Planchistes en détresse au ruisseau Healy, dans l'arrière-pays de la station de ski Sunshine Village, parc national Banff, les 2 et 3 mars 2012

Le 2 mars, deux planchistes ont quitté les limites de la station de ski Sunshine Village pour franchir la crête Wawa et descendre le parcours appelé White Wizard, qui rejoint le ruisseau Healy. Les deux compagnons n'avaient aucun équipement pour faire face aux avalanches, alors que l'indice de risque était à ÉLEVÉ. Ils sont descendus sur du terrain très escarpé qui comportait de nombreuses falaises jusqu'à ce qu'ils se retrouvent coincés au-dessus d'une cascade de glace de 30 m de hauteur. C'est alors qu'ils ont décidé de composer le 911.

Un hélicoptère a été dépêché de Banff et a tenté de déposer deux spécialistes de la Sécurité des visiteurs sur les lieux vers 17 h 30, mais il a fallu renoncer à l'opération en raison des vents forts. Le pilote a mis 20 minutes à atterrir dans des conditions de plus en plus mauvaises, de sorte que les deux sauveteurs agrippés à l'élingue ont eu droit à un long trajet dans le froid.

Plus tard en soirée, trois spécialistes de la Sécurité des visiteurs et un membre du personnel de la station de ski Sunshine Village ont tenté de rejoindre à skis les deux planchistes par la crête Wawa. Cependant, il était tombé 25 cm de neige et les vents soufflaient fort. Cette seconde opération de sauvetage a dû être annulée à environ 200 m en amont des planchistes en détresse, en raison du risque d'avalanche pour les victimes et les sauveteurs.

Le lendemain matin, les vents empêchaient toujours l'hélicoptère de tenter un autre sauvetage. Les sauveteurs ont remonté le ruisseau Healy en motoneige et ont gagné le pied de la cascade à skis. La chute d'eau pouvait être escaladée, mais le manteau neigeux environnant a été jugé trop instable, les précipitations et les vents forts faisant croître le risque d'avalanche. L'équipe de sauvetage a fait exploser des bombes sur les pentes situées en aval des planchistes afin de stabiliser la neige. Un hélicoptère a tenté de lancer des provisions et des fournitures aux planchistes, mais, encore une fois, les vents extrêmes ne le lui ont pas permis de le faire.

 
Le lieu du sauvetage. Le cercle indique l'emplacement des planchistes. Les étoiles montrent la pente stabilisée par les explosifs, et la flèche, la falaise le long de laquelle les planchistes ont été abaissés pour regagner du terrain sûr. © Parcs Canada

Les sauveteurs ont à nouveau entrepris de franchir la crête Wawa dans la lumière du jour. Ils ont rejoint les planchistes, qui, étonnamment, étaient en bonne forme après une nuit de tempête à la belle étoile sans fournitures supplémentaires. Les sauveteurs les ont descendus sur une distance de 30 m le long d'une falaise en surplomb jusqu'à la pente stabilisée antérieurement. Le personnel de la station de ski Sunshine Village a ensuite ramené les victimes en motoneige jusqu'à la station de ski en longeant le ruisseau Healy.

 
Un planchiste est abaissé le long de la falaise jusqu'à la pente antérieurement stabilisée aux explosifs. © Parcs Canada 

Analyse

À cause de la tempête qui n'en finissait plus, ce sauvetage a été particulièrement long, et il a fallu procéder à de multiples tentatives de plusieurs angles différents. Lorsque le mauvais temps cloue les hélicoptères au sol, les sauvetages en montagne deviennent des processus longs et inefficaces. Grâce à leur détermination et avec l'aide du personnel de la station de ski Sunshine Village, les sauveteurs de Parcs Canada ont pu rejoindre les planchistes en détresse avant qu'ils ne souffrent trop des effets de l'exposition aux éléments.

Par bonheur, les deux planchistes étaient en bonne santé et n'ont subi aucune blessure. En dépit du vent et de la neige, les températures nocturnes sont restées relativement douces. Les planchistes ont trouvé refuge sous un arbre et ont étonnamment bien supporté leur supplice. Compte tenu des conditions avalancheuses et du terrain impitoyable, ils ont pris la bonne décision en restant sur place dans l'attente des secours.

Le fait que les planchistes pouvaient communiquer avec les sauveteurs par téléphone cellulaire a grandement contribué au dénouement heureux de cet incident. Les sauveteurs sont restés en contact avec eux et leur ont donné des directives tout au long de l'opération de sauvetage.