Introduction

De nouveaux plans directeurs devront être déposés au Parlement en 2020 pour tous les parcs nationaux des montagnes (parcs nationaux Banff, Jasper, Kootenay et Yoho, et parcs nationaux des Lacs-Waterton, du Mont-Revelstoke et des Glaciers). Le plan directeur présente l’orientation future du parc et comprend un énoncé de vision ainsi que les stratégies clés et les objectifs à atteindre dans les dix prochaines années. Il est rédigé en collaboration avec les partenaires autochtones, les intervenants concernés et les Canadiens souhaitant participer au processus.

Au début de 2019, Parcs Canada a sollicité des avis sur les principaux éléments et possibilités dont il faudrait tenir compte lors de l’élaboration des plans directeurs des parcs nationaux des montagnes. Chaque parc a produit un rapport Ce que nous avons entendu faisant la synthèse des commentaires exprimés, et le présent résumé expose les thèmes communs relevés pour tous les parcs des montagnes.

Les commentaires reçus pendant la consultation guideront l’élaboration des ébauches des plans directeurs. Une fois terminées, ces ébauches seront soumises à l’examen des groupes autochtones, ce qui permettra d’obtenir leurs commentaires, et seront affichées sur le site Web de Parcs Canada, où les intervenants et le grand public pourront aussi les commenter.

Au sujet de l’élaboration des plans directeurs

Les plans directeurs des parcs nationaux guident l’orientation stratégique à long terme de tous les parcs nationaux et contribuent à la réalisation du mandat, de la vision et des priorités de l’Agence Parcs Canada. Ils sont élaborés de façon à exprimer les valeurs et les opinions de la population canadienne. Les processus de mobilisation constituent des moyens clés d’échanger avec les peuples autochtones et les autres Canadiens au sujet de la gestion des parcs nationaux.

La Loi sur les parcs nationaux du Canada et les politiques de l’Agence Parcs Canada exigent que des plans directeurs soient élaborés pour les parcs nationaux afin de permettre la planification de la gestion des parcs et la reddition de comptes. Les lois actuelles exigent que chaque plan directeur soit examiné par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique au moins tous les dix ans, et que tout changement découlant de cet examen soit déposé devant le Parlement. La date limite pour l’examen des plans directeurs de tous les parcs nationaux des montagnes (parcs nationaux Banff, Jasper, Kootenay et Yoho, et parcs nationaux des Lacs-Waterton, du Mont-Revelstoke et des Glaciers) et le dépôt au Parlement des nouveaux plans est 2020. Comme de nombreux enjeux clés, partenaires et intervenants sont les mêmes pour tous ces parcs, l’élaboration de leurs plans directeurs se fait conjointement par souci de cohérence et d’efficacité.

Le processus d’élaboration des plans directeurs se divise en étapes : la première étape consiste à établir la portée, la vision collective et les priorités importantes qui seront abordées dans l’ébauche du plan directeur. La rétroaction est joue un rôle clé à cette étape. En effet, Parcs Canada offre aux groupes autochtones, aux intervenants et à l’ensemble des Canadiens diverses occasions de faire part de leurs commentaires et de leurs idées.

Les commentaires résumés ci-dessous ont été recueillis à la première étape du processus d’élaboration des plans directeurs. Ces renseignements, ainsi que les évaluations de l’état du parc, les priorités gouvernementales, les obligations stratégiques et réglementaires, les plans directeurs antérieurs des parcs nationaux, les recherches et les tendances, sont tous pris en considération lors de la rédaction des plans directeurs.

Ceux que nous avons entendus

Entre janvier et juillet 2019, les peuples autochtones, les intervenants et le grand public ont été invités à formuler des commentaires par l’intermédiaire de diverses tribunes, y compris des sondages en ligne, des assemblées et des ateliers publics, ainsi que des réunions avec des organisations clés telles que les groupes autochtones et les groupes d’intervenants. La plupart des commentaires ont été formulés par l’intermédiaire de la page Web Parlons parcs des montagnes, une plateforme de consultation en ligne. Bien que des commentaires aient été recueillis auprès de Canadiens des quatre coins du pays, la plupart des participants habitaient en Alberta ou en Colombie-Britannique. Un nombre important des commentaires reçus ont été communiqués dans des courriels identiques envoyés dans le cadre d’une campagne d’activisme environnemental.

