Qu'importe la saison, le visiteur est assuré de voir de très beaux oiseaux dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. On a recensé près de 200 espèces dans le parc et la région immédiate. Environ la moitié de ces espèces s'y reproduisent. Les oiseaux des autres espèces utilisent le parc comme halte durant leurs migrations annuelles au printemps et à l'automne, tandis qu'un certain nombre d'entre eux y passent l'hiver, en particulier les oiseaux de mer.

Quelques espèces introduites en Amérique du Nord ont élu domicile dans l'île du Cap-Breton. C'est le cas de l'étourneau sansonnet et du colombe des rochers.

Les oiseaux de rivage et de mer

En été, tout le long de la côte du parc, les goélands argentés, les goélands marins, les guillemots à miroir, les grands cormorans et les cormorans à aigrettes nichent dans les affleurements rocheux, les récifs, les falaises et les promontoires. Les oiseaux de mer qui s'approprient les falaises ont des oeufs plus allongés de sorte qu'ils roulent en formant un cercle et ne tombent pas au pied des falaises. Quand vient l'hiver, beaucoup de canards de mer, incluant l'eider à duvet, le garrot à oeil d'or, la macreuse et le harle huppé, se laissent bercer par les vagues grises, en colonies qui ressemblent à des radeaux. Le guillemot marmette passe également l'hiver dans le parc. Quelques oiseaux de rivage s'arrêtent pendant leurs migrations de printemps et d'automne, mais le nord du Cap-Breton ne se trouve pas sur les grandes routes migratoires. Quelques espèces, comme le chevalier grivelé, nichent au Cap-Breton. C'est le cas aussi du plongeon huard qui, pendant l'été, préfère les lacs à l'intérieur des terres.

Les oiseaux des bois

Dans la région forestière acadienne, à l'intérieur des terres, on retrouve couramment le viréo aux yeux rouges, le merle d'Amérique, la grive à dos olive, le geai bleu, la moucherolle tchébec, la mésange à tête noire, le roselin pourpré, le cardinal à poitrine rose, le bruant à gorge blanche et 18 espèces de parulines, telles que la paruline couronnée, la paruline flamboyante et la paruline des ruisseaux.

Plus haut dans les montagnes, la forêt boréale est l'habitat de la grive solitaire, du roitelet à couronne rubis, de la mésange à tête brune, du viréo à tête bleue, du mésangeai du Canada, du pic à dos noir, de la paruline rayée, de la paruline à tête cendrée et du tétras du Canada. Parmi les espèces qui aiment se faire remarquer, il faut mentionner le grand corbeau.

Dans les hautes-terres, la forêt boréale et la taïga sont l'habitat de la grive de Bicknell, un oiseau rare. On y observe aussi le grand chevalier, dans l'extrême sud de son territoire de reproduction.

Les buses, les hiboux et les aigles

Le visiteur du parc a de bonnes chances de voir et d'entendre des oiseaux de proie, comme des buses, des hiboux et le pygargue à tête blanche. Ce dernier est plus courant au Cap-Breton que partout ailleurs dans l'est du Canada. Les aires de cette espèce se trouvent en différents endroits le long de la côte. Les autres représentants des rapaces, dans le parc national, comprennent la buse à queue rousse, l'épervier brun, le busard Saint-Martin, la chouette rayée et le grand-duc d'Amérique.