Prêt pour une aventure salée dans un estuaire côtier vierge et protégé? Prenez part à cette expérience maritime exclusive et aidez à protéger des espèces indigènes contre l’envahissant crabe européen

Commencez votre aventure à bord d’un VTT et profitez de la balade vers une lagune isolée et protégée. Rendu sur place, vous apprendrez les techniques de piégeage et de collecte des données, avant d’embarquer dans les chaloupes. Préparez-vous à vous mouiller et à vous amuser ferme alors que vous sortirez les pièges de l’eau pour recueillir crabes et poissons, tandis que votre chaloupe glissera lentement dans les méandres des magnifiques îles de granit. Profitez aussi de cette rare occasion de participer à la préservation d’un écosystème fragile et d’apprécier un paysage idyllique.

Opération crabe vert au parc national Kejimkujik Bord de mer

Transcription

Logo du castor de Parcs Canada

[Plage avec rochers]

On voit souvent des plages sabloneuses mais aussi rocheuses, des caps de roches. Le contraste avec la forêt côtière est très suprenant. Mais malgré la beauté, il y a un petit problème qui se passe sous l'eau dans les estuaires ici.

Chris McCarthy: Au départ, nous ne savions pas exactement de quoi il s'agissait. Mais nous avions remarqué, par exemple,

que nos herbiers de zostères n'occupaient plus qu'environ 2% de leur superficie originale. Nous avions aussi de très bonnes données de surveillance sur les myes à carapace molle, et elles nous indiquaient que les populations de petites myes avaient connu un important déclin. Nous n’étions pas tout à fait certains de ce qui se produisait, mais nous savions que le crabe vert peut causer de graves perturbations à ces deux espèces.

[Un employé de Parcs Canada devant une forêt]

Nous étions encore loin de détenir une preuve irréfutable, mais nous avions une bonne indication de la nature du problème.

Gabrielle: Le crabe vert européen, c'est une espèce invasive. Ça vient de l'europe et de l'afrique du nord. C'est une espèce qui mange pas mal tout ce qu'on trouve dans les estuaires. Aussi, ça arrache la zostère marine, qui est un habitat très important pour toutes les espèces qu'on trouve ici. Ça sert de pouponnière pour toutes les espèces marines qu'on trouve dans les maritimes. Si on l'enlève au complet, on enlève l'habitat de beaucoup de juvéniles de poissons et de crustacés.

Chris: Chez une population typique de myes à carapace molle qui n’est pas soumise à l’exploitation, il devrait y avoir environ 10 000 minuscules naissains pour chaque mye adulte. Dans nos estuaires, c’était tout à fait l’inverse : il y avait un grand nombre de grosses myes, mais les petites étaient complètement absentes, ce qui est annonciateur d’un grave problème.

Les oiseaux de rivage migrateurs viennent sur nos côtes parce qu’ils y trouvent un important panier à provisions pour leur migration vers le Sud. Du coup, nous avons aussi constaté une baisse du nombre d’oiseaux de rivage,

[un employé de Parcs Canada devant une forêt]

probablement à cause du déclin des myes à carapace molle et d’autres invertébrés que nous ne surveillons même pas, et ce parce que le crabe vert était en train de les décimer. C’est là que nous avons mis en place un programme de lutte contre le crabe vert et que nous avons entrepris une surveillance étroite de la population. Les effectifs que nous avions calculés en nous fondant sur les données de remise à l’eau étaient nettement sous-estimés.

[Une employée dans un bateau, remontant un casier en fil métallique contenant des crabes]

Mais je crois que personne ne se doutait du nombre de crabes verts qui se trouvaient réellement dans nos estuaires.

Gabrielle: Au début de ce projet il y avait un estimé d'environ 300 000 crabes verts, Mais à date on a pu enlever au dessus de 1.5 million. Chris: La zostère a mis très peu de temps à se rétablir.

En 2010, les herbiers de zostère occupaient 2 % de leur superficie originale. Nous avons pu en rétablir 10 % de plus chaque année dans les secteurs où le crabe vert est sous contrôle, et les efforts de transplantation ont produit de très bons résultats. Nous avons transplanté de la zostère dans des secteurs présentant différents niveaux de contrôle du crabe vert.

[Gros plan de crabes dans un bac de collecte]

Là où l’espèce était sous contrôle, le taux de survie de la zostère transplantée oscillait entre 70 et 90 %. Dans la dernière année, nous avons assisté au retour des petites myes à carapace molle depuis que le crabe vert est sous contrôle, et c’est très prometteur.

