Le canotage de poche

Le canotage de poche est une activité de plus en plus populaire dans les réserves de parc national Nahanni et Nááts’įhch’oh. Bien qu’il y ait beaucoup d’occasions pour les pagayeurs de niveau intermédiaire à avancé, les dangers et les risques liés à tout canotage en eau vive et de voyage en lieu sauvage isolé sont nombreux. Le risque augmente de façon exponentielle pour les personnes qui relient plusieurs ruisseaux loin des corridors de voyage habituels. Vous êtes responsable de comprendre les risques et d’acquérir les compétences et l’expérience pour être autonome.

Le canotage de poche est fondamentalement plus dangereux qu’une randonnée de plein air.

Gardez les conseils suivants en tête :
    Préparez-vous au pire.

    Tous les ruisseaux et toutes les rivières dans Nááts’įhch’oh et Nahanni sont très éloignés, et certains exigeront plusieurs jours de voyage ardus d’un bout à l’autre pour rejoindre le point de mise à l’eau. Dans ces circonstances, même une blessure mineure ou un bateau troué peut avoir de sérieuses conséquences. Sur la rivière, de simples erreurs telles que le manquement de bien fixer un sac à dos à un canot de poche peuvent mener à de l’équipement perdu et à des nuits trempes et misérables dans l’arrière-pays sauvage. Les rivières et les ruisseaux sont continus, souvent avec de petits ou peu de remous. Ce n’est pas « une eau calme avant les chutes »; les erreurs peuvent entraîner de graves conséquences. Préparez vous au pire et prévoyez comment y faire face. Nous recommandons d’avoir les articles suivants dans un petit sac sec sur vous au cas où vous seriez séparé de votre canot : un allume-feu, une boussole, un miroir, une trousse de purification d’eau, une couverture d’urgence et un appareil de communication quelconque (par exemple, un téléphone satellite).

    Vous êtes tout seul.

    L’endroit n’est pas pour les débutants. Vous êtes responsable de votre propre sécurité et vous devez vous préparer à une urgence de façon autonome. Apportez une bonne trousse de premiers soins, une trousse de réparation et une trousse de décoincement, et ayez les compétences pour les utiliser. En cas d’urgence, appelez notre agent de service au 1 867 695 3732 (tél.) ou 1-867-695-6572 (cel.), 24 h sur 24, du 1er juin au 30 septembre. Gardez en tête que nos secouristes, techniciens de montagne et de rivière, sont déployés de Jasper, en Alberta. Il peut s’écouler plusieurs journées avant qu’une tentative de sauvetage soit possible à cause de nombreux facteurs, tels que le temps, la distance, la disponibilité d’un avion et la capacité d’accéder à votre position, entre autres.

    Attendez-vous à tout.

    Les canoteurs de poche devraient s’attendre à rencontrer des dangers inattendus, tels que des arbres qui sont tombés et des roches cachées. Les arbres qui sont tombés sont particulièrement dangereux parce qu’ils forment des passoires où l’eau passe à travers les branches de l’arbre, mais les objets solides tels que les personnes et les canots de poche ne passent pas. Les passoires peuvent attirer dans un siphon un canoteur de poche, même avec un vêtement de flottaison individuel (VFI). Savoir comment repérer les passoires et les autres dangers dans l’eau et les éviter sont quelques unes des compétences essentielles que tout canoteur de poche devrait avoir avant de se lancer sur l’eau.

    unforeseen hazards

    Soyez prêt à naviguer autour d’obstacles que vous pourriez ne pas avoir prévus © Paul Burbidge

     

    Pluie ou soleil, les rivières peuvent monter.

    Les rivières du bassin versant de la Nahanni Sud peuvent monter rapidement avec la pluie. Des crues éclair et des glissements de terrain sont des dangers fréquents qui peuvent être mortels lorsqu’on traverse des canyons étroits. Un courant de type II peut rapidement se transformer en eau vive de classe IV+ à des niveaux d’eau plus élevés. Il y a peu de jauges sur les rivières dans cette région pour déterminer précisément les niveaux d’eau présents et prédire quand les périodes de montée de l’eau se produiront. Vous pouvez parler à des guides locaux ou aux bureaux de la réserve Nahanni ou Nááts’įhch’oh pour obtenir des renseignements sur les conditions actuelles prévalant dans les rivières pour toute la région, mais soyez conscient du fait que les renseignements émanant de sources de seconde main ne devraient en aucune sorte être considérés comme définitifs. Rien ne remplace le travail de faire en personne une évaluation continue de la rivière, du terrain et des conditions météorologiques et de pratiquer des techniques de canotage ou de randonnée sécuritaires. À tout le moins, essayez d’anticiper les conditions de la rivière ou du terrain en se basant sur la météorologie et les débits saisonniers, et soyez préparé à changer votre itinéraire si les conditions sont ou deviennent soudainement trop risquées.

