De façon générale, la forêt du parc est un mélange d'épinettes rouges, de sapins baumiers, de bouleaux jaunes, de bouleaux blancs et d'érables. Elle est connue comme la forêt acadienne. Alors que les érables apportent les couleurs d'automne les plus brillantes, de la mi-septembre à la mi-octobre, le sapin baumier donne un parfum merveilleux aux forêts de du parc national Fundy. Le sol de cette forêt est recouvert de tapis de mousse, de fougères et de chicoutés. Du milieu à la fin de l'été, les touffes rouge vif du fruit du cornouiller du Canada (le Quatre-temps) sont très communes.

Le bois franc

Représentant l'élément sud de la forêt acadienne et ne couvrant que 5,4 % du parc sont des peuplements de bois francs purs. Bien qu'elles soient communes dans le cadre de la forêt mixte qui recouvre le parc, les essences de bois francs poussent en peuplements purs uniquement sur des coteaux rocheux bien drainés et exposés au sud. Le bouleau jaune, le plus grand des feuillus de Fundy, et le bouleau blanc sont les plus abondants. D'autres espèces incluent l'érable à sucre, l'érable rouge et le hêtre. Un groupe unique de plantes, appelées éphémères printaniers, pousse dans la forêt de feuillus. Ils fleurissent avant que les arbres poussent leurs feuilles vers la fin mai. En quelques semaines, des espèces telles que les Claytonies et l'Erythronium ont fleuri et ont disparu sous terre, attendant la ruée printanière de la prochaine année.

Les conifères

La forêt de conifères représente l'élément boréal de la forêt acadienne. Avec la rareté des incendies le long de la côte de la baie de Fundy, la tordeuse des bourgeons d'épinette a été l'agent de changement le plus important dans la forêt d'épinettes et de sapins. Elle est responsable du maintien de la forêt dans un état d'équilibre dynamique. Les peuplements purs de conifères sont rares dans le parc national Fundy, mais c'est là que l'on peut apprécier la majesté de la haute épinette rouge, qui peut vivre 200 ans ou plus. Le parc abrite certains des derniers peuplements purs d'épinette rouge de l'est de l'Amérique du Nord.

Les plantes

Le parc national Fundy protège une grande variété de plantes. Il y a 804 espèces de plantes vasculaires ici. Il s'agit notamment des fougères et des mousses, qui se reproduisent par des spores. La rare primevère à œil d'oiseau, que l'on ne trouve que dans le parc national Fundy au Nouveau-Brunswick, est une plante à fleurs vivant dans les falaises, préférant un climat plus froid.

Les bryophytes représentées par les mousses et les hépatiques sont moins connues. Ces petites plantes poussent souvent sur des rochers et des troncs d'arbres. Beaucoup d'entre elles poussent également sur le sol forestier. Il y a 276 espèces de bryophytes dans le parc national Fundy.

Plus de 400 espèces de lichens furent découverts dans le parc national Fundy. Ces petites plantes, que peu de gens connaissent par leur nom, recouvrent le sol forestier, les rochers et les troncs d'arbres. On peut trouver jusqu'à 30 espèces sur un même arbre! Les lichens ne nuisent pas aux arbres sur lesquels ils poussent, ils les utilisent simplement pour éviter la concurrence d'autres plantes plus hautes.

Le sapin baumier (Abies balsamea)

Le sapin baumier est une espèce bien connue, étant un choix populaire lorsque vient le temps de sélectionner un arbre de Noël. C'est aussi l'espèce de conifère la plus abroutie (consommée) par les orignaux. Confrontés à un abroutissage excessif, les jeunes sapins baumiers produisent des bourgeons en quantité démesurée, ayant pour résultat de transformer leur forme conique distinctive en une forme de globe volumineux. Les sapins baumiers sont aussi l'espèce d'arbre la plus sujette aux infestations par la tordeuse des bourgeons de l'épinette, en dépit du nom que porte cet insecte.

Comment le reconnaître :
  • Le sapin baumier mesure en moyenne 18 m de hauteur. C'est un conifère qui varie de petite taille à taille moyenne, et dont la forme s'effile en une fine pointe au sommet.
  • Ses aiguilles sont plates et de direction opposée. Le dessus de l'aiguille est d'un vert foncé brillant tandis que le dessous présente deux fines lignes blanches.
  • Son écorce est grise et d'aspect lisse et cireux. Elle présente souvent des boursouflures remplies de sève, surtout lorsque l'arbre est encore jeune.
  • Ses cônes prennent la forme d'un tonneau et poussent dressés à la verticale. Une fois à maturité, les graines tombent des cônes laissant le centre du cône toujours attaché à la branche.
Le bouleau blanc (Betula papyrifera)

Le bouleau blanc est une espèce à feuilles caduques. On le distingue aisément par son écorce fine et blanche qui se détache en formant de longues feuilles semblables à du papier. Les orignaux abroutissent (consomment) de manière régulière les bouleaux blancs. Face à cet abroutissage, l'arbre produit de nombreuses nouvelles tiges, créant ainsi une apparence tordue et chétive contraire à celle d'un bouleau en pleine santé. Le bouleau blanc est l'une des premières espèces d'arbres à se régénérer dans une zone forestière ayant subi un évènement perturbateur.

