Le grand chevalier est un oiseau de rivage de taille moyenne. Ses longues pattes et ses pieds jaune vif en sont la caractéristique la plus remarquable. Le grand chevalier se nourrit de menés et d'insectes aquatiques en eau peu profonde. En guise de nid, il s'approprie un trou dans le sol, bien camouflé, dont il tapisse le fond avec des herbes, de la mousse ou d'autres végétaux. La femelle pond habituellement quatre oeufs de couleur fauve, parsemés de points et de taches brun foncé. Le mâle et la femelle s'occupent tous les deux des oisillons.

Répartition

Le grand chevalier niche dans le forêt boréale, du sud de l'Alaska et du nord de la Colombie-Britannique jusqu'à Terre-Neuve et au Cap-Breton. Il passe l'hiver sur la côte de l'Atlantique ou du Pacifique, du nord des États-Unis jusqu'aux Caraïbes et jusqu'en Amérique du Sud.

Un oiseau de toundra

Habituellement, le grand chevalier niche dans la toundra des régions nordiques du Canada, mais la taïga du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton présente les mêmes caractéristiques d'habitat. Comme le grand chevalier est un résident du parc, vous le verrez l'été près des lacs et des étangs des hautes-terres. Le printemps, on le rencontre aussi dans les basses terres, avant qu'il s'envole vers sa toundra de prédilection.

Le grand chevalier aime bien exercer sa voix. Quand il se sent menacé, il lance un « whew-whew-whew » en decrescendo. En d'autres temps, il peut lancer une longue suite de « kwek-kwek-kweks » monotones. Au printemps, quand on s'approche trop près de son nid, c'est un troisième cri qu'il lance: « whee-oodle whee-oodle ».