Fracture d’une jambe dans le secteur Skoki, parc national Banff, le 3 février 2013

Le 3 février à 16 h, un jeune homme a fait une chute et s’est fracturé le tibia gauche en faisant de la planche à neige dans l’arrière-pays, du côté est du mont Fossil, près du col Cotton Grass. Il se trouvait à environ 4 km de l’auberge de ski Skoki.

Le compagnon du planchiste est retourné à skis à l’auberge Skoki et a signalé l’accident à Parcs Canada. Comme il était trop tard pour dépêcher un hélicoptère, les spécialistes de la Sécurité des visiteurs ont organisé une évacuation au sol. Heureusement pour le blessé, un guide de montagne de la société Yamnuska Mountain Adventures se trouvait à l’auberge. Il a donc accompagné le compagnon jusqu’au lieu de l’accident. Le guide de montagne a réussi à stabiliser le patient et a entrepris de le ramener à l’auberge Skoki.


Avec l’aide d’un guide de montagne de la société Yamnuska, les spécialistes de la Sécurité des visiteurs de Parcs Canada ont ramené le planchiste blessé à l’auberge de ski Skoki dans l’obscurité.

Une équipe de quatre spécialistes de la Sécurité des visiteurs s’est rendue en motoneige jusqu’à l’auberge Skoki pour poursuivre l’évacuation. Avec l’aide du guide de montagne, les sauveteurs ont ramené le patient (en toboggan) jusqu’à l’auberge Skoki et sont arrivés à minuit. Le lendemain matin, les vents forts ont empêché l’hélicoptère d’atterrir, de sorte que le patient a été transporté en motoneige jusqu’à Lake Louise, où une ambulance attendait pour le conduire à l’hôpital Mineral Springs de Banff.

Analyse

Il arrive que des skieurs se blessent dans l’arrière-pays. Chaque groupe doit se préparer à toute éventualité. En l’occurrence, si les planchistes avaient pu appeler à l’aide dès que l’accident est survenu, ils auraient pu être pris en charge par l’hélicoptère l’après-midi même, et le patient aurait obtenu les soins indiqués plus tôt. Par bonheur, le temps était relativement doux et calme, et les sauveteurs de l’auberge Skoki avaient déjà effectué la moitié du trajet de retour jusqu’à l’auberge lorsque les renforts de Parcs Canada sont arrivés. Le mauvais temps qui a cloué l’hélicoptère au sol le lendemain matin a rappelé à tous les intéressés à quel point l’arrière-pays peut être isolé par mauvais temps. Heureusement, le blessé était stable, et il n’était pas impératif de gagner l’hôpital de toute urgence.