Réhabiliter la forêt

L’automne dernier, 11 000 épinettes blanches des Hautes-Terres ont été plantées à l’extérieur de l’exclos Skyline. Ce printemps, 39 000 sapins baumiers ont été plantés à l’intérieur de l’exclos.

La santé de la forêt boréale dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton est en déclin. Alors que des espèces rares telles que le lynx et la martre d’Amérique doivent faire face à la perte de leur habitat, les oiseaux forestiers se retrouvent, eux, remplacés par des espèces des prairies. En collaboration avec l’Institut de ressources naturelles Unama’ki (UINR) ainsi que d’autres partenaires, Parcs Canada s’emploie à rétablir la santé de la forêt. En 2014, nous avons entamé un projet s’étalant sur quatre ans dans le but de renverser le processus de perte
forestière et de rétablir la forêt boréale.

Le projet pilote “Rétablir la forêt boréale”, qui vise à conserver et à restaurer la forêt boréale, se concentre sur trois aires d’intervention : le sentier Skyline, le mont North et le lac Warren. Dans chacune de ces zones, nous testons présentement différentes techniques de restauration afin de développer les approches les plus efficaces. Celles-ci incluent la plantation d’arbres, l’installation de clôtures pour empêcher les orignaux d’abroutir les jeunes arbres ainsi que la réduction de la quantité d’orignaux dans une zone spécifique de 20 km2 à l’intérieur du parc.


Nous plantons des arbres!

Dans notre processus de mise à l’essai de moyens de réhabiliter la forêt boréale dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, la plantation d’arbres joue un rôle important au sein du projet “Rétablir la forêt boréale”. Le fait de planter les arbres à l’intérieur de l’exclos (zone clôturée) situé sur le sentier Skyline protège les jeunes pousses contre le grignotage des orignaux. Dans le futur, ceci nous aidera aussi à déterminer quelles techniques de plantation sont les plus efficaces. Cette année, notre but est de planter 40 000 jeunes sapins baumiers à l’intérieur de l’exclos.

En juin, nous avons organisé les “Samedis des semis”, évènement qui invitait les randonneurs à participer à la plantation d’arbres le long du sentier Skyline. Nous avons aussi reçu la visite de huit groupes scolaires composés de jeunes âgés de 6 à 18 ans. En l’espace de quatre semaines seulement, les bénévoles ont planté près de 2 000 arbres ! Merci – nous avons été heureux de vous avoir à nos côtés !

Ajouté à cela, des planteurs forestiers professionnels ont planté 37 000 jeunes arbres à l’intérieur de l’exclos. Nous allons surveiller de près la croissance et la survie de ces arbres au fil du temps afin de déterminer quelles méthodes de plantation sont les plus adaptées aux conditions rigoureuses présentes le long du sentier Skyline et aux herbes denses qui s’y trouvent.

Si vous désirez venir planter des arbres avec nous, venez vous joindre à nous en septembre pour d’autres évènements “Samedis des semis” de 10h à 14h sur le sentier Skyline.

Si vous souhaitez que votre groupe scolaire ou communautaire participe à la plantation d’arbres, veuillez contacter Nadine à nadine.lefort@pc.gc.ca ou en composant le 902-224-4237.


Saviez-vous que...

...les semis de sapin baumier plantés le long du sentier Skyline proviennent de semences récoltées dans les Hautes-Terres-du-Cap-Breton dans les années 1980 ? Les semences de sapin Baumier ont été entreposées au Centre national de semences forestières à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, et envoyées à la pépinière Strathlorne Nursery, en Nouvelle-Écosse, afin de faire pousser les semis que nous avons plantés le long du sentier Skyline. La forêt est actuellement en train de se régénérer à partir de semences indigènes récoltées il y a plus de 30 ans!

Regardez notre nouvelle vidéo!


« Rétablir la forêt boréale : Une histoire sur le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton »

Notre nouvelle vidéo « Rétablir la forêt boréale : Une histoire sur le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton » raconte l’histoire de ce projet. Recherchez “Rétablir la forêt boréale” sur Youtube, ou visionnez la vidéo sur notre site Web au www.pc.gc.ca/retablirlaforetboreale


Planter des arbres avec tentree

Dans le cadre du projet « Rétablir la forêt boréale », le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton a établi un partenariat avec l’entreprise canadienne de vêtements tentree pour planter des arbres et mener des projets d’éducation et de sensibilisation du public. En effet, pour chaque produit vendu tentree plante 10 arbres à l’échelle internationale et les clients qui achètent des marchandises peuvent consulter en ligne les régions où leurs 10 arbres ont été plantés. À ce jour, tentree a planté plus de 8 millions d’arbres dans le monde entier, y compris sur notre sentier Skyline.


Surabondance d'orignaux

Des participants Mi’kmaq transportent un orignal sur un traîneau dans une zone de forêt transformée en prairie
© Unama'ki Institute of Natural Resources (UINR)

Il y a trop d’orignaux dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap- Breton. Ceux-ci se nourrissent d’arbres et c’est ce qui est en train de causer le déclin de la santé de l’écosystème. En effet, en l’absence de prédateurs importants la population d’orignaux a atteint un niveau anormalement élevé qui empêche désormais une régénération normale de la forêt et ce, depuis les années 1980. La forêt se voit donc graduellement transformée en prairie.

Une des techniques mises à l’essai pour restaurer la forêt est le retrait de l’orignal d’une zone de 20 km2 située sur le mont North (soit 2 % du parc). Cette technique contribuera à réduire l’abroutissage excessif par les orignaux et permettra à la forêt de se régénérer de façon naturelle. Toute intervention menée par l’homme, comme dans le cas d’une réduction de la population d’une espèce donnée, n’est effectuée que dans le cas d’une nécessité absolue. Cette approche a été choisie comme étant la méthode la plus praticable pour réduire la population d’orignaux à l’intérieur de l’aire d’étude dans le cadre du projet “Rétablir la forêt boréale”.

L’année dernière, Parcs Canada a collaboré avec l’Institut de ressources naturelles Unama’ki pour la toute première récolte d’orignaux dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. La planification des opérations qui vont se dérouler cet automne sur le mont North a déjà commencé.

Parcs Canada et les Mi’kmaq partagent tous deux un intérêt commun pour le rétablissement de la santé de la forêt boréale pour les générations à venir. L’Institut de ressources naturelles Unama’ki (UINR) a accepté de coordonner les activités des chasseurs Mi’kmaq qui prendront part au projet cette année.

Parcs Canada continuera de partager les informations recueillies et de rechercher des méthodes permettant d’intégrer les communautés locales et les parties intéressées dans les plans futurs de restauration forestière et de gestion de l’orignal.

Entre-temps, nous continuons de surveiller la vie forestière, autant sur le mont North que sur le mont French avoisinant, d’où aucun orignal n’a été prélevé. En comparant les résultats obtenus dans ces deux zones, nous pourrons mieux comprendre les changements survenus dans l’écologie forestière suite à la réduction de l’abroutissage par les orignaux, due notamment au retrait de l’orignal sur le mont North.