De multiples rencontres en personne, autant locales que régionales, ont été tenues avec des représentants des peuples autochtones ainsi qu’avec des jeunes, des groupes d’intérêt, d’autres organisations gouvernementales et des intervenants régionaux. Les détails sur la participation sont fournis dans le sommaire pour chaque parc.

Ce que nous avons entendu

Même si le personnel chacun des parcs des montagnes a sollicité des commentaires auprès des groupes autochtones de sa région, des intervenants et des partenaires du parc, et de l’ensemble des Canadiens, des thèmes communs se sont dégagés des commentaires formulés. Vous trouverez dans les pages qui suivent un résumé de ceux-ci. Des sommaires détaillés de ce que nous avons entendu pour chaque parc des montagnes sont également fournis.


Ce que nous avons entendu des peuples autochtones

Des représentants de groupes autochtones prennent part à des conversations permanentes concernant l’élaboration des plans directeurs des parcs nationaux des montagnes. Lors de discussions préliminaires, des thèmes principaux sont ressortis, notamment le désir de voir reconnaître, dans les futurs plans directeurs, que les cultures, les identités spirituelles et les modes de vie des Autochtones sont enracinés dans l’attachement à la terre et dans l’intendance de la terre. Un résumé des thèmes communs entendus figure ci-dessous.

Participation à la gestion des parcs

Les groupes ont souligné qu’il est important d’établir au fil du temps des relations solides fondées sur un dialogue ouvert et s’appuyant sur la participation de tous, du chef et du conseil aux aînés, aux jeunes et aux membres de la collectivité.

Les peuples autochtones veulent aussi prendre part aux décisions portant sur la gestion et l’exploitation des parcs. Parmi les exemples de mesures à prendre à cet égard, on a cité la collaboration au travail sur le terrain, à la planification, à l’exécution des projets, à la surveillance et à l’évaluation, ainsi que l’intégration des cérémonies à divers aspects de la gestion des parcs et le respect des protocoles culturels dans ce même contexte.

Les peuples autochtones ont souligné qu’ils souhaitaient vivement continuer de participer à l’élaboration des plans directeurs. Certains groupes ont souligné que l’Agence Parcs Canada doit mieux comprendre et respecter les protocoles à utiliser lorsqu’elle cherche à mobiliser les groupes autochtones, offrir une formation de sensibilisation culturelle à son personnel et se montrer ouverte à utiliser les approches autochtones pour travailler ensemble.

Mise en valeur authentique

Les peuples autochtones ont fait valoir que l’intégration et la mise en valeur authentiques des récits, des langues, des œuvres d’art et des cultures des Autochtones dans les parcs des montagnes sont importantes pour l’avenir. Cela suppose de travailler en collaboration avec Parcs Canada ainsi qu’avec les entreprises et les décideurs régionaux. Ils ont indiqué qu’ils aimeraient offrir davantage de possibilités aux visiteurs des parcs de s’informer sur les cultures et les récits autochtones auprès d’Autochtones. Les moyens suggérés pour y parvenir incluent l’amélioration des programmes d’interprétation, la communication de récits et les panneaux à l’intérieur des parcs. Il faudrait aussi s’assurer de l’authenticité des œuvres d’art et d’artisanat autochtones exposées dans les parcs.

Prendre soin de la terre

L’importance de prendre soin de la terre est ressortie parmi les thèmes communs dans les discussions avec les peuples autochtones. Elle est apparue comme un thème sous-jacent dans de multiples domaines, qu’il s’agisse de la communication de l’histoire, des récits et des cultures dans les parcs, de la participation à la gestion des parcs ou des préoccupations concernant les changements climatiques.

Des groupes autochtones sont d’avis qu’en valorisant et en diffusant le savoir autochtone, on permettrait à tous les visiteurs de mieux apprécier et comprendre la région. Ils ont également fait part de leur volonté de prendre part aux études, aux évaluations et aux activités d’intendance de l’environnement de façon à rétablir les relations et les liens avec la terre.

Certains participants autochtones ont fait part de leurs inquiétudes concernant les changements climatiques et ses impacts sur l’environnement. Selon les participants aux consultations, il est urgent de s’attaquer à ce problème, et Parcs Canada devrait davantage mettre l’accent sur l’importance de prendre soin de la terre pour les générations futures. Certains groupes ont également suggéré d’utiliser les parcs comme endroits où sensibiliser la population aux changements climatiques.

