La restauration de la route 117 est un projet d’infrastructure innovateur qui s’étale sur 24 kilomètres d’autoroute. Cette nouveauté permettra au parc national Kouchibouguac d’acquérir d’importants gains en conservation des ressources, notamment en ce qui a trait à la restauration de l’habitat aquatique et la conservation de la faune.

Habitat aquatique

L’habitat aquatique est indispensable à la survie des poissons. Afin de restaurer cet habitat, cinquante-huit nouveaux ponceaux en ciment ont été installés sous la route 117 en 2015. Grâce à ces nouveaux ponceaux, cinq ruisseaux, dont le flux avait été obstrué par l’effondrement de vieilles infrastructures, ont été reconnectés.

Près de la moitié des nouveaux ponceaux installés l’an dernier sont munis de déflecteurs de courant, ce qui favorise le passage des poissons, les aident à compléter leur migration (qui se fait à contre-courant) et à se réfugier lors des grandes crues du printemps et de l’automne. En outre, nous estimons que plus d’une dizaine d’espèces de grenouilles et de salamandres bénéficieront de la restauration de l’habitat aquatique puisque ceux-ci en dépendent pour compléter leur cycle de reproduction.

Vue de côté d'un ponceauSide view of a culvert Vue de côté d'un passage à amphibien et reptile, alors qu'un camion roule sur la route.

Tunnels pour reptiles et amphibiens

En plus de l’installation de nouveaux ponceaux, quatre traverses (ou tunnels) ont été conçues et installés afin d’assurer le passage souterrain sécuritaire de la tortue des bois (une espèce à risque) et des amphibiens (dont les salamandres et les grenouilles).

Des études ont montré qu’il existe quatre zones riches en amphibiens dans le parc national Kouchibouguac le long de la route 117 et c’est à ces endroits clés où nous avons installé, en-dessous de l’autoroute, les traverses conçues pour la tortue des bois et les amphibiens.

L'installation de barrières était la dernière étape de ce projet de restauration et elle s'est fait durant l’été 2016. Ces barrières, mesurant une cinquantaine de centimètres de hauteur, sont connectées aux traverses conçues pour la faune et forment un réseau de 3,5 km le long de l’autoroute.

Ces structures servent d’entonnoir et guident les amphibiens, reptiles et autres petits animaux qui doivent traverser le chemin pour leurs migrations annuelles, vers les tunnels souterrains. Nous espérons que cela diminuera le taux de mortalité des reptiles et amphibiens au parc national Kouchibouguac. Un suivi à long terme de la nouvelle route 117 nous permettra de mesurer l’efficacité de ces mesures de conservation innovatrices..

Vue aérienne de la route 117

Liens