Le coyote de l'est ressemble à un berger allemand de taille moyenne, mais sa robe est grise ou gris rougeâtre, blanchâtre sur la gorge et le ventre. Il s'agit d'un animal nocturne, que l'on peut cependant surprendre à toutes heures du jour. Le coyote s'alimente au hasard des proies qu'il rencontre : lièvres d'Amérique, cerfs de Virginie, rongeurs. Sa consommation de cerfs de Virginie se limite surtout aux charognes et aux carcasses dépecées sur place par les chasseurs, mais on a signalé des cas d'abattage de cerfs faibles ou malades par des meutes de coyotes en hiver. Le coyote mange également des baies et des herbes.

En avril ou en mai, la femelle met bas une portée de 5 à 10 petits. Le mâle et la femelle se partagent la corvée de chasse et prennent soin des petits coyotes, parfois avec le concours des jeunes de l'année précédente. Les coyotes sont monogames et un couple peut durer toute la vie, soit jusqu'à 18 ans dans leur habitat naturel. On évalue à 9 ans, cependant, la longévité moyenne du coyote.

Répartition

Les coyotes sont présents presque partout en Amérique du Nord, de l'Alaska jusqu'au Mexique, dans les Prairies, le sud de l'Ontario, le Québec et les provinces de l'Atlantique.

Le coyote du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton

Les coyotes ont migré vers la Nouvelle-Écosse vers la fin des années 1970 et se sont retrouvés dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton dès 1981, cette migration s'inscrivant dans le cadre d'une expansion naturelle de leur aire de répartition. Alors que les loups se voyaient éliminés dans presque tout l'est de l'Amérique du Nord, les coyotes se sont déplacés vers l'est et vers le nord. Au début du 20e siècle, les coyotes se sont croisés avec les loups en Ontario et au Québec, et, alors qu'ils continuaient leur déplacement vers l'est, ce patrimoine génétique est resté. Ceci a donné des coyotes plus grands et plus robustes que leurs ancêtres de l'ouest. Des études menées au Cap-Breton ont démontré que nos coyotes sont génétiquement très similaires à ceux qui se trouvent dans d'autres régions de l'est de l'Amérique du Nord — ils possèdent l'ADN du loup.

Bien qu'ils soient des carnivores plutôt imposants et qu'ils chassent parfois en meutes, en tant que prédateurs les coyotes n'ont pas pu prendre la place des loups. Ils chassent et se nourrissent de cerfs de Virginie, mais ils ne peuvent pas contrôler l'abondante population d'orignaux du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Des recherches menées dans le nord du Cap-Breton ont démontré que les orignaux sont une source de nourriture importante pour les coyotes mais on ne sait pas combien d'orignaux ils traquent et tuent, ni combien sont consommés après avoir succombé à d'autres causes de mortalité.

Outre les orignaux et les cerfs de Virginie, les coyotes se nourrissent de lièvres d'Amérique et de rongeurs - ils mangent aussi toutes sortes de fruits, même si le bleuet reste leur fruit de prédilection.
Les coyotes sont des animaux qui s'adaptent très facilement, curieux et intelligents. Ils ont appris à vivre auprès des humains, à les côtoyer. Dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, les coyotes se sont parfois habitués à la présence des humains, et ceci a eu pour effet de rendre certains animaux plutôt téméraires, ce qui ne veut pas dire pour autant qu'ils soient agressifs ou affamés. Mais les coyotes demeurent des animaux sauvages et il est important de faire preuve de prudence et de prendre ses précautions si l'on se trouve en leur présence. Ne vous approchez pas des coyotes, ne les nourrissez pas, et, si vous les observez, maintenez une certaine distance. Pour en savoir plus sur les coyotes et sur les précautions à prendre, veuillez consulter le lien Coyotes et sécurité publique.