Le projet Rétablir la forêt boréale a pris fin le 31 mars 2019. Veuillez noter que l’information liée au projet pourrait ne plus être à jour, mais restera accessible sur ce site Web aux fins de référence. Pour obtenir des renseignements à jour, cliquez ici.

Un des éléments essentiels du projet « Rétablir la forêt boréale » est la surveillance effectuée par le personnel de Parcs Canada en ce qui concerne la population d'orignaux et son impact à l'intérieur même du parc, mais aussi dans les zones environnantes. Pour ce faire, diverses méthodes sont utilisées.

Études d'abroutissage

Des études concernant l'abroutissage sont menées chaque année, en début de printemps, sur la montagne North et la montagne French. Ces études déterminent la quantité de végétation présente dans la zone abroutie (grignotée) par les orignaux au cours de l'année écoulée, tout particulièrement en ce qui concerne le sapin baumier et le bouleau blanc. À travers les comparaisons effectuées entre les études d'abroutissage sur la montagne North (où ont lieu les récoltes d'orignaux) et celles de la montagne French (une région géographiquement similaire), les écologistes sont en mesure de déterminer si la récolte a bel et bien comme résultat une diminution de l'abroutissage et un regain de croissance sur la montagne North.

Le pistage des orignaux

Le pistage des orignaux s'effectue sur la montagne North durant les mois d'hiver et dépend entièrement des conditions de neige. Le personnel de Parcs Canada surveille le mouvement des orignaux à l'intérieur de la zone en relevant des données sur les pistes, les excréments, les quantités de neige et les arbres récemment abroutis. Ces données servent à déterminer à quelle époque de l'année a lieu l'abroutissage excessif et la quantité d'orignaux qui parcourent la montagne North pendant les mois d'hiver.

Estimations de la population d'orignaux

Les estimations de la population d'orignaux sont effectuées par hélicoptère et sont faites à intervalles réguliers afin d'enregistrer la densité d'orignaux présents dans le parc et dans les zones environnantes. Tous les deux à trois ans, Parcs Canada, le ministère des ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse et l'Institut de ressources naturelles Unama’ki observent et prennent en note la population d'orignaux dans le Nord du Cap-Breton (à partir de Baddeck et au-delà).

De plus, dans le cadre du projet « Rétablir la forêt boréale », des relevés aériens de la population d'orignaux sont effectués dans les zones suivantes :

  • l'aire d'étude de 20 km2 située sur la montagne North; lieu où s'effectue la récolte d'orignaux
  • une zone de 20 km2 au sud de l'aire d'étude; terres du parc
  • une zone de 30 km2 au nord de l'aire d'étude; terres à l'extérieur du parc