    Habillez-vous pour nager.

    L’eau dans les réserves Nahanni et Nááts’įhch’oh est froide. Par conséquent, même une eau relativement calme présente des risques non négligeables. Le froid limitera votre capacité à échapper à des dangers tels que des passoires ou peut conduire à l’hypothermie si vous êtes immergé pendant une période prolongée. De plus, le choc provoqué par le contact avec l’eau froide cause une inhalation involontaire qui peut provoquer la noyade si vous êtes sous l’eau. Améliorez vos chances de survie, portez une combinaison étanche.

    Portez toujours un VFI et un casque.

    La nature peu profonde de certains des ruisseaux et des rivières signifie qu’il y a toujours le risque de se faire coincer le pied et d’entrer en collision avec des rochers. Portez un vêtement de flottaison individuel (VFI) et un casque pour réduire le risque de noyade et de blessures potentielles à la tête et à la colonne vertébrale.

    L’eau attire les animaux sauvages.

    Les rivières et les ruisseaux constituent souvent les parcours les plus faciles pour les animaux. De ce fait, l’activité des animaux sauvages est habituellement plus concentrée autour de ces axes de déplacement que dans d’autres zones des parcs. Toutefois, des broussailles épaisses le long des rives de courants et des courbes serrées le long des ruisseaux étroits peuvent rendre difficile le repérage d’animaux à distance sécuritaire lorsqu’on est sur la rivière. Des rapides ou des espaces resserrés d’eau peuvent même rendre inévitables certaines rencontres avec les animaux sauvages sur la rivière. Les canoteurs de poche devraient anticiper des rencontres soudaines et rapprochées avec de gros animaux tels que des orignaux ou des grizzlis et être prêts à s’échapper rapidement du remous ou à traverser la rivière pour éviter ces animaux. En précaution, il est recommandé d’avoir toujours un vaporisateur de gaz poivré à portée de la main sur l’eau et sur terre, et de savoir comment l’utiliser.

Dı́ga Dezene Deé

Allez là où aucun pagayer n’est allé en avant. Première descente du Dı́ga Dezene Deé (ruisseau Black Wolf), juin 2017, seconde descente juillet 2017. © Dan Hoffmann

 

Les questions préparatoires avant le voyage

Avant de partir, posez-vous ces questions :

  • Le voyage convient-il au niveau d’expérience et de compétence de votre groupe?
  • Êtes-vous capable de prédire les eaux vives et de reconnaître rapidement des dangers tels que les passoires, les trous et les angles de la rivière? Avez- vous les compétences pour éviter ces dangers ou vous échapper rapidement des remous et explorer des eaux inconnues?

  • Un VFI, une combinaison étanche, un casque et un couteau de rivière sont des outils indispensables pour parcourir les rivières et les ruisseaux rocheux des parcs Nahanni et Nááts’įhch’oh. © Colin Field/NWTT
  • Quels sont les dangers connus de la rivière sur laquelle vous naviguez (p. ex., des rapides ou des portages nommément désignés)? Plus important encore, quels sont les dangers inconnus (p. ex., des rapides imprévus à des niveaux d’eau plus élevés ou des arbres tombés récemment dans la rivière)?
  • Avez-vous un plan au cas où vous perdriez votre pagaie ou qu’un membre de votre groupe se blesse?
  • Avez-vous déjà descendu cette rivière, ou connaissez-vous quelqu’un qui l’a fait? L’eau est-elle à un niveau sécuritaire pour y naviguer?

