Avalanche sur la paroi sud-est du pic Rogers, parc national des Glaciers, le 13 janvier 2013

Avalanche sur la paroi sud-est du pic Rogers, parc national des Glaciers, le 13 janvier 2013

Vers 14 h, quatre skieurs qui grimpaient à pied la paroi sud-est du pic Rogers ont accidentellement déclenché une avalanche de taille 2,5. La fracture s’est propagée sur une distance de 30 m en amont, et l’avalanche a entraîné une couche de 30 cm de neige. La rupture s’est produite sur des grains à faces planes recouvrant une croûte de soleil. L’avalanche, qui faisait de 30 à 40 m de largeur, a parcouru la paroi tout entière avant de s’arrêter sous une rimaye au pied de la paroi. Les débris faisaient de 1 à 2 m d’épaisseur. Trois membres du groupe ont réussi à se réfugier derrière des rochers, mais le quatrième a été transporté par l’avalanche sur une trentaine de mètres avant de pouvoir s’échapper. Il n’a perdu qu’un bâton.

Un autre groupe qui avait rebroussé chemin sur le pic Rogers en raison de l’état du manteau neigeux a vu la neige glisser le long de la paroi (voir la photo). Les skieurs ne pouvaient voir qu’une seule personne en mouvement près de l’avalanche. Ils ont agi rapidement. Deux d’entre eux ont remonté la paroi à l’aide de leurs peaux pour amorcer un sauvetage, alors que le troisième a pris contact par téléphone cellulaire avec le Service de répartition d’urgence de Parcs Canada pour signaler l’incident et les ensevelissements possibles. Pendant que le spécialiste de la Sécurité des visiteurs recueillait les renseignements nécessaires à l’organisation du sauvetage, le groupe frappé par l’avalanche communiquait à son tour avec le Service de répartition pour l’informer de l’incident et pour préciser que tous les skieurs s’en étaient sortis indemnes et qu’aucune mesure d’intervention n’était nécessaire.

 
On peut voir sur la droite le parcours emprunté pour l’ascension ainsi que les traces du groupe ayant rebroussé chemin. La couverture nuageuse obscurcit la cassure linéaire.
© Fraser Sprigings

Analyse

Le bulletin d’avalanche de la journée établissait l’indice à Modéré pour la zone alpine et indiquait que les pentes ensoleillées de forte inclinaison représentaient la principale source de préoccupation. L’indice Modéré signifie que, même si des avalanches naturelles sont peu probables, les avalanches déclenchées par intervention humaine sont possibles sur certains types de terrain. Les skieurs frappés par l’avalanche avaient tenté de réduire leur exposition en restant sur le côté de la paroi. Cependant, il est difficile d’éviter entièrement l’exposition au risque au cours de cette ascension. Les skieurs qui ont observé l’avalanche ont pris les mesures appropriées : ils ont appelé le Service de répartition d’urgence et ont amorcé un sauvetage. Compte tenu du moment de la journée, ils auraient peut être sauvé des vies si un sauvetage s’était révélé nécessaire. Pour sa part, le groupe frappé par l’avalanche a permis d’éviter qu’un sauvetage ne soit organisé inutilement en téléphonant pour dire que personne n’était blessé. Les skieurs ont aussi fourni des renseignements importants sur les conditions à signaler dans le bulletin d’avalanche – des renseignements susceptibles de prévenir des accidents semblables.