Parcs Canada et ses partenaires des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux reconnaissent qu’une participation significative des titulaires de droit et des intervenants concernés est essentielle à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan d’action.

Les partenaires autochtones qui collaborent avec le parc national Wood Buffalo (PNWB) participent à des groupes de travail sur la gestion coopérative, et les débits environnementaux et l’hydrologie. En plus de leur participation à ces groupes de travail, les 11 partenaires ont pris part à des réunions en personne avec Parcs Canada, notamment dans le cadre de réunions bilatérales ou en groupe, pour examiner une version provisoire du plan d’action.

Pour soutenir la capacité des partenaires à contribuer au plan d’action, des accords de financement pouvaient être conclus avec les groupes autochtones concernés, y compris avec plusieurs autres collectivités habitant au sud du parc national Wood Buffalo.

Des informations à jour ont également été communiquées aux organismes de conservation et aux organismes représentant l’industrie et les intervenants régionaux, qui étaient invités à se prononcer sur la version provisoire du plan d’action.

À la mi novembre 2018, soit avant la période de consultation publique, la version provisoire du plan d’action a été distribuée à plus de 40 organismes autochtones, régionaux, de conservation et de l’industrie.

Une description du processus d’élaboration est présentée ci-dessous.

Commentaires reçus concernant la version provisoire du plan d’action

À la suite d’une collaboration avec les partenaires gouvernementaux et autochtones en vue de l’élaboration du plan d’action provisoire, celui ci a été publié aux fins d’examen par les intervenants et le public du 19 novembre au 10 décembre 2018.

En plus des commentaires qu’ils ont envoyés directement à Parcs Canada, les partenaires et les intervenants ont également pris part à des processus connexes menés par d’autres partenaires gouvernementaux sur des thèmes relevant de leur compétence, par exemple les réunions avec le gouvernement de l’Alberta concernant le Plan régional pour le cours inférieur de la rivière Athabasca.

Pendant l’élaboration de la version provisoire du plan d’action, la période de consultation publique et les réunions dirigées par d’autres gouvernements, les questions suivantes faisaient partie des priorités soulevées par les partenaires autochtones, les intervenants et le public :

  • Le Delta Paix Athabasca (DPA) est demeuré un élément important dans le plan d’action. Le groupe de travail sur les débits environnementaux et l’hydrologie a déterminé plusieurs approches de gestion pour les problèmes de quantité d’eau dans le DPA, notamment des interventions physiques pour gérer les niveaux d’eau et un processus pour permettre un déversement stratégique des eaux depuis le barrage W.A.C. Bennett pour favoriser une crue d’embâcle dans le PNWB et contribuer à l’inondation du DPA.
  •  

  • En ce qui concerne l’amélioration de la gouvernance du parc, les partenaires autochtones et Parcs Canada ont relevé certaines difficultés constantes, et ceux ci poursuivent leur collaboration à cet égard. Toutefois, ils se sont entendus sur plusieurs questions prioritaires, par exemple la participation des Autochtones aux processus relatifs à la dotation, à l’approvisionnement et à l’élaboration des programmes de formation à l’intention du personnel du PNWB.
  •  

  • Certains organismes de conservation et groupes autochtones ont continué à exprimer des préoccupations au sujet du projet hydroélectrique du site C qui a été évalué et approuvé avant les demandes du Comité du patrimoine mondial. L’évaluation environnementale a permis de fixer certaines conditions juridiquement contraignantes pour la mise en œuvre du projet. L’Agence canadienne d’évaluation environnementale et l’agence d’évaluation environnementale de la Colombie Britannique surveillent respectivement le respect des conditions fédérales et des conditions provinciales.
  •  

  • La mise en place d’une zone tampon, soit des aires de conservation adjacentes au PNWB, était un autre sujet d’intérêt pour de nombreuses parties, et la province de l’Alberta a annoncé la création d’importantes aires protégées pendant l’élaboration du plan d’action.
  •  

  • Des préoccupations ont été exprimées au sujet de l’usage de certains cadres provinciaux de gestion de l’utilisation des terres actuels pour protéger les valeurs du patrimoine mondial du site, qui nécessite des modifications supplémentaires au plan d’action ainsi que la prise d’engagements relativement aux cadres de gestion.
  •  

  • La nécessité d’améliorer la coordination des programmes de surveillance et de la diffusion des connaissances (ce qui comprend la participation des collectivités autochtones concernées, des gouvernements, de l’industrie et d’autres intervenants) est une question qui continuait d’être soulevée et qui a contribué à définir les mesures de suivi connexes.

Dans les prochaines semaines, Parcs Canada publiera un bulletin contenant des précisions sur le processus de participation mis en œuvre pour l’élaboration du plan d’action ainsi que les prochaines étapes.

Parcs Canada et ses partenaires tiennent à remercier tous ceux qui ont formulé des commentaires sur la version provisoire du plan d’action.