 

Équipement recommandé pour le canotage de poche

En plus de votre équipement de nuit dans le sac à dos, nous recommandons le matériel suivant :

  • Une combinaison étanche
  • Un VFI, un casque et un couteau de rivière pour couper les cordes et s’échapper des enchevêtrements
  • Cinq essentiels (allume-feu, boussole, miroir, trousse de purification d’eau, couverture de secours) et un appareil de communication porté dans un petit sac sec sur vous
  • Une trousse de réparation pour votre canot de poche
  • Une pagaie et une autre de secours
  • Un sac de sauvetage et une trousse de décoincement
  • Des gants et des chaussures appropriées
  • Gaz poivré accessible

 

Routes

Les canoteurs de poche peuvent accéder aux voies d’eau dans Nááts’įhch’oh et Nahanni avec des vols nolisés autorisés, par Flat Lakes près de la route Nahanni Range, ou à pied par le col MacMillan. Il y a aussi une voie terrestre qui est parfois utilisée en passant par la rivière Ross à Nááts’įhch’oh Tué (Moose Ponds).

Selon votre niveau de compétence, il y a beaucoup de routes disponibles. Vous pouvez choisir des ruisseaux abrupts non désignés ou des rivières standards : Tehjeh Deé/Nahɂą Deh (Nahanni Sud), Tu Naka Dé (Flat), Łáhtanįlį Deé (Little Nahanni) et Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé (Broken Skull), ou encore vous pouvez relier plusieurs voies navigables. « Standard » ne veut pas dire qu’elles sont faciles, mais plutôt qu’elles sont plus traversées.

Les parcs sont situés dans les terres ancestrales des Dénés et Métis du Sahtu et des Premières nations Dehcho. Ils ont largement exploité ces terres, et pour certains groupes tels que les Shúhtaot’ine, ils faisaient de grands cycles saisonniers de la Dehcho (rivière Mackenzie) au mont Nááts’įhch’oh et au-delà. Le voyage de retour à la Dehcho demandait souvent de construire des bateaux en peau d’orignal pour naviguer sur de plus grandes rivières telles que la Nahanni Sud et la Begaadeé (Keele).

Les endroits où vous avez choisi de voyager ont probablement déjà été visités par le peuple Déné des montagnes. Voyager à pied était courant. Certains des plus petits ruisseaux et courants peuvent n’avoir jamais été descendus par une embarcation; vous pourriez y trouver une occasion intéressante pour une première descente.

    Dı́ga Dezene Deé

    Dı́ga Dezene Deé (ruisseau Black Wolf) est uniquement pour les pagayeurs d’expérience. Dı́ga Dezene Deé (ruisseau Black Wolf) commence près de Nı́onep'eneɂ Tué (lac Grizzly Bear), et est accessible à partir d’un ruisseau se déversant du lac. Les première et deuxième descentes en canot de poche ont toutes les deux été accomplies en 2017. Le premier groupe partant du Wyoming a commencé son voyage le 6 juin et a devancé la crue. Ils sont partis du col MacMillan, ont pagayé sur l'Upper Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé (rivière Broken Skull) et ont fait une randonnée jusqu’à Nı́onep'eneɂ Tué (lac Grizzly Bear). Le deuxième groupe, provenant de Whitehorse, a dû composer avec des niveaux d’eau plus bas et a commencé son voyage en partant de la Łáhtanįlį Deé (rivière Little Nahanni). Si vous faites une recherche Web, vous pouvez trouver des comptes rendus de voyage des deux groupes. Si le Dı́ga Dezene Deé (ruisseau Black Wolf) est sur votre itinéraire, sachez qu’il comprend au minimum un canyon impraticables, quelques rapides en eau vive difficiles de classe III+ à IV+, des glissements de terrain fréquents, des canyons étroits encaissés qui peuvent être inondés par une crue éclair et un rocher sournois qui peut couper en morceaux les canots de poche.

