Le coyote de l'est ressemble à un berger allemand de taille moyenne, mais sa robe est grise ou gris rougeâtre, blanchâtre sur la gorge et le ventre. Il s'agit d'un animal nocturne, que l'on peut cependant surprendre à toutes heures du jour. Le coyote s'alimente au hasard des proies qu'il rencontre : lièvres d'Amérique, cerfs de Virginie, rongeurs. Sa consommation de cerfs de Virginie se limite surtout aux charognes et aux carcasses dépecées sur place par les chasseurs, mais on a signalé des cas d'abattage de cerfs faibles ou malades par des meutes de coyotes en hiver. Le coyote mange également des baies et des herbes. Quelques individus peuvent parfois s'en prendre au bétail.

En avril ou en mai, la femelle met bas une portée de 5 à 10 petits. Le mâle et la femelle se partagent la corvée de chasse et prennent soin des petits coyotes, parfois avec le concours des jeunes de l'année précédente. Les coyotes sont monogames et un couple peut durer toute la vie, soit jusqu'à 18 ans dans leur habitat naturel. Cependant, on évalue à 9 ans la longévité moyenne du coyote.

Répartition

Les coyotes sont présents presque partout en Amérique du Nord, de l'Alaska jusqu'au Mexique, dans les Prairies, le sud de l'Ontario, le Québec et les provinces de l'Atlantique.

Le coyote de l'Est

Le coyote de l'Est descend des coyotes de l'ouest qui ont élargi leur territoire vers le nord-est, à mesure que les humains éliminaient les populations de loups indigènes. En chemin, ils se sont croisés avec les loups du nord de l'Ontario et du Québec. Cela signifie que ces animaux de l'est du Canada sont en fait un mélange de coyotes et de loups, combinant les prouesses de chasse du loup avec l'adaptabilité du coyote aux activités humaines. Le coyote de l'Est est un peu plus gros que ses ancêtres occidentaux à cause de son sang de loup.

Il peut être une compétition pour les renards roux, les lynx roux et les lynx qui dépendent des lièvres d'Amérique et des rongeurs pour se nourrir. Bien qu’il s’agisse d’un assez gros carnivore et qu’il chasse parfois en meute, il n’a pas remplacé le loup en tant que prédateur naturel de l’orignal, sauf au printemps où ils chassent parfois des orignaux femelles.