidée des sites culturels du lac Kettle a été remaniée en 2018. Les membres du CMGP ont visité le site et ont formulé des commentaires quant aux guides utilisés pour la visite lors de la réunion dans le parc en 2018.

Priorité 7 : À l’aide de partenariats, renforcer la capacité touristique des collectivités de Grise Fiord et de Resolute Bay et accroître les retombées touristiques du parc.

Progrès et faits saillants
  • Le personnel du parc et le gestionnaire de l’expérience du visiteur ont consulté l’agent administratif principal, l’agent de développement économique et les membres de la collectivité de Resolute Bay en vue d’organiser un atelier sur l’élaboration de visites guidées de la ville.
  • L’entente de partenariat avec Black Feather pour l’offre d’expériences de grande qualité aux visiteurs sous la forme d’excursions guidées et d’activités dans les camps de base a été renouvelée pour trois ans. Cette entente a été révisée afin d’inclure des engagements précis pour que Black Feather participe à des activités locales déterminées ou appuyées par Parcs Canada afin d’accroître les retombées économiques pour les collectivités voisines.

Priorité 8 : Continuer de gérer le parc national Quttinirpaaq de façon participative.

Progrès et faits saillants
  • Le CMGP a tenu deux réunions en personne : en juin au PNQ et en novembre à Resolute Bay. Il a tenu trois téléconférences en 2018. Dates : 5 mars 2018, 6 avril 2018 et 15 octobre 2018.
  • L’examen du plan directeur du parc a été entrepris par le CMGP de Quttinirpaaaq au début de 2018.
  • Le CMGP a examiné les demandes de permis et donné des conseils à l’égard des recherches menées dans le parc.
  • Il a participé au recrutement de nouveaux employés, à l’élaboration des questions d’entrevue et les membres ont eu l’occasion de siéger aux comités d’entrevue.
  • Il a été régulièrement informé et a participé aux discussions sur la gestion, notamment sur les plans pour la saison d’exploitation 2018, les activités promotionnelles, la planification de la gestion et l’infrastructure.
  • Deux membres du CMGP ont représenté Quttinirpaaq à un atelier de l’UNESCO sur les listes indicatives du patrimoine mondial à Ottawa en novembre 2018 pour comprendre la signification de la désignation « site du patrimoine mondial », les possibilités de financement qui pourraient être offertes aux sites du patrimoine mondial, et comment préparer une proposition de site du patrimoine mondial afin d’être mieux en mesure de conseiller le PNQ à cet égard.

Priorité 9 : S’efforcer d’embaucher un pourcentage représentatif d’Inuits dans l’Unité de gestion du Nunavut de Parcs Canada d’ici 2020.

Progrès et faits saillants
  • Dans le PNQ, deux des sept employés étaient des Inuits inscrits en vertu de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (un des deux a démissionné de son poste saisonnier au cours de l’été pour accepter un emploi à l’année dans un autre ministère).
  • Un seul des sept postes spécifiques du PNQ a été doté pour une période indéterminée, ce qui permettra de cibler les Inuits pour un emploi saisonnier ou indéterminé au cours des prochaines saisons.
  • Parcs Canada a provisoirement offert à un Inuk inscrit en vertu de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut un poste saisonnier de technicien en gestion des ressources II (EG-02) à condition qu’il ait suivi le programme de technologie environnementale du Collège de l’Arctique du Nunavut.
  • Un programme a été lancé pour mettre en place une séance de formation de plusieurs jours à l’intention des collectivités de Resolute et de Grise Fiord afin de préparer leurs membres à de futurs contrats à court terme avec Parcs Canada. Malheureusement, le financement a été réaffecté.

Priorité 10 : Créer, préserver et renforcer des partenariats clés dans les domaines des sciences, de la gestion des ressources culturelles, de la logistique, du tourisme, du marketing et de l’éducation.

Progrès et faits saillants
  • Parcs Canada collabore avec l’EPCP pour appuyer la logistique opérationnelle et favoriser la science et la recherche dans l’Extrême-Arctique. Un partenariat officiel est en cours d’élaboration.
  • Le programme de surveillance écologique des écosystèmes d’eau douce est mené chaque année en partenariat avec Environnement et Changement climatique Canada.
  • Le personnel du parc collabore étroitement avec les deux principaux groupes de chercheurs du PNQ afin d’entretenir l’infrastructure et de répondre aux besoins communs de recherche et de surveillance.
  • Parcs Canada continue de collaborer avec le MDN pour gérer l’exposition au fjord Tanquary et les sites du Conseil de recherches pour la défense dans le parc, y compris les travaux visant à réduire la superficie de l’exposition au fjord Tanquary.
  • L’entente de partenariat renouvelée avec Black Feather garantit l’offre d’expériences de grande qualité aux visiteurs.

Priorité 11 : Choisir une série d’indicateurs et de cibles pour la gestion du parc national Quttinirpaaq.

Progrès et faits saillants
  • Les indicateurs d’intégrité écologique pour la toundra et l’eau douce sont définis et des seuils de référence sont en place.

Conclusion—Prochaines étapes

Au cours de la prochaine année, l’APC se concentrera sur ce qui suit :

  • Collaborer avec le ministère du Développement économique et des Transports du gouvernement du Nunavut et l’agent de développement économique du hameau pour aider les membres de la collectivité de Resolute Bay à organiser des visites de la collectivité
  • Donner de la formation et offrir des possibilités d’emploi
  • Accroître les offres pour le tourisme avec des partenaires
  • Créer une trousse d’orientation hivernale pour les visiteurs et les autres utilisateurs
  • Créer un protocole de surveillance du site archéologique de la « paroi Muskox » qui sera ajouté au programme de surveillance semestriel des ressources culturelles
  • Terminer la brochure de la visite guidée du lac Kettle
  • Évaluer les bâtiments et les structures associés aux activités historiques du Conseil de recherches pour la défense au fjord Tanquary, au lac Hazen et à l’île Ward Hunt pour déterminer lesquels constituent des ressources culturelles. La désignation guidera les futures mesures de gestion
  • Nous continuons de surveiller et d’évaluer les ressources écologiques et culturelles.