Accès

Les participants autochtones ont souligné l’importance de pouvoir accéder aux terres des parcs nationaux et les utiliser pour des raisons liées aux traditions, à la spiritualité et au bien-être. Ils ont mentionné les obstacles qui nuisent à l’accès aux ressources et aux lieux traditionnels. Les peuples autochtones ont exprimé le désir de collaborer avec Parcs Canada pour améliorer leur accès.

Possibilités d’emploi

Les Autochtones ont fait part de leur intérêt à profiter de possibilités d’emploi grâce à des programmes de formation sur le terrain, aux contrats et aux baux, et à recevoir de l’aide pour mieux s’y retrouver dans le processus d’embauche de l’Agence.


Ce que nous avons entendu des intervenants et du grand public

Un certain nombre de thèmes principaux ont été abordés lors des consultations avec les intervenants et le grand public. Ces groupes ont fait connaître leurs réflexions et leurs idées sur une vaste gamme de sujets, dont la présence autochtone dans les parcs, l’intégrité écologique, la fréquentation et la gestion du milieu sauvage. Un résumé des thèmes communs, des principes directeurs et des valeurs pour l’avenir figure ci-dessous.

Principes directeurs et valeurs pour l’avenir

Les répondants parmi le grand public et les intervenants ont affirmé que la protection de l’intégrité écologique devrait demeurer le principe directeur en ce qui a trait aux pratiques de gestion et aux décisions futures. Ils souhaitent voir une prise en compte claire des seuils écologiques, et suggèrent que Parcs Canada prenne des mesures préventives lorsque ces seuils ne sont pas connus. On a fait observer que les plans directeurs des parcs devraient reconnaître l’importance des services écosystémiques fournis par les parcs nationaux hors des limites des parcs.

Parmi les autres principes clés que les répondants voudraient voir appliquer aux futures décisions et mesures de gestion des parcs, mentionnons les suivants :

  • fonder la prise de décisions sur des données scientifiques;
  • faire en sorte que l’intérêt public ait préséance sur les intérêts privés;
  • agir d’une manière transparente à l’égard du public et responsable;
  • favoriser l’accessibilité et l’inclusion;
  • avoir recours à la planification à l’échelle du paysage et collaborer sans s’arrêter aux limites des parcs;
  • privilégier la qualité à la quantité (des expériences);
  • consulter les Autochtones avec respect..
Présence autochtone

De nombreux répondants ont reconnu l’importance d’aider les Autochtones à reprendre contact avec leurs territoires traditionnels dans les parcs et de maintenir une présence visible de leurs récits, de leurs cultures et de leurs langues dans les parcs. Les répondants souhaitent voir une participation significative des groupes autochtones et l’inclusion du savoir autochtone dans la gestion des parcs.

Changements climatiques

Les changements climatiques constituent l’un des sujets les plus fréquemment mentionnés par les participants du public et les intervenants. La nécessité de comprendre les effets des changements climatiques sur l’utilisation des parcs par les humains et sur l’ensemble des systèmes naturels, et de s’adapter à ces changements, a été cité parmi les enjeux clés. Selon les répondants, cela devrait constituer un facteur principal à considérer pour la planification des parcs et la prise de décisions futures.

On souhaite voir Parcs Canada s’imposer en tant que chef de file dans la recherche et la sensibilisation aux changements climatiques. Les avenues éventuelles sur lesquelles les répondants voudraient attirer l’attention de Parcs Canada incluent les suivantes :

  • mettre l’accent sur la gestion du feu, des bassins hydrographiques et de la conservation;
  • prendre des mesures pour devenir un chef de file dans les initiatives écologiques (p. ex : réduction des combustibles fossiles utilisés, promotion de la prise de mesures écologiques par les entreprises);
  • lier les changements à l’échelle locale à des tendances et des modèles plus généraux, et diffuser ces renseignements plus largement;
  • utiliser les recherches menées dans les parcs des montagnes pour aider à mieux comprendre les impacts des changements climatiques au sein des parcs et pour orienter la collaboration avec les gouvernements et les partenaires;
  • améliorer la sensibilisation aux changements climatiques (des exemples concrets peuvent être mis en évidence au sein des parcs des montagnes);
  • encourager les entreprises à se conformer à des normes de protection environnementale élevées.
Intégrité écologique

Une majorité de répondants parmi les intervenants et le grand public ont clairement désigné l’intégrité écologique comme principal aspect que doit prendre en considération Parcs Canada dans la gestion des parcs des montagnes. Dans l’ensemble, les répondants souhaitent voir Parcs Canada prendre des décisions guidées par la recherche continue et les programmes de surveillance, et fondées sur les principes de gestion à l’échelle du paysage. Les domaines précis d’activités suggérées sont décrits ci-après.

