Au cœur de la partie supérieure de la Tehjeh Deé (rivière Nahanni Sud) la réserve de parc national Nááts’įhch’oh est un endroit où la culture et la nature sont inextricablement liées depuis les temps immémoriaux. Il s’agit des terres ancestrales des Shúhtaot’ine (Dénés), un lieu où vous pouvez laisser le soin aux guides locaux d’habituer vos oreilles à la musique que conservent ces montagnes. Immergez-vous dans la culture des Dénés et des Métis du Sahtu, dans la ville ou dans le parc, découvrez les traditions qui honorent le pays. Nááts’įhch’oh est une montagne avec díígóɂo (pouvoir préhistorique), qui a rendu les Shúhtaot’ine forts et résilients. L’importance culturelle de cette montagne est telle que la réserve de parc national porte son nom.

Le voyage à destination du parc est inoubliable. Alors que vous survolez les sommets escarpés, vous avez une vue à vol d’oiseau de l’aventure qui vous attend. La paix et le calme sont palpables, une fois que l’avion a quitté les lieux. Le temps semble s’être arrêté lorsque vous êtes immergé dans cette véritable solitude. Vous êtes dans un pays où les montagnes entourent les lacs, et où les personnes ont voyagé à pied, par équipe de chiens et en bateaux en peaux d’orignal. Accueillez les pratiques du pays, et amorcez votre voyage en « payant » la terre et l’eau avec une petite pincée de thé ou de tabac. Les sources thermales sont réputées sur le plan culturel pour leurs propriétés curatives; les visiteurs qui suivent les protocoles peuvent se détendre dans ces eaux et se laisser pénétrer par ce paysage. Pagayez dans la nature sauvage du cours supérieur de la Tehjeh Deé, pataugez dans les trains de vagues, naviguez dans des courants traîtres et vous vous enlignez pour passer au milieu de nombreuses rocailles. Dans les sections plus calmes, admirez le paysage et profitez de la joie d’apercevoir un caribou, un loup et un orignal alors que vous pagayez à proximité. Votre voyage se lie aux routes anciennes. De nombreux visiteurs tombent amoureux des montagnes, du voyage, des personnes et du pays, et font le choix d’y retourner encore et encore.