[Gros plan d’une employée ramant dans un estuaire]

Gabrielle: Ce qu'on a vu aussi, c'est que plus on avance, à chaque année du projet, de moins en moins de crabes qu'on peut enlever. Ce qui veut dire qu'on est vraiment en train d'affecter la population de crabes verts invasifs.

Ce qui est un indicatif que les plus gros crabes qui se reproduisent, on est vraiment en train d'avoir un effet positif pour l'écosystème dessus.

[Un employé de Parcs Canada devant une forêt]

Chris: Il est vraiment important de mentionner que Parcs Canada a prit une chance en prenant des mesures pour gérer les populations de crabes verts. Personne n’agissait vraiment. Tout le monde connaissait l’existence des crabes verts,

mais je crois que personne n’avait saisi l’ampleur du problème jusqu’à ce que la zostère commence à disparaître. Je crois que nous sommes des chefs de file dans ce domaine et c’était un réel privilège que de travailler à ce projet avec des partenaires aussi formidables.

[Un employé de Parcs Canada devant une forêt]

C'est toute une réussite.

Gabrielle: À date, surtout à Port-Joli, on a vraiment vu du succès avec ce projet, La zostère marine a pu vraiment prendre le dessus,

[plan sous-marin d’un herbier de zostère]

et aussi, nos enlèvements de crabes verts sont beaucoup moindres. L'année dernière, dans notre surveillance de l'estuaire, On a regarder pour la mye commune, et on a pu voir les juvéniles pour la première fois en 3-4 ans. En 2015, cette année, nous avons pu transférer nos efforts vers l'estuaire de Sainte-Catherine

Le fond marin y est vraiment désert, il n'y a pas de zostères marines, du tout. Le nombre de crabes que nous sommes en trai nde sortir sont très grands.

On espère continuer avec ce projet-ci, surtout dans Sainte-Catherine, mais aussi maintenir ce avec quoi on a eu du succès dans Port Joli.

[Logo Parcs Canada]

[Texte: Sa majesté la reine du Chef du Canada, représentée par Parcs Canada, 2016]

[Logo du Canada]

Kejimkujik Bord de mer.

Disponibilité : juillet et août 
le jeudi, vendredi, samedi, et dimanche : 10 h à 14 h 
Droits : 60,65$ / personne 
Âge : 8 ans et plus 
Durée : 4 heures
Taille du groupe : Maximum 6 participants par groupe.

Réservations
 : Contactez-nous
Resérvations débuteront le 15 mai 2020. 

Horaire de la journée
10 h : Rencontre au kiosque Kejimkujik Bord de mer pour un mot d’introduction et un aperçu des mesures de sécurité
10 h 30 : Trajet vers le lieu de l’activité; arrêts photo et programme d’interprétation
11 h : Arrivée sur le lieu de l’activité; mise en contexte du projet et préparation des chaloupes
11 h 15 à 12 h 30 : Activité en chaloupe et récupération des pièges 
12 h 30 à 13 h : Pause-repas enveloppée par les sons et paysages lagunaires 
13 h à 13 h 30 : Temps pour prendre des photos et retourner sur la terre ferme; mesure des crabes
13 h 30 à 14 h : Trajet de retour vers le stationnement et occasions de prendre quelques dernières photos; mot de la fin

Notes : 
• On communiquera avec tous les participants la veille pour confirmer les détails de l’activité
• N’oubliez pas d’apporter de quoi pique-niquer, de l’eau et des collations. On prendra le temps de pique-niquer sur une des charmantes îles de la lagune. Mieux encore, offrez-vous le plaisir d'un pique-nique parfait de Parcs Canada!
• Le programme ne convient pas aux personnes à mobilité réduite.
• Nous recommandons fortement le port de bottes de caoutchouc. 
• L’activité a lieu beau temps mauvais temps, mais elle sera annulée en cas d’intempérie grave 

Annulations:
• Doivent être faites au moins 3 jours (72h) avant l'événement sans quoi des frais de pénalité s'appliqueront. Ceux-ci représentent 50% du coût total de la réservation. 
• Si un programme est annulée à cause d'imtempérie graves, les particpants seront notifiés entre 15h et 16h le jour avant l'activité, et auront l'opportunité de réserver une autre journée
• Il y aura une liste d'attente, mais en cas ou un programme est annulée à cause d'imtempérie, la priorité sera accordée à ces participants.


Témoignages :

« Meilleur rapport qualité-prix en Nouvelle-Écosse pour une activité estivale! »
« Une expérience unique et enrichissante, tout indiquée pour amuser nos adolescents pendant les vacances ».
« Une approche géniale pour découvrir le parc en famille. Nous avons adoré cette expérience concrète, c’était une excellente façon d’en savoir plus sur Parcs Canada. »

une chaloupe à rames au bord d'un estuaire côtier