Les plantes envahissantes posent un risque à l'équilibre des écosystèmes et ont le potentiel de déplacer les espèces indigènes. Pour cette raison, les employés de la Conservation de la ressource ont mis en priorité la surveillance de ces espèces et tentent de trouver des manières innovatrices pour résoudre ce problème. Quelques-unes de nos initiatives de surveillance de plantes envahissantes sont axées sur la renouée Japonaise, l’alpiste roseau et l’angélique sauvage.

Pour tenter de contrôler la renouée Japonaise, nos méthodes comprennent : la recouvrir d’un tissue paysager pesant qui l’empêche d’avoir de la lumière solaire, ce qui fait qu'elle « cuit » en même temps; des injections salines à la tige pour essayer de tuer la plante et ses racines, ainsi que la vaporisation d’une solution saline sur le feuillage pour tuer les tiges qui se trouvent au-dessus du sol. Ces méthodes innovatrices sont encore aux stades de projets pilotes, mais ont aidé à ralentir la propagation de l’espèce.

Japanese knotweed
Renouée japonaise
Woodland Angelica
Angélique sauvage
Glossy Buckthorn
Alpiste roseau

Pour l’alpiste Roseau, nous utilisons des méthodes semblables de recouvrement, ainsi que le déterrement de petites parcelles de terrains. Pour l’angélique sauvage, nous coupons les têtes de fleurs matures pour prévenir la relâche de milliers de grains. Cette méthode est considérée efficace, car la plante est bisannuelle (cycle de vie de 2 ans) et si nous enlevons les grains à la source nous aurons de moins en moins de plantes chaque année.

Aidez-nous à éliminer ces espèces du parc en les prenant en photo lorsque vous êtes en randonnée. Envoyez-nous la photo de la plante et l'endroit où vous l'avez vue par courriel.