Emplacement et géographie

L'île de Sable, en Nouvelle-Écosse, est une île en forme de croissant située sur le bord de la plate-forme continentale dans le nord de l'Atlantique. Il s'agit d'une barre de sable végétalisée qui se trouve à environ 290 kilomètres de Halifax, à 44°N, 60°O. Elle s'étend sur une longueur d'environ 42 kilomètres et ne mesure que 1,3 kilomètre à son point le plus large. D'une superficie d'environ 3 400 ha, l'île est à peu près sept fois plus grande que l'île McNabs dans le havre d'Halifax.

De grandes plages de sable bordent les deux rives de l'île au nord et au sud. Un système de dunes centrales donne à l'île son seul relief. Les dunes sont ponctuées d'étangs d'eau douce que l'on retrouve en plus grand nombre du côté ouest. Aux extrémités est et ouest, l'île se termine par deux flèches d'une longueur de deux à six kilomètres. Occupant les deux tiers de l'axe central de l'île, les dunes médianes représentent l'un des systèmes de dunes les plus importants de l'Est du Canada.

Une lentille d'eau douce, alimentée par les précipitations, repose sous l'île de Sable. Les étangs d'eau douce sont le visage exposé de cette nappe d'eau douce qui surnage l'eau salée en raison de sa densité moins élevée. Ces étangs hébergent des communautés de plantes et d'animaux uniques et servent de bassins d'eau potable pour les habitants de l'île. L'éventuelle contamination des étangs par l'eau salée pose un grand danger. Celui-ci pourrait se matérialiser si les dunes s'érodent ou si la consommation dépasse la capacité d'approvisionnement des réservoirs. Au centre de l'île, vers le sud, se trouve une étendue d'eau saumâtre peu profond, le lac Wallace. Jadis beaucoup plus grand, le lac a été progressivement remblayé par le sable charrié par le vent et ne mesure aujourd'hui qu'environ un kilomètre de long.

L'île se caractérise par un climat tempéré mais, pendant les mois d'hiver, elle jouit des températures parmi les plus chaudes au Canada grâce à l'influence modératrice du Gulf Stream. Son isolement dans l'Atlantique du Nord-Ouest l'expose souvent à des vents extrêmement violents. Il se trouve souvent des brouillards opaques dans le région : les observations ont relevé dans le cours d'une année 127 jours avec au moins une heure de brouillard.


Faune et flore

La topographie unique de l'île de Sable avec ses dunes doit son existence aux plantes dont les racines stabilisent le sable de l'île. Environ le tiers de l'île est couvert devégétation1 et la flore qu'on y trouve est typique des paysages de dune semblables ailleurs dans l'est de l'Amérique du Nord. Les éricacées dominent à l'intérieur de l'île tandis que les plantes halophiles telles que l'arenaria et l'ammophile colonisent les marges de l'île. Plus de 190 espèces ont été répertoriées et une vingtaine d'entre elles sont relativement rares en dehors de l'île 2.

Depuis le XVIe siècle, plusieurs espèces domestiques ont été mises en liberté dans l'île, notamment des chevaux, du bétail, des chèvres et des lapins. On ne sait presque rien de l'écologie de l'île avant l'introduction de ces animaux domestiques. Parmi ceux-ci, il ne reste actuellement que les chevaux sauvages, qui se sont multipliés depuis leur introduction vraisemblablement vers 1738. La végétation de l'île leur suffit pour vivre mais ils ne dédaignent pas non plus les algues et le goémon rejetés sur la plage3. Apprenez-en plus sur la population de chevaux de L'île de Sable

Jadis, l'île était fréquentée par une colonie de morses de l'Atlantique (espèce disparue de la région aux termes de la Loi sur les espèces en péril) pendant la saison de reproduction. L'ivoire de leurs défenses étant fortement prisé, les morses ont fait l'objet d'une chasse intense. Les derniers survivants de l'île ont été aperçus vers la fin des années 1800. Attestant de leur passage dans l'île, il arrive que les éléments découvrent momentanément des défenses qui gisent enfouies dans le sable depuis des centaines d'années.

