Nos relevés de population d'orignaux démontrent que leur nombre reste élevé dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, et ce depuis la fin des années 1990. L'étude la plus récente menée en mars 2015 estime que la densité d'orignaux dans le parc représente quatre fois la quantité qu'une forêt saine et équilibrée peut normalement accueillir. Après plus de 15 années d'études scientifiques, nous savons désormais que notre forêt boréale ne peut pas assurer la subsistance d'une telle population.

Carte SPOT5 du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton

Le projet pilote « Rétablir la forêt boréale » a pour but de mettre à l'essai un éventail de techniques de restauration dans l'ensemble du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton :

Sentier Skyline
Le sentier Skyline
-
Exclos tenant les orignaux éloignés et plantation d'arbres
Orignal
Montagne North
-
Programme de réduction du nombre d'orignaux
Lac Warren
Lac Warren
-
Brûlage dirigé et exclos tenant les orignaux éloignés



Sentier Skyline

Le sentier Skyline mène les visiteurs à un promontoire majestueux offrant de magnifiques vues sur la montagne et l'océan. Tout au long du sentier, les orignaux ont sévèrement abrouti de larges sections de forêt, créant ainsi de vastes terres herbeuses.

En 2007, une petite zone clôturée connue sous le nom d'exclos a été construite afin de voir si la forêt allait se régénérer naturellement une fois protégée de l'abroutissage par les orignaux. Nous avons découvert que l'épaisse couche d'herbe et les conditions météorologiques difficiles rendaient impossible la croissance de tout arbre nouvellement planté.

En 2015, un vaste exclos a été installé, couvrant une surface de neuf terrains de football (5 hectares).

Afin de favoriser une régénération vigoureuse et créer un habitat pour les espèces qui dépendent de la forêt, plus de 57 000 arbres ont été plantés, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'exclos.

Au cours des quatre dernières années, des milliers d'arbres ont été plantés par des professionnels et des bénévoles, incluant groupes scolaires, familles, étudiants universitaires et participants au camp de jeunes Nikani Awtiken. La plantation d'arbres est désormais terminée. Un grand MERCI aux plus de 2 700 bénévoles qui ont consacré la somme incroyable de 2 500 heures à planter des arbres!

Suivez les progrès de ce projet sur le sentier Skyline en consultant la caméra Web installée sur la plate-forme panoramique, à l'intérieur de l'exclos d'orignaux. Regardez la forêt se développer et gardez l'œil ouvert, vous pourriez même apercevoir des animaux sauvages!

Lors de leur randonnée, les visiteurs cheminant à travers l'exclos peuvent être témoins de nos progrès.

Liens connexes 

Montagne North

L'abroutissage excessif par les orignaux a eu un impact sévère sur le mont North et plus de la moitié de cette zone est maintenant recouverte par des herbes denses.

Tout comme sur le sentier Skyline, un petit exclos a été construit en 2007 dans le but de protéger la végétation contre les orignaux. Depuis ce temps-là, nous avons pu observer que la forêt a été capable de se régénérer naturellement à l'intérieur même de l'exclos. Cette information suggère que si les orignaux sont retirés de la montagne North, la forêt sera alors apte à se régénérer par elle-même.

À l'automne 2015, Parcs Canada et l'Institut des ressources naturelles d'Unama’ki ont entrepris un programme de réduction de la population d'orignaux, d'une durée de quatre ans, dans une zone de 20 km2 sur le mont North. Deux autres opérations de réduction ont eu lieu à l'automne 2016 et 2017. Une quatrième est prévue pour l'automne 2018.

Liens connexes 


Lac Warren

L'aire entourant le Lac Warren abrite une forêt acadienne mixte. Bien que l'objectif principal de ce projet reste la forêt boréale, nous savons que les orignaux ont aussi un impact sur d'autres types de forêts. Au lac Warren, nous espérons pouvoir mieux comprendre ces répercussions sur la forêt acadienne.

Une récente étude menée dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton démontre que le pin blanc et le chêne rouge ont du mal à se régénérer. La régénération de ces deux espèces est encouragée par le feu. Une faible régénération pourrait donc être causée par un manque de feux de forêt, un abroutissage important de la part des orignaux ou un mélange de ces deux facteurs.

Suite à un processus de consultation, un brûlage dirigé a été planifié dans une zone avoisinant le sentier du lac Warren, dans le cadre d'un vaste projet d'incendies reliant les parcs nationaux du Canada atlantique. Après l'opération, deux petits exclos seront construits afin d'aider Parcs Canada à mieux comprendre l'impact de l'abroutissage par les orignaux dans des zones brûlées et non brûlées d'une forêt mixte.