Une histoire gravée dans la pierre

Des pétroglyphes Mi'kmaq Des pétroglyphes Mi'kmaq
© Parcs Canada

Les traces les plus visibles laissées par les premiers Mi’kmaq sont des gravures faites sur des affleurements d’ardoise polie par les glaciers que l’on trouve à plusieurs endroits sur les rives des lacs. Appelés « pétroglyphes » (gravures dans la pierre), ces dessins sont une source d’information précieuse pour comprendre l’histoire et le mode de vie des ancêtres des Mi’kmaq d’aujourd’hui. On trouve plus de 500 pétroglyphes individuels dans le lieu historique national Kejimkujik, ce qui en fait une des plus grandes collections de ce type de vestiges en Amérique du Nord. Ces pétroglyphes sont des éléments uniques et essentiels du paysage culturel.

Image de chapeau pointu Image de chapeau pointu
© Parcs Canada
Les dessins les plus importants sont sans doute ceux où l’on voit des hommes et des femmes portant des vêtements traditionnels. Dans certains cas, des motifs en double courbe très détaillés ornent ces vêtements. Les chapeaux pointus, portés par les femmes mi’kmaq, sont aussi très présents. Plus de 60 pétroglyphes représentent ces chapeaux, ce qui semble montrer l’importance des femmes dans la société mi’kmaq.

Image de la chasse de marsouin par canot Image de la chasse de marsouin par canot
© Parcs Canada

Plusieurs images, uniques sur le plan culturel, représentent le canot de mer propre aux Mi’kmaq. Ce type de canot, aux côtés élevés et parfois gréé d’une petite voile, était conçu pour le canotage en mer; on l’aperçoit sur plusieurs pétroglyphes, à la poursuite de marsouins et d’autres grands mammifères marins. Un autre groupe de dessins remarquables porte les signatures des artistes en écriture mi’kmaq. Même si la culture mi’kmaq est principalement orale, les Aînés parlent d’un langage écrit, rarement utilisé. Les pétroglyphes de Kejimkujik sont les seuls exemples connus.