Le feu est un processus nécessaire dans la régénération de nos forêts. Grâce à lui, plusieurs espèces importantes dans le parc national Terra-Nova, notamment l’épinette noire et le pin rouge, peuvent se régénérer et connaître une nouvelle croissance. Dans une forêt saine, différents secteurs de la végétation en sont à des étapes différentes de succession. Cette mosaïque d’habitats est propice à une grande variété d’espèces animales et végétales.

Le feu: une source de renouvellement

Les écosystèmes évoluent avec le feu depuis des milliers d’années. En fait, ils en dépendent pour se renouveler.

Mesure de la profondeur du sol brulé.

Le feu a plusieurs effets bénéfiques sur les écosystèmes forestiers:

  • Il réduit les résidus de bois, les feuilles et les épines en une cendre nourrissante riche en minéraux.
  • Il élimine la couche d’humus, une couche épaisse de matière organique accumulée sur le tapis forestier, et expose le sol minéral, nécessaire à la croissance de nombreuses graines.
  • Il ouvre le couvert de la forêt et laisse pénétrer les rayons du soleil afin qu’ils réchauffent le sol et stimulent les nouvelles pousses
  • Il élimine les espèces concurrentes et favorise l’établissement d’une nouvelle végétation
  • Il peut faire augmenter l’humidité en surface et ainsi établir des conditions plus propices à la croissance des semis.

Feu et Parc national Terra-Nova

Une longue tradition de répression des feux dans le parc national Terra-Nova avant et après son établissement a modifié les processus naturels de ses forêts .La forêt du parc national Terra-Nova n’a pas de peuplement qui en est aux premières étapes et aux étapes intermédiaires de succession. Or, ces jeunes peuplements favoriseraient l’établissement d’espèces sauvages autres que celles vivant dans les peuplements se trouvant à une étape plus avancée de succession. Sans une variété dans son habitat, la forêt ne peut favoriser la croissance de plusieurs de ses espèces végétales et animales indigènes.

Par exemple:

  • Les cônes de l’épinette noire sont hermétiquement scellés avec de la résine. Seul le feu peut les ouvrir pour en libérer les graines.
  • Les scolytes et d’autres insectes colonisent les arbres brûlés. Les pics s’y installent pour tirer parti de cette source de nourriture.
Aujourd’hui, une proportion aussi élevée que 85 % des écosystèmes forestiers du parc a plus de 100 ans. Certains arbres ont jusqu’à 240 ans.
Kalmia angustifolia

L’abondance des landes dominées par le Kalmia angustifolia représente un bon indicateur d’une absence prolongée du feu dans le parc national Terra-Nova. Connu sous les noms de crevard de mouton ou de kalmia à feuilles étroites, cet arbrisseau commun du sous-étage apparaît peu après un feu et colonise rapidement les clairières des forêts surannées. Concurrent redoutable, le kalmia empêche la régénération d’essences forestières comme l’épinette noire, en consommant et en emmagasinant les nutriments du sol, en réduisant l’espace de croissance et en libérant dans le sol des composés chimiques qui inhibent la germination des graines ainsi que la croissance et l’établissement des semis.

Il faut un feu intense qui réduit de façon marquée la couche de sol organique pour tuer les racines souterraines du kalmia. Une fois cette espèce disparue, les arbres disposent de l’espace et du temps dont ils ont besoin pour s’établir.

Par souci d’intégrité écologique, le parc national Terra-Nova a pris la décision de réintroduire le feu dans son écosystème forestier.

Le feu et la sécurité publique

Les brûlages dirigés imitent l’action des incendies en favorisant la régénération des forêts, sans toutefois créer de danger pour le public, l’infrastructure et les espèces sensibles.

Pour planifier un brûlage dirigé, il faut prendre en considération de nombreux facteurs, dont les valeurs à protéger, les profils météorologiques, l’état du combustible, la topographie, le comportement du feu, les objectifs écologiques à atteindre et les capacités de lutte contre les incendies.

Le parc national Terra-Nova a été divisé en trois zones de gestion du feu qui déterminent le type d’intervention à privilégier en cas d’incendie. Ce zonage permet de délimiter des parcelles où des brûlages dirigés peuvent être réalisés sans risque inutile pour la sécurité publique.

  • Zone 1: Secteurs où les brûlages dirigés sont interdits et qui font l’objet d’une intervention immédiate en cas d’incendie.
  • Zone 2: Secteurs où le feu doit être limité à un périmètre bien défini. Les brûlages dirigés y sont autorisés dans des conditions appropriées.
  • Zone 3: Secteurs qui présentent des caractéristiques particulières au chapitre des conditions géographiques et de la configuration des vents et qui sont suffisamment éloignés des lieux habités pour que les brûlages dirigés y soient autorisés et que les incendies puissent y exercer leur action sans intervention.

Plans de brûlage dirigé

Dans le parc national Terra-Nova, les équipes de gestion du feu ont réalisé avec succès quatre brûlages dirigés.

Si les conditions le permettent, le parc national Terra-Nova continuera de procéder à des feux dirigés dans les années à venir. Ceux-ci ne seront réalisés que si les conditions météorologiques et les conditions des combustibles figurant dans les exigences relatives au feu sont respectées.


Voulez-vous en savoir plus?

Regardez la vidéo suivante.

Le feu et la forêt boréale du parc national Terra-Nova