Le pygargue adulte est très gros, de plumage brun foncé, presque noir et arbore une tête et une queue blanches. Le bec et les pattes sont jaunes. Le jeune pygargue rejoint vite la taille de l'adulte, mais n'a pas ces plumes blanches sur la tête et la queue. L'oiseau se nourrit surtout de poissons, mais aussi de charognes. L'hiver, le pygargue à tête blanche peut abattre d'autres oiseaux, comme des goélands et des canards.

Habituellement, il aménage son nid dans un arbre de grande taille, moins souvent sur une falaise. Le nid, fait de branches et de brindilles, peut être très grand. La femelle pond deux oeufs (rarement 3) à partir de la mi-avril. Le mâle et la femelle s'occupent de la chasse et du soin des petits.

Répartition

Le pygargue à tête blanche niche dans le nord de l'Alaska, dans le delta du Mackenzie, dans la péninsule d'Ungava, à Terre-Neuve et aussi loin au sud que le golfe du Mexique.

L'île du Cap-Breton, un havre pour le pygargue à tête blanche

L'été, presque toute la population de pygargues de la Nouvelle-Écosse se concentre dans l'île du Cap-Breton. Une étude réalisée en 1984 a révélé que près de 80 % des aires occupées dans cette province se trouvaient au Cap-Breton.

Cette population de pygargues à tête blanche est précieuse, puisque très peu de ces grands oiseaux ont résisté à l'utilisation généralisée du DDT comme pesticide dans le nord-est de l'Amérique du Nord. Pendant de nombreuses années, le pygargue à tête blanche était au nombre des espèces en voie de disparition aux États-Unis. Le population de pygargues de la Nouvelle-Écosse, davantage épargnée des effets néfastes du DDT, a su préserver sa vitalité. Dans les années 1980, on a introduit des oiseaux de la Nouvelle-Écosse au New Jersey et au Massachusetts pour aider à y rétablir les populations de pygargues à tête blanche.

Le pygargue est un des plus gros rapaces en Amérique du Nord. Son envergure est d'environ 2 mètres, c'est donc dire que la largeur de l'oiseau se compare à la grandeur d'un joueur professionnel de basket-ball. Le jeune pygargue mettra quatre ans pour devenir un adulte accompli. La vocalise du pygargue à tête blanche est un craquement aigu du genre « kweek-kik-ik-ik-ik-ik-ik » ou plus sourd comme « kak-kak-kak ».

Le pygargue à tête blanche et d'autres oiseaux de proie sont au sommet de la chaîne alimentaire. Les concentrations de toxines dans les animaux vont croissantes le long de la chaîne alimentaire. La vitalité d'une population d'oiseaux de proie est un bon indicateur de la bonne santé de l'écosystème.