Il restait très peu de grues blanches au début des années 1940, mais elles étaient très visibles et on pouvait les dénombrer facilement chaque année dans leur aire d’hivernage dans le Aransas National Wildlife Refuge (en anglais seulement)   et aux alentours, le long du golfe du Mexique dans le sud du Texas. On ne savait pas cependant à cette époque où elles nichaient. Le dernier nid avait été observé en Saskatchewan en 1926. Chaque année au printemps, les grues blanches s’envolaient vers le nord depuis le sud du Texas et disparaissaient. En dépit de recherches menées par le U.S. Fish and Wildlife Service et d’autres au fil des années, leur aire de nidification restait un mystère.

Grue blanche sur son nid, parc national Wood Buffalo
Photo : Parcs Canada / John McKinnon

En 1954, un feu de forêt brûlait dans la partie nord du parc national Wood Buffalo. Un hélicoptère se rendait sur les lieux, avec à son bord le pilote Don Landells et l’agent forestier George Wilson. Les deux hommes regardèrent vers le sol par hasard et virent quelques grands oiseaux blancs, probablement des grues blanches d'après eux. Ils signalèrent leur observation à temps pour que le biologiste de la région, William (Bill) Fuller, attrape le prochain hélicoptère qui se rendait sur les lieux de l’incendie. Ce scientifique confirma qu’il s’agissait bien de grues blanches.

C’était une excellente nouvelle pour tous les Canadiens et les Américains impliqués dans la conservation de la grue blanche, mais ce n’est qu’en 1955, dans le cadre d’un relevé terrestre, que l’on confirma l’aire de nidification. On ne parle pas ici d’un relevé ordinaire, mais de deux expéditions difficiles et astreignantes d’une équipe dirigée par Robert (Bob) Porter Allen, Ray Stewart du Service canadien de la faune et Bob Stewart du U.S. Fish and Wildlife Service, qui dut pagayer et faire du portage dans les zones humides les plus inhospitalières qu’on puisse imaginer.

L’aire de nidification de la grue blanche dans le parc national Wood Buffalo est un labyrinthe de zones humides peu profondes.
Photo : Parcs Canada / John McKinnon

Les deux premières tentatives pour rejoindre des grues échouèrent. Alors qu’ils s’apprêtaient à abandonner pour l’année, deux des membres de l’équipe purent se faire déposer ailleurs par hélicoptère et réussirent! Voici une citation d’un membre du groupe : « Il a fallu 31 jours et bien des peines, mais sachez qu’à 14 h, en ce 23e jour de juin, nous sommes au sol avec les grues blanches! Nous avons finalement réussi! »1

Ce qui est remarquable dans cette histoire, c’est que lorsque le parc national Wood Buffalo fut établi en 1922, personne ne savait que les grues blanches y nichaient. Le parc fut en effet créé pour protéger le bison des bois, une autre espèce en péril. Ce coup de chance a sans aucun doute contribué à la survie de la grue blanche.

1 Janice M. Hughes, Cranes, A Natural History of a Bird in Crisis, Firefly Books Ltd, New York, 2008

Histoire et surveillance écologique des grues blanches dans le parc national Wood Buffalo
Pourquoi en voie de disparition?
Plus en voie d’extinction