    Upper Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé

    Upper Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé (rivière Broken Skull). Deux groupes de canoteurs de poche ont pagayé sur ce segment de la rivière au-dessus de la confluence avec Ǫtaa Tu Fehto Deé (ruisseau Divide Lake); le premier groupe était un couple de l’Alaska en 2016, et le deuxième était un groupe du Wyoming en 2017. Les deux groupes ont publié un blogue concernant leur voyage. Commencez au col MacMillan et utilisez Túoch'ee Deé (la rivière Natla) pour rejoindre l’Upper Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé (rivière Broken Skull). L’Upper commence par un petit lac à l’extérieur de Nááts’įhch’oh, et rejoint vite le parc. Il commence par un petit filet d’eau qui prend de l’ampleur. Juste avant qu’il n’atteigne la confluence avec Ǫtaa Tu Fehto Deé (ruisseau Divide Lake), il y a un canyon impraticable et étroit avec une entrée peu invitante. Soyez aux aguets. Nous n’avons pas beaucoup de renseignements sur l’Upper; si vous la pagayez, veuillez nous envoyer votre compte rendu de voyage.

    Les Standards

    Les standards. Vous pouvez commander Nahɂą Dehé : Guide touristique de la rivière Nahanni Sud de la réserve de parc national Nahanni (5 $). Pour obtenir plus d’information sur la Łáhtanįlį Deé (rivière Little Nahanni) et la Pı̨́ı̨́p'enéh łéetǫ́ǫ́ Deé (rivière Broken Skull), consultez les organisateurs de voyage propres à ces rivières. Bien que la Łáhtanįlį Deé (rivière Little Nahanni) soit plus facile d’accès, elle présente des roches pointues et des sections difficiles, dont le canyon Crooked et The Step, qui ont surpris les pagayeurs par leur difficulté. Le courant est continu, donc les tentatives de secours sont difficiles. La rivière est aussi notoire pour ses débris de bois, qui peuvent longer la rivière. La rivière, comme les autres dans le bassin versant, monte rapidement après la pluie : il faut s’assurer de bien attacher vos embarcations ou vos objets de campement pour qu’ils ne soient pas emportés pendant la nuit.

    Les sorties

    Les sorties – Un groupe de canoteurs de poche a mis terme à son voyage, qui avait commencé dans la Łáhtanįlį Deé (rivière Little Nahanni), à Tulita. Dix rivières plus tard, ils parlaient à un membre de la famille de Parcs Canada au quai de la ville. Si vous décidez de mettre fin à votre trajet à Tulita, passez au bureau de la réserve Nááts’įhch’oh pour dire bonjour! Certains groupes décident de pagayer la longueur de la Tehjeh Deé/Nahɂą Deh (Nahanni Sud), de sorte que la fin de leur trajet est à Blackstone Landing. D’autres sortent d’un des sites de démarrage désignés dans la réserve Nahanni, ou d’un site de démarrage à l’extérieur des rivières des parcs – comme la Redstone ou la Begaadeé (Keele). Ces deux rivières sont d’importance culturelle pour les Dénés et Métis du Sahtu. Pour obtenir plus d’information sur les protocoles, contactez la bande des Dénés de Tulita ou la Tulita Land Corporation.

randonee

Si vous reliez des rivières, vous pourriez avoir à faire beaucoup de randonnées avec des sacs encombrants © Paul Burbidge

 

 

    Cartes topographiques 

    Consultez notre référence cartographique conviviale pour avoir un aperçu des cartes à échelle 1:50 000 que vous pouvez obtenir

    carte_map

Partage votre histoire.

On adorerait avoir des images et des renseignements de votre voyage dans nos parcs. Même si un grand nombre de nos employés sont des pagayeurs avides, nous ne pouvons pas explorer tout nous-mêmes. Nous sommes en apprentissage constant et nous faisons la mise à jour constant de notre matériel d’organisation de voyage.

Certains voyages de canotage de poche comprennent des randonnées aux eaux d’amont de plusieurs rivières. Les neiges restent dans le haut pays longtemps après leur fonte dans les vallées. Le terrain et les broussailles peuvent rendre les portages ardus. Bien qu’une route semble convenable sur une carte, vous risquez d’y trouver des broussailles épaisses à moins que vous vous trouviez au-dessus de la limite forestière.
    Réserver votre place

    Tous les voyages de plusieurs jours dans les parcs Nahanni et Nááts’įhch’oh nécessitent une réservation, un enregistrement et une confirmation de départ. Il y a un nombre limité d’emplacements de camping disponible à Náįlįcho (chutes Virginia), Gahnįhthah Mįe (lac Rabbitkettle) et Fairy Meadows. Les dates seront assignées durant le processus de réservation. Les emplacements de camping disponibles sont rapidement réservés pendant la saison de pointe. Les séjours avec coucher à Náįlįcho (chutes Virginia) et Gahnįhthah Mįe (lac Rabbitkettle) sont limités à deux nuits. Les dates sont allouées selon le principe de premier arrivé, premier servi.