L'île de Sable accueille la plus importante colonie de phoques gris au monde. La naissance des petits s'échelonne de la fin de décembre au début de février. Si la population a connu une croissance importante au cours des dernières décennies celle-ci semble maintenant ralentir4. Pendant la saison de reproduction, les phoques gris s'installent sur les plages de même que dans les habitats végétalisés et non végétalisés partout dans l'île. Pendant le reste de l'année, ils se massent sur les plages par groupes allant d'une douzaine à un millier d'individus, leur nombre culminant pendant la mue en mai et juin. Il existe en outre une petite population résidente de phoques communs qui ont des petits de la mi-mai à la mi-juin mais dont le nombre décroît depuis quelques années. Les raisons possibles du déclin de la population sont la prédation par les requins et la pression démographique exercée par le phoque gris 5. D'autres pinnipèdes dont le phoque à capuchon, le phoque du Groenland et le phoque annelé fréquentent l'île mais ils vont ailleurs pour se reproduire.

L'île de Sable est une halte routière pour de nombreux oiseaux migrateurs. Plus de 350 espèces ont été identifiées. Certains oiseaux se retrouvent communément sur la terre ferme mais nombreux sont ceux qui errent très loin de leur habitat normal. Il a été confirmé que seize espèces nichent dans l'île au printemps et en été. L'oiseau le mieux connu parmi ceux-ci est le bruant d'Ipswich, une sous-espèce du bruant des prés qui se reproduit uniquement dans l'île de Sable. L'île abrite aussi toute l'année une importante population de goélands. Selon les dispositions de la Loi sur les espèces en péril, le bruant d'Ipswich est considéré comme une espèce préoccupante et la sterne de Dougall comme une espèce en voie de disparition. Les scientifiques ont repéré plusieurs habitats qui revêtent une importance critique pour la survie de la sterne de Dougall et qui doivent être protégés pendant la saison de reproduction.

Diverses espèces de poisson, notamment les choquemorts, les épinoches et les anguilles d'Amérique, peuplent les étangs d'eau douce (surtout dans la région entre la station principale et la maison de l'IOB). L'île possède aussi six espèces d'invertébrés qui se trouvent uniquement dans l'île de Sable. Plusieurs espèces de papillons et de papillons nocturnes affichent des différences suffisantes par rapport à leurs congénères de la terre ferme pour être classés comme sous-espèce6. Parmi les espèces qui transitent par l'île, deux espèces de papillons tropicaux ont été identifiés pour la première fois en Nouvelle-Écosse.

La faune et la flore distinctes de l'île de Sable de même que sa topographie étonnante sont le résultat d'une dynamique géologique et écologique unique et fascinante.





  1. Freedman, B. 1996. Airphoto assessment of changes in plant cover on Sable Island, Nova Scotia. Rapport non publié. Service canadien de la faune. (Retourner au paragraphe source)

  2. Catling, P.M., Freedman, B. & Lucas, Z. 1984. The vegetation and phytogeography of Sable Island, Nova Scotia. Proceedings of the Nova Scotian Institute of Science 34: 181-245. (Retourner au paragraphe source)

  3. Lucas, Z.L., McLoughlin, P.D., Coltman, D.W., & Barber, C. 2009 Multiscale analysis reveals restricted gene flow and a linear gradient in heterozygosity for an island population of feral horses. Canadian Journal of Zoology, 87: 310-316. (Retourner au paragraphe source)

  4. DFO. 2009. Science Advice on Harvesting of Northwest Atlantic grey seals (Halichoerus grypus) in 2009. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Sci. Advis. Rep. 2008/061. (Retourner au paragraphe source)

  5. Bowen, W.D., Ellis, S.L., Iverson, S.J., and Boness, D.J. 2003. Maternal and newborn life-history traits during periods of contrasting population trends: implications for explaining the decline of harbour seals (Phoca vitulina), on Sable Island. J. Zool. Lond. 261:155-163. (Retourner au paragraphe source)

  6. Wright, B. 1989. "The Fauna of Sable Island." Nova Scotia Museum Curatorial Report Number 68. (Retourner au paragraphe source)