Les répondants se sont dits préoccupés de l’impact des visiteurs sur le paysage et la faune, et ont indiqué souhaiter une protection accrue des écosystèmes intacts. Parmi les suggestions faites à Parcs Canada, mentionnons les suivantes : limiter l’accès et gérer la fréquentation au moyen de la fermeture saisonnière de certains secteurs, du contingentement du nombre de visiteurs et de la sensibilisation du public. On a également mentionné que l’accoutumance de la faune et la coexistence des humains et des animaux sauvages devraient être au cœur des préoccupations. Les répondants souhaiteraient voir Parcs Canada recueillir davantage de données sur les conflits entre humains et animaux sauvages, et continuer à sensibiliser les visiteurs sur l’importance des parcs et de leurs écosystèmes de même que sur la façon d’en profiter d’une manière respectueuse.

Les participants du public ont dit craindre les risques de feux de forêt lorsqu’il était question des lotissements urbains, de l’utilisation des parcs et de la sécurité des visiteurs.

Les répondants aimeraient voir Parcs Canada prendre des mesures pour prévenir les nouvelles menaces et gérer les préoccupations actuelles en ce qui a trait aux espèces envahissantes, aux insectes et aux maladies, et pour contribuer au rétablissement à long terme des espèces en péril.

On a exprimé des inquiétudes sur les effets du développement industriel, de l’exploitation forestière, du tourisme commercial et de la prolifération d’espèces envahissantes sur les terres adjacentes aux parcs. On a laissé entendre que Parcs Canada devrait collaborer avec d’autres parcs et avec les administrations voisines à l’extérieur des parcs pour relever d’importants défis écologiques et promouvoir l’intendance environnementale à l’échelle du paysage.

Niveaux de fréquentation et gestion des personnes

Si la protection de la santé des écosystèmes revêt une grande importance pour les intervenants et le grand public, l’offre d’expériences de qualité aux visiteurs est également jugée importante. On souhaite voir maintenir l’offre d’expériences authentiques axées sur la nature en plus d’une amélioration de l’accessibilité (y compris l’abordabilité, l’accès pour des personnes ayant divers handicaps et la facilité d’accès à certains secteurs des parcs). Les répondants souhaitent également que Parcs Canada s’adapte à l’évolution des caractéristiques démographiques des visiteurs, à la transformation des usages récréatifs, aux nouvelles technologies et à l’utilisation accrue des médias sociaux.

Même si les points de vue variaient grandement, la gestion du volume de visiteurs en fonction de la capacité d’accueil écologique est importante pour les répondants. Le sentiment précis exprimé était que la fréquentation et l’utilisation des parcs ne devraient pas se faire au détriment des ressources naturelles. Les endroits les plus fréquentés à l’intérieur des parcs sont considérés comme surpeuplés, et des préoccupations ont été soulevées au sujet de la congestion automobile sur les routes et à ces endroits. Plusieurs outils ou tactiques de gestion de la fréquentation ont été mentionnés : accessibilité améliorée des services de transport en commun, plafonds de fréquentation, restrictions saisonnières, limite de l’accès à certains secteurs, barèmes de frais différentiels, systèmes de réservation, tirages au sort, réduction de l’accès des véhicules privés à certains endroits, etc. Cependant, selon d’autres répondants, il y a déjà trop de restrictions dans les parcs, et le droit des utilisateurs d’accéder à tous les secteurs du parc ne devrait pas être entravé davantage.

Sensibilisation des visiteurs

Les intervenants et les répondants du grand public ont reconnu l’importance de la sensibilisation des visiteurs et les effets positifs qu’elle peut avoir sur les parcs. Ils ont suggéré de mettre l’accent sur l’importance des parcs et sur la façon d’en profiter d’une manière respectueuse. On souhaite renforcer le lien qui unit les visiteurs à ces endroits spéciaux, et inspirer les gens à devenir des intendants de parc. Les répondants ont proposé divers moyens qui permettraient à Parcs Canada de renforcer ces liens : programmes jeunesse, projets de science citoyenne, récits, communications régulières sur la façon dont les décisions relatives à la gestion des parcs sont prises, diffusion d’information numérique facile à communiquer et hausse du nombre d’employés de Parcs Canada sur le terrain pour interagir avec les visiteurs.