    Il faudrait faire les réservations bien à l’avance pour que vous puissiez préparer l’expédition et confirmer les dates. Vous recevrez un permis d’excursion en arrière-pays lorsque la réservation aura été confirmée. Au cours du processus de réservation, l’équipe vous donnera de l’information pour vous aider dans la planification de voyage.

    L’enregistrement se passe avant le début de votre voyage, et la confirmation de départ est exigée lorsque vous quittez les parcs. Le processus d’enregistrement nous permet de confirmer qui se trouve dans le parc (et où), et nous permet de vous renseigner sur les fermetures récentes de zones attribuables à des animaux sauvages ou à des feux de forêt.

    Sans trace

    Les principes de « sans trace » s’appliquent aussi aux canoteurs de poche. Même si vous apportez peu, assurez-vous d’avoir une truelle pour enterrer les déchets humains solides dans des trous (chatières) de 15 à 20 cm de profondeur, situés à au moins 60 m des plans d’eau et des sentiers. Brûlez ou rapportez votre papier de toilette et vos produits d’hygiènes.

    Tous les feux de camp dans les réserves Nahanni et Nááts’įhch’oh doivent être confinés dans une boîte à feu ou un panier à braise. Ne faites pas de feux sur le sol. Utilisez seulement des bâtons qui sont sur le sol qui peuvent être cassés à la main. Brûlez votre bois et votre charbon jusqu’à qu’il ne reste que des cendres, éteignez totalement les feux de camp et dispersez les cendres refroidies. Si vous êtes proche d’une grande rivière, vous pouvez disperser les cendres refroidies dans la rivière. La collection de bois de chauffe dans la réserve Nááts’įhch’oh est interdite à tous les lacs afin de préserver les quelques arbres et le bois mort qui s’y trouvent.

    Si vous avez apporté quelque chose, ramenez-le, que ce soit des déchets ou des restants d’aliments.

    Si vous nettoyez vos vêtements, vos assiettes ou vous-même, prenez soin de le faire loin des plans d’eau. Votre eau grise égouttée peut être répandue sur le sol à 60 m de loin de plans d’eau et de campements ou versée dans de grandes rivières. À Náįlįcho (chutes Virginia), veuillez vous débarrasser de votre eau grise dans la rivière.

    Préserver le passé

    Préserver le passé : vous pouvez examiner les structures et les artefacts historiques ou culturels, mais ne les touchez pas. Laissez les roches, les plantes et tout autre objet naturel aux endroits où vous les trouvez.

Stockez vos aliments et vos déchets dans des contenants à l’épreuve des souris et des ours.

Si vous avez à déplacer des roches pour pouvoir installer votre campement (bâche et double toit), assurez-vous de les remettre à leur lieu d’origine avant de partir.

Durant votre voyage, il se peut que vous remarquiez des caméras sensibles aux mouvements installées aux pistes d’animaux et aux sources chaudes. Elles servent à prendre des images pour en plus apprendre sur la faune et les niveaux de neige. Les photos de visiteurs sont toutes supprimées pour assurer le respect de la vie privée. Faites la pose! Nous avons aussi des enregistreurs de températures installés à certaines sources. Si vous voyez un appareil, laissez-le là où il est.

La pêche est interdite dans la réserve Nááts’įhch’oh, mais vous pouvez attraper (et manger) du poisson dans celle de Nahanni si vous avez la licence de pêche. Veuillez respecter les limites de poids et de quantité de votre licence.

Pour obtenir plus d’information sur l’utilisation de véhicules aériens sans pilote et la photographie commerciale, dont le partage d’images avec les commanditaires de votre expédition, consultez notre page sur les lignes directrices pour les activités de photographie.

Du plaisir et sécurité en bateau!

Le canotage de poche est un sport en croissance donnant une nouvelle façon excitante d’explorer les parcs Nááts’įhch’oh et Nahanni. Il est essentiel de prendre connaissance des risques associés au canotage de poche et de développer les compétences et les connaissances nécessaires pour atténuer ces risques, avant de s’aventurer dans un milieu sauvage.