Comment le reconnaître :
  • Le bouleau blanc est facilement identifiable à son écorce blanche qui s'apparente au papier.
  • C'est un arbre de taille moyenne, d'une hauteur d'environ 16 m.
  • Ses feuilles sont alternées et décrites comme ayant une forme ovale ou triangulaire, aux bords dentelés.
  • De longues fleurs délicates appelées ‘chatons’ s'inclinent des branches vers le bas.
L'épinette blanche (Picea glauca)

L'épinette blanche est un grand conifère qui doit son nom à la pellicule blanche et poudreuse qui recouvre ses aiguilles. Si cette espèce est rarement consommée par les orignaux, elle est par contre directement frappée par les infestations de la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Dans le cadre du projet "Rétablir la forêt boréale", le personnel du parc et les bénévoles ont introduit de jeunes plants d'épinette blanche afin de favoriser le rétablissement de la santé de la forêt boréale. Protégés d'un abroutissage excessif par les orignaux, ces semis pourront s'établir, offrant ainsi aux espèces animales de la forêt boréale un habitat et une source importante de nourriture.

Comment la reconnaître :
  • L'épinette blanche est l'un des arbres les plus grands au cœur de la forêt boréale, mesurant en moyenne 24 m de hauteur. Elle pousse généralement dans d'anciens champs ou autres clairières.
  • Ses aiguilles sont rigides, réparties sur quatre côtés et d'allure épineuse. D'une teinte bleu-vert, elles sont recouvertes d'une pellicule blanche et poudreuse. De plus, elles sont disposées en spirale autour de chaque rameau de l'arbre, pointant dans toutes les directions.
  • Son écorce est lisse, d'un gris pâle chez les jeunes arbres, évoluant graduellement pour prendre une apparence écailleuse allant de gris foncé à marron chez les arbres adultes.
  • Ses cônes sont fins et de forme cylindrique, ils tombent de l'arbre avant de disperser leurs graines.

La plupart des principales caractéristiques de l'épinette blanche sont similaires à celles de l'épinette noire. Pour pouvoir déterminer la différence entre ces deux espèces, il est nécessaire d'observer tout particulièrement :

  • La couleur des aiguilles – les aiguilles de l'épinette blanche ont une teinte bleutée tandis que celles de l'épinette noire sont d'une teinte verte.
  • Les rameaux – les rameaux de l'épinette blanche sont lisses alors que ceux de l'épinette noire sont recouverts de petits poils, ce qui leur donne un aspect duveteux.
  • La forme – l'épinette blanche a une forme conique bien remplie; l'épinette noire est de forme plus étroite, avec des branches tombantes.
  • Les cônes – les cônes de l'épinette blanche sont fins et de forme cylindrique, tandis que ceux de l'épinette noire sont plus petits, en forme d'œuf.
  • L'odeur – lorsqu'on les écrase, les aiguilles de l'épinette blanche dégagent une odeur piquante alors que celles de l'épinette noire libèrent un arôme sucré
L'épinette noire (Picea mariana)

L'épinette noire est l'une des plus petites espèces d'arbres présentes dans la forêt boréale. Bien qu'elle ait une des croissances les plus lentes, elle est capable de s'adapter et de survivre dans des environnements hostiles. De plus, elle a la réputation d'être une espèce très robuste. Les orignaux tout comme la tordeuse des bourgeons de l'épinette lui prêtent peu d'attention.

Comment la reconnaître :
  • L'épinette noire mesure en moyenne 5 m de hauteur. C'est un conifère étroit et relativement petit.
  • Ses aiguilles sont rigides et réparties sur quatre côtés. De couleur verte, elles sont disposées en spirale autour de chaque rameau de l'arbre, pointant dans toutes les directions.
  • L'écorce de l'épinette noire est écailleuse d'une couleur variant de gris foncé à marron.
  • Ses cônes sont petits et rappellent la forme d'un œuf.
  • On trouve habituellement l'épinette noire dans les marécages et les zones humides.

La plupart des principales caractéristiques de l'épinette noire sont similaires à celles de l'épinette blanche. Pour pouvoir déterminer la différence entre ces deux espèces, il est nécessaire d'observer tout particulièrement :

  • La couleur des aiguilles – les aiguilles de l'épinette noire sont d'une teinte verte tandis que celles de l'épinette blanche ont une teinte bleutée.
  • Les rameaux – les rameaux de l'épinette noire sont recouverts de petits poils, ce qui leur donne un aspect duveteux alors que ceux de l'épinette blanche sont lisses.
  • La forme – l'épinette noire est de forme plus étroite, avec des branches tombantes; l'épinette blanche a une forme conique bien remplie.
  • Les cônes – les cônes de l'épinette noire sont plus petits, en forme d'œuf, tandis que ceux de l'épinette blanche sont fins et de forme cylindrique.
  • L'odeur – lorsqu'on les écrase, les aiguilles de l'épinette noire libèrent un arôme sucré alors que celles de l'épinette blanche dégagent une odeur piquante.
Le sorbier d'Amérique (Sorbus americana)

Malgré son nom anglais évocateur (American mountain ash), le sorbier d'Amérique n'est pas un véritable frêne (ash tree). Il se présente sous la forme d'un petit arbre à feuilles caduques ou d'un arbrisseau. On peut facilement le distinguer grâce à ses fleurs blanches ou à ses baies rouges selon la période de l'année. Le sorbier d'Amérique est une des espèces préférées des orignaux, elle est aussi la favorite de nombreuses espèces d'oiseaux et de petits mammifères.

Comment le reconnaître :
  • Le sorbier d'Amérique mesure en moyenne 10 m de hauteur et peut prendre la forme d'un arbrisseau ou d'un petit arbre.
  • Ses feuilles aux rebords dentés sont de direction opposée et poussent sur des branches effilées.
  • Entre mai et juin on peut voir apparaître des grappes de fleurs blanches, rondes et aplaties sur le dessus. Celles-ci sont remplacées vers la fin de l'été par des fruits orange ou rouges aux allures de baies qui durent jusqu'à l'hiver.
  • L'écorce est de couleur grise ou marron. Sa texture lisse peut éventuellement développer des fentes ou fissures à mesure que l'arbre grandit.