Les répondants ont indiqué vouloir en savoir plus sur des sujets comme les récits autochtones, le patrimoine culturel, l’écologie du feu, la faune et les changements climatiques.

Gestion de l’aménagement et du milieu sauvage

Les points de vue des intervenants et du grand public sur l’aménagement étaient très variés. Dans l’ensemble, on a insisté sur le fait que les activités à faible impact axées sur la nature et la culture correspondent davantage au caractère naturel des parcs nationaux que les activités axées sur les infrastructures.

Pour les répondants, il importe d’assurer l’amélioration, la remise en état et l’entretien des infrastructures existantes, comme les sentiers, les ponts et les terrains de camping. Si de nombreux répondants ont estimé que l’empreinte actuelle des installations devrait être maintenue, certains ont convenu qu’une modeste augmentation des installations servant aux visiteurs (en particulier les emplacements de camping, les terrains de camping et les auberges de l’arrière-pays) pourrait être envisagée dans certains parcs. Les répondants étaient d’accord pour continuer de restreindre l’aménagement commercial, maintenir les limites fixées pour les centres de ski et les collectivités, et continuer d’appliquer les directives de l’admissibilité au titre de résident à Banff et à Jasper.

Transparence

Les répondants des groupes d’intervenants et du grand public ont pressé Parcs Canada de fonder les décisions en matière de planification de la gestion sur une communication bilatérale transparente avec les peuples autochtones, les résidents locaux, les intervenants et d’autres Canadiens.


Sommaires détaillés de ce que nous avons entendu

Des thèmes communs se sont dégagés pour l’ensemble des parcs des montagnes, mais chaque endroit est associé à un ensemble unique de possibilités et de défis. Les liens suivants mènent aux sommaires des commentaires reçus pour chaque parc des montagnes.

Prochaines étapes

Le présent document résume les commentaires et les points de vue exprimés lors de la première série de discussions avec les groupes autochtones, les intervenants et le grand public menées au printemps et au début de l’été 2019. Cette rétroaction fait partie intégrante du processus d’élaboration du plan directeur. Les points de vue et les commentaires de personnes et d’organisations diverses, notamment de peuples autochtones, de collectivités locales et de visiteurs, contribuent grandement à l’orientation et à l’élaboration des plans directeurs des parcs.

Les responsables de chaque parc rédigeront leur propre plan directeur au cours de l’automne et de l’hiver 2019. Les commentaires reçus aideront à dégager les enjeux clés et à orienter les priorités qui seront abordées dans les plans. Ces renseignements, ainsi que les évaluations de l’état du parc, le mandat et la vision de Parcs Canada, les priorités gouvernementales, les obligations stratégiques et réglementaires, les plans directeurs antérieurs des parcs nationaux, les recherches et les tendances, sont tous pris en considération et orienteront l’élaboration du plan directeur de chaque parc des montagnes. À cette étape, l’orientation décrite dans les ébauches des plans fera également l’objet d’une évaluation environnementale stratégique qui permettra de comprendre les impacts cumulatifs de l’orientation et des mesures du plan sur l’environnement.

Une fois les ébauches des plans directeurs terminées, celles-ci seront diffusées pour permettre aux Autochtones de continuer de les commenter; la deuxième étape de consultation des intervenants et du grand public aura par ailleurs lieu au début de 2020. Après la deuxième série de discussions avec les groupes autochtones, les intervenants et le grand public, Parcs Canada prendra en compte ces commentaires afin de peaufiner et de finaliser les plans directeurs des parcs. Les plans définitifs seront soumis au processus d’approbation du plan directeur de Parcs Canada et à l’approbation finale du ministre, puis déposé au Parlement à l’automne 2020.

Le plan directeur constitue un exemple de mesure prise par Parcs Canada pour faire participer les Canadiens à la mise en œuvre de ses principales priorités, relevées dans le cadre de la table ronde ministérielle : assurer la protection et la restauration des parcs et lieux historiques nationaux; permettre aux gens de découvrir les sites patrimoniaux et les parcs nationaux et de créer des liens avec ces endroits; maintenir ces lieux